Actualités du 14 au 18 juin 2021

Enregistrement de la 3ème dose pour les personnes immunodéprimées

La plateforme « Vaccins Covid » ne permet pas, pour l’instant, d’enregistrer l’injection de la 3ème dose pour les personnes immunodéprimées. Dans l’attente, l’Assurance maladie met à votre disposition un document papier à remplir :

https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/746865/document/fiche-3e-dose-saisie-differee-vaccin-covid.pdf

 

Portail de télédéclaration accessible avec la E-CPS

Le ministère fait évoluer le portail de commande vaccinal et permet désormais aux pharmaciens de se connecter avec leur e-CPS. La carte CPS peut toujours être utilisée. Au moment de commencer votre commande, cliquez sur « je me connecte par carte CPS ou e-CPS » pour être dirigé vers l’écran d’authentification de Pro Santé Connect. Vous pouvez ensuite choisir d’utiliser votre carte CPS ou l’application e-CPS. L’authentification des adjoints avec leur carte e-cps (ou celle du titulaire) pour valider les vaccinations est désormais possible.

Sources : USPO, le quotidien du pharmacien.

 

Covid long : les recommandations du HCSP

Après la Haute Autorité de santé, c’est au tour du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) de s’être penché sur la conduite à adopter pour faire face aux symptômes du Covid persistant 3 mois après la fin de la phase aiguë de l’infection. Le HCSP recommande, pour la prise en charge de ces symptômes, la mise en place de programmes de réadaptation cardiorespiratoire, de rééducation à visée de renforcement musculaire, de rééducation olfactive, de correction des troubles nutritionnels, de thérapie cognitivocomportementale, accompagnés si nécessaire d’une prise en charge psychologique non seulement du patient mais aussi de son entourage. D’après l’Organisation mondiale de la Santé, au moins 10 % des personnes infectées par le virus sont toujours souffrantes après 12 semaines.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Messagerie sécurisée en PACA

L’Agence Régionale de Santé PACA a mis en place une plateforme de messagerie instantanée et sécurisée. Baptisée Azurezo, elle est conçue pour permettre « d’échanger des données de santé relatives au parcours d’un usager, de manière ergonomique et sécurisée ». Ce dispositif s’adresse aux professionnels exerçant dans les secteurs sanitaires, médico-sociaux et sociaux.

Lien vers l’article : https://www.laprovence.com/article/hub-sante/6388770/azurezo-un-nouveau-moyen-de-communiquer-entre-les-professionnels-de-sante-et-en-toute-securite.html

 

Amazon care

Amazon étend progressivement son service Care, initialement dédié à ses employés, à d’autres entreprises de l’État de Washington, avant son ouverture à l’ensemble des États-Unis cet été. Ce téléservice repose sur une plateforme qui permet à l’utilisateur de discuter avec un chatbot et de bénéficier d’une visite virtuelle avec un professionnel de la santé. En cas de besoin, un médecin itinérant se rendra chez lui dans l’heure. Les médicaments prescrits peuvent ensuite être livrés à l’adresse de l’utilisateur dans les deux heures, précise Babak Parviz, un dirigeant de l’entreprise.

Source : l’opinion.

 

Test antigénique : la saisie du résultat dans SI-DEP doit être immédiate

Le passe sanitaire étant devenu obligatoire pour accéder à certains événements et pour voyager, le ministère de la Santé rappelle l’importance de la saisie immédiate des résultats des tests antigéniques dans la base de données SI-DEP.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/test-antigenique-la-saisie-du-resultat-dans-si-dep-doit-etre-immediate

 

Les médecins pourront avoir la liste de leurs patients non vaccinés

Selon le ministère de la Santé, les médecins pourront bientôt avoir la liste de leurs patients médecin traitant non-vaccinés contre le Covid-19, ce qui permettra de “faciliter les opérations ‘d’aller vers’”. Cela “nécessite une modification juridique, qui sera prise très rapidement”, précise-t-il. A quand la même chose pour les pharmaciens ?

Source : egora.

 

Covid-19 : l’Académie nationale de pharmacie plaide pour la vaccination obligatoire des soignants

La société savante souhaite que la vaccination contre le Sars-Cov-2 soit ajoutée à la liste des vaccinations obligatoires pour les acteurs du secteur de la santé. Liste qui compte déjà la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’hépatite B ou encore la fièvre typhoïde dans les laboratoires de biologie médicale.

Lien vers le communiqué de presse :

https://www.acadpharm.org/dos_public/COMMUNIQUE_VACCIN_OBLIGATOIRE_10.6.21.PDF

 

Ergyprosta, Arkogélules Complex, Naturactive Curcuma & gingembre… : retrait de lots

Des teneurs en oxyde d’éthylène supérieures à la limite réglementaire ont été signalées dans certains lots de graines de sésame importées. Or ce gaz utilisé pour stériliser des produits est classé comme substance cancérigène et mutagène. Des investigations sont en cours au niveau européen pour déterminer l’origine de cette contamination. En attendant, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) procède au retrait de plus de 7 000 lots de produits contenant du sésame, mais aussi du psyllium ou des épices. Parmi eux de nombreuses références de glaces, de pains, ou de houmous, mais aussi quelques compléments alimentaires distribués en pharmacie :

  • Ergyprosta de Nutergia en boite de 60 gélules (lots N19000400D, N19000406B, N19000451B, N19000555B, N19000980H, N19000980J, N19000980L, N20002290C et N21000273C),
  • Curcuma et gingembre Naturactive en boîte de 30 gélules (lots K00001, K00002, K00003 et K0004),
  • Ketoslim nuit Biocyte en boîte de 20 gélules (lot KEN134F),
  • STC Burn Fat Ineldéa (lot SB078F),
  • Arkogélules Curcuma+ pipérine bio d’Arkopharma en boîte de 130 gélules  (lots J03007A, J03278A, J04484A, J05155A, J05155B, K02409A, K04998A et K04998B) et 40 gélules (lots J03104A, J03497A, J03497B, J04121A, K03021A, K03021B et K03107A),
  • Arkogélules Complex Flexibilité et mobilité articulaire d’Arkopharma (lots K04460A, K04834A, K05032A, L00346A et L00346B).

Source : le moniteur des pharmacies.

Lien vers la liste complète des produits concernés (7000 lots) : https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/sesame-psyllium-epices-et-autres-produits-rappeles-comprenant-ces-ingredients

 

Vivatech: l’AP-HP et cinq entreprises imaginent « l’hôpital numérique » via leur projet « @HôtelDieu »

L’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) et les sociétés Lifen, Implicity, Nouveal, Withings et Nabla, s’allient autour du projet « @HôtelDieu », « pour accélérer l’adoption des innovations numériques et en intelligence artificielle (IA) dans l’écosystème hospitalier », ont dévoilé les partenaires le 16 juin à TICsanté, à l’occasion du salon Vivatech.

Lien vers l’article : https://www.ticsante.com/story.php?story=5732

 

Tests Covid-19 : de l’utilité des résultats « dégradés» en pharmacie

Lors d’un atelier presse organisé le 16 juin par l’Ordre des pharmaciens sur le rôle des biologistes en matière de santé publique, la question des tests antigéniques réalisés en officine durant cette crise sanitaire a été posée. « Il peut y avoir des moments où le patient a besoin d’un résultat dégradé – pardon pour les pharmaciens – qui va apporter un gain dans le parcours de soins, a répondu Philippe Piet, président de la section G (pharmaciens biologistes médicaux). Autre point abordé : la vaccination par les biologistes. La profession a, en effet, réclamé cette possibilité pour accélérer la vaccination contre le Covid-19. En vain. Les biologistes peuvent pour l’instant vacciner uniquement dans les centres de vaccination. « Les biologistes sont dans l’incompréhension totale. Ils s’interrogent en termes de confiance et de relations qu’ils peuvent avoir avec les pouvoirs publics. C’est en cours, mais ce n’est pas encore en place », a expliqué Philippe Piet. Pour la présidente de l’Ordre, la vaccination par les biologistes est logique puisque les laboratoires accueillent du public et que cela représente « une opportunité d’améliorer la prévention pour la santé publique ». La logistique des vaccins anti-Covid-19 s’améliorant, Carine Wolf-Thal espère que les biologistes auront accès à un stock de vaccins pour vacciner dans les laboratoires de biologie médicale.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

« Rétrotracing » : en quoi consiste la nouvelle mission de la Cnam?

En complément du contact tracing et afin de remonter les chaînes de contamination Covid de manière plus efficace, la Cnam va déployer progressivement jusqu’à début juillet le rétrotracing. L’idée : identifier, grâce aux patients, les situations, les raisons ou les événements qui ont pu être la source de leur infection, et identifier des personnes co-exposées.

Lien vers l’article : https://www.egora.fr/actus-pro/sante-publique/67087-retrotracing-en-quoi-consiste-la-nouvelle-mission-de-la-cnam

 

Barnums : les dérives de la sous-traitance

Chronophage, répétitive, usante… la réalisation des tests antigéniques commence à devenir pesante pour les pharmaciens qui s’y astreignent depuis maintenant plus de 6 mois. Pour les décharger de cette mission, des sociétés externes proposent de s’occuper de (presque) tout, jusqu’à l’intégration des résultats sur SI-DEP. Une offre qui peut être tentante mais qui n’est pas sans risque pour le pharmacien.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/barnums-les-derives-de-la-sous-traitance

 

La certification sera finalement obligatoire pour les médecins en exercice

Laissée de côté le temps de la crise sanitaire, la certification périodique des professionnels de santé, actée par la loi de santé de 2019, fait son grand retour. Un projet d’ordonnance devrait être présenté sous peu au conseil des ministres. Surprise : contrairement à ce que préconisait le rapport Uzan, cette obligation ne s’appliquera pas qu’aux nouveaux diplômés… « Nous proposons que pour les médecins déjà installés, la certification soit sur la base du volontariat. »

Source : egora.

 

La « loi climat » contre l’affichage numérique en vitrine

La future « loi climat » actuellement en discussion au Parlement prévoit dans son article 7 de donner aux communes la possibilité d’interdire les publicités et enseignes lumineuses situées à l’intérieur des vitrines des commerces. Ce qui risque fort de porter un coup d’arrêt au développement du digital en vitrine. Les organisations professionnelles représentantes du commerce commencent à réagir et estiment qu’il s’agit là d’une atteinte au droit de propriété et à la liberté d’entreprendre des commerçants, elles y voient également une contradiction à l’objectif de transformation numérique des commerçants souhaité pourtant par l’État. Ont-elles une chance de se faire entendre ? Pour Amaury Simon, président de SGIV, « le Sénat devrait rejeter cet article 7, mais il sera sans doute adopté en seconde lecture par l’Assemblée Nationale. » « Cela risque d’être assez brutal pour les pharmacies qui ont déjà investi dans le digital en vitrine, cela nous conduit à réfléchir à une façon de travailler différente, avec des systèmes modulables, des toiles tendues par exemple » explique-t-il. « Mais il ne sera plus possible de pouvoir diffuser des messages en simultané. » Cela risque de représenter une pression supplémentaire pour les agenceurs, déjà affectés par les pénuries de matières premières (et qui concernent de nombreux secteurs de l’industrie) et donc des retards importants de livraisons.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

CHIFFRES

L’e-prescription (QR code sur un pdf ou sur une ordonnance papier avec un numéro unique) sera le quotidien du pharmacien dès 2022 dans le cadre de la téléconsultation. Source : Philippe Besset, président de la FSPF, 13/45.

Jean Castex a fixé les prochains objectifs de la vaccination contre le Covid-19 : à fin août, 40 millions de Français devront avoir reçu une première dose, 35 millions devront être entièrement vaccinés, et 85 % des plus de 50 ans et des adultes présentant des comorbidités devront avoir reçu au moins une dose.

Bas les masques, en extérieur, depuis le 17 juin 2021 ! C’est ce qu’a annoncé à la sortie du Conseil des ministres, le chef du gouvernement, Jean Castex. En revanche, il le restera en intérieur. Le couvre-feu sera levé dès le 20 juin.

Les étudiants en pharmacie vont mal. C’est ce que révèle l’enquête lancée par l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF) du 17 janvier au 9 février 2021. Sur les 2 978 répondants, 71,7 % déclarent que leurs études sont devenues une source de stress. Pire encore 41 % des étudiants ont décroché et 54,7 % n’ont pas réussi à suivre correctement leur cursus universitaire en raison de diverses difficultés (problèmes de connexion, environnement de travail inadapté…). Ainsi, 69,7 % considèrent que la crise sanitaire a diminué leur acquisition de connaissances et de compétences. Pour autant, 45,4 % souhaitent garder certains cours à distance. Un quart des étudiants a également rencontré des difficultés pour trouver un stage en essuyant parfois des refus liés aux conditions sanitaires. De fait, 37,7 % ont remis en cause leur projet professionnel suite à la crise sanitaire. Enfin, pour 33 % des étudiants, leur diplôme a moins de valeur en raison de la crise.

« Pfizer/BioNTech va aller en ville à l’automne », a annoncé le ministère de la Santé lors de son point presse hebdomadaire ce 15 juin. Il a donc trouvé son « bon moment ». Intégrer ce vaccin anti-Covid-19 dans le circuit de ville est, selon le ministère, « plus compliqué que Moderna » : Pfizer/BioNTech n’est pas prêt à l’emploi et nécessite une reconstitution avec du sérum physiologique, il faut par ailleurs « pousser » des dispositifs médicaux spécifiques pour son administration et le conditionnement des vaccins par boites de 195 flacons (contre des boites de 10 flacons pour Moderna) peut compliquer la distribution vers les agences des grossistes répartiteurs.

La vaccination contre la Covid s’ouvre ce mardi aux 12-17 ans sans condition. Si un parent est absent, l’autre parent devra toutefois attester sur l’honneur que l’absent a donné son consentement à la vaccination. Le recueil du consentement de l’adolescent se fera en centre de vaccination, et à l’oral, face à un professionnel de santé. Pour rappel, la vaccination des mineurs n’est possible qu’en centre de vaccination avec le vaccin Pfizer-BioNTech. Il s’agit, à ce jour, du seul vaccin dont l’AMM permet la vaccination des moins de 18 ans. Sources : Libération et Ordre des pharmaciens.

Les pédiatres de ville assurent moins de 15% des consultations concernant les enfants et sont « peu complémentaires des généralistes », souligne l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) dans un rapport paru hier. Il préconise de confier aux généralistes le suivi des enfants « ne présentant pas de pathologie chronique ni de facteur de vulnérabilité », et aux pédiatres celui des jeunes patients « avec besoins particuliers ou présentant des facteurs de risques ».

Le résumé des caractéristiques du produit (RCP) du vaccin anti-Covid 19 d’AstraZeneca Vaxzevria a été récemment modifié pour intégrer les risques de thromboses atypiques après vaccination. L’Agence européenne du médicament (EMA), dans un avis rendu le 11 juin, émet une nouvelle alerte. Et déconseille désormais l’utilisation de Vaxzevria chez les personnes ayant des antécédents de syndrome de fuite capillaire. 14 cas de ce syndrome ont été déclarés chez des personnes vaccinées (sur plus de 78 millions de doses injectées dans l’Union européenne et au Royaume-Uni), principalement chez des femmes, dans les 4 jours suivant l’injection.

Covid : le vaccin de Novavax serait très efficace contre les variants. La biotech américaine affirme que son candidat vaccin est efficace à plus de 90 % « globalement », selon les premières données de son essai clinique de phase III. Surtout, son efficacité a été de 93 % contre les principaux variants, affirme Novavax. Lien vers l’article : https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/covid-le-vaccin-de-novavax-serait-tres-efficace-contre-les-variants-1323471#xtor=CS3-3092

Le variant Delta (indien) représente désormais de 2 à 4% des nouveaux cas de Covid-19 détectés en France, selon le ministre de la Santé. « C’est peu, mais c’était la situation de la Grande-Bretagne il y a quelques semaines, avant que le pays ne soit dépassé par ce variant », avertit Olivier Véran. Interrogé par La Croix, l’épidémiologiste Antoine Flahault reste toutefois optimiste: « La situation dans l’Hexagone est extrêmement favorable et la décrue très prononcée. Nous devrions passer sous le seuil des 2 000 cas quotidiens dans les prochains jours, ce qui facilitera la surveillance de l’épidémie. »

86% des Français déposent leurs médicaments non utilisés en pharmacie, selon Cyclamed.

21 jours. C’est l’intervalle minimal désormais requis en France entre deux doses de vaccins Pfizer ou Moderna, contre 35 jours précédemment. La limite haute reste fixée à 49 jours. Le gouvernement veut ainsi faire preuve de souplesse à l’approche des vacances.

100 millions et jusqu’à 120 millions d’euros. C’est le coût hebdomadaire des tests de la Covid-19 en France. Pour Thomas Fatôme, directeur général de l’Assurance-maladie, ces dépenses importantes, de même que la vaccination, doivent cependant être vues comme un « investissement ».

Le vaccin du laboratoire allemand n’affiche qu’une efficacité de 47% contre le Covid-19 et ne remplit pas, à ce stade, les critères exigés pour être proposé aux populations. Lien vers l’article : https://www.capital.fr/entreprises-marches/covid-19-le-vaccin-de-curevac-nest-pas-assez-efficace-pour-le-moment-1406737

Le vaccin hexavalent Infanrix (diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire, poliomyélite, Hæmophilus influenzæ b et hépatite B) va connaître des tensions d’approvisionnement à partir de la fin du mois de juin. Celles-ci devraient durer 1 mois, jusqu’à fin juillet.

Bientôt de retour en pharmacie, les TROD angine seront remboursés à hauteur de 70 % par l’assurance-maladie. Source : le quotidien du pharmacien.

Jusqu’à présent, les personnes testées positives au Covid-19 devaient attendre au moins trois mois (et même 6 mois idéalement) après l’apparition des symptômes pour pouvoir être vaccinées. Selon une nouvelle recommandation de la Haute Autorité de santé (HAS), ce délai devrait être ramené à deux mois dans les prochains jours.

Si le contact a eu lieu au sein d’un foyer, un test diagnostique à J0 et à J7 reste recommandé pour le cas contact. Dans tous les autres cas, la réalisation d’un test diagnostique n’est plus requise dès lors que le schéma vaccinal est complet. Toutefois, si le cas index est porteur d’un variant delta ou d’autres variants d’intérêt émergents, des mesures particulières (isolement, test diagnostique à 7 jours) peuvent être décidées localement même pour les personnes vaccinées.

La société Interfimo a analysé 650 dossiers de pharmacies et comparé la rémunération 2020 des titulaires en société d’exercice libéral (SEL) – forme d’exploitation aujourd’hui la plus répandue en officine – avec celle de 2015. Il ressort que la rémunération annuelle nette moyenne est de 71 k€ par titulaire contre 64 k€ en 2015 (+10,94 %). Et sur une période de 15 ans, grâce à la progression de la marge brute globale de 30  % (soit 11 % de plus que l’inflation), le pouvoir d’achat du pharmacien reste constant. 60 % des rémunérations des titulaires en 2020 sont comprises entre 40 k€ et 89 k€. A titre de comparaison, le salaire annuel net d’un pharmacien au coefficient 800 s’établit à 51 k€ l’an passé.

GROUPEMENTS

Les pharmacies Le Gall Santé Services testent le coupon numérique universel

Céline Boultareau, directrice des opérations de Le Gall Santé Services revient sur la mise en place de coupons numériques universels qui simplifie l’accès et l’usage des promotions. Après les quelques mois de tests, Céline Boultareau explique qu’il faut faire beaucoup de pédagogie auprès des clients pour qu’ils utilisent ces coupons. « Tous nos clients n’ont pas un téléphone moderne et un accompagnement est bien souvent nécessaire, détaille-t-elle. Ce projet s’inscrit dans un souhait d’apporter plus de services en officine. Prochainement, les pharmacies proposeront la prise de rendez-vous en ligne, du click and collect avec l’envoi d’une photo d’une liste de courses à son pharmacien pour qu’il prépare tout. « Il faut de la digitalisation mais il est aussi nécessaire de simplifier les démarches », conclut Céline Boultareau.

Lien vers l’article : https://www.republik-retail.fr/solutions-techno/marketing/les-pharmacies-le-gall-sante-services-testent-le-coupon-numerique-universel.html?nl=7643&utm_source=email&utm_id=189856&utm_campaign=newsletter-2021-06-14

 

Laurent Filoche réélu président

Laurent Filoche a été réélu président de l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO) à l’issue de l’élection du nouveau bureau qui s’est tenue le 10 juin. Le pharmacien installé à Blagnac, en Haute-Garonne, va donc effectuer un 3e mandat à la tête de cette fédération de groupements. Élu pour les trois prochaines années, le bureau de l’UDGPO sera par ailleurs composé de Daniel Buchinger (président honoraire), Christophe Le Gall (vice-président), Cyril Tétart (trésorier) et William Sonnery (secrétaire). L’UDGPO présentera le 21 septembre son programme et ses futures actions à l’occasion d’une soirée qui verra également la remise du premier prix Bruno Soufflet, du nom du président fondateur du groupement Mutualpharm, décédé en janvier dernier. À cette occasion, l’UDGPO organisera également une conférence de presse pour évoquer les principaux enjeux de cette nouvelle mandature.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Les groupements revendiquent 10 euros

Selon l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO), l’assurance-maladie est loin du compte dans ses propositions pour rémunérer les pharmaciens dans la réalisation des tests sérologiques en amont de la vaccination de patients ayant potentiellement contracté le Covid. La CNAM avance un chiffre de 2 euros par test, quand les groupements de pharmaciens tablent sur 10 euros. Le prix de 6 euros par test proposé par l’assurance-maladie est quant à lui réaliste, estime l’UDGPO. À noter cependant que la rémunération définitive ne fera pas l’objet de négociation, mais sera fixée par arrêté.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Entretien avec François Tesson, directeur général de PHR

Extraits : « Notre enseigne Ma Pharmacie Référence est ainsi positionnée tant sur le service au patient que sur le sell out avec 80 % de mix produit médicaments remboursés, un panier moyen de 4 euros supérieur à la moyenne et un chiffre d’affaires moyen par officine de 2,4 millions d’euros. Les 1 340 pharmacies du groupement quant à elles réalisent un chiffre d’affaires moyen de 1,7 million d’euros. De 100 pharmacies sous enseigne aujourd’hui, nous devrions passer à 250 dans trois ans. Cette évolution passera principalement par la conversion des adhérents et par le développement des adhésions, notamment en prenant encore plus en compte les évolutions des équipes officinales de nos adhérents.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/nous-voulons-rester-avant-gardistes

 

AILLEURS

Belgique : les médecins ne veulent pas voir les pharmaciens vacciner contre le Covid

Il n’y a pas qu’en France que l’extension des missions du pharmacien déplaît aux syndicats de médecins. En Belgique, la possibilité de voir des officinaux vacciner contre le Covid-19 a fait sortir de ses gonds l’Association belge des syndicats médicaux (ABSyM), qui s’est violemment attaquée aux pharmaciens dans un communiqué.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/politique-de-sante/belgique-les-medecins-ne-veulent-pas-voir-les-pharmaciens-vacciner-contre-le-covid

 

Belgique : un pop-up pour annoncer la vaccination

Depuis avril, en effet, dès qu’un patient passe sa carte d’identité, le pharmacien voit apparaître un pop-up sur son écran qui indique si le client a été vacciné une première fois, une seconde, ou s’il n’a toujours pas répondu à la convocation. À charge du pharmacien alors de tenter de convaincre les indécis. Selon l’Association pharmaceutique belge (APB), cette campagne de sensibilisation est globalement bien perçue et les premiers résultats sont encourageants. Ce système de pop-up est utilisé aujourd’hui par 87 % des pharmaciens. Au total, près de 500.000 fenêtres ont déjà été générées depuis la mise en place du système. Ce qui a conduit les pharmaciens à mener 228.732 entretiens.

Lien vers l’article : https://www.moustique.be/29561/donne-t-trop-de-pouvoir-aux-pharmaciens

 

Québec : des pharmaciens accusés de vendre les données de leurs patients

Le syndic de l’Ordre des pharmaciens du Québec poursuit plus de 70 pharmaciens affiliés à l’enseigne Jean Coutu pour avoir permis à une entreprise pharmaceutique de consulter les dossiers confidentiels de patients en échange de ristournes plus importantes. Les audiences devant le conseil de discipline se sont clôturées la semaine dernière.

Lien vers l’article :

https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/justice/quebec-des-pharmaciens-accuses-de-vendre-les-donnees-de-leurs-patients

 

AGENDA

 

Le 30 juin prochain, la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF) organise la

troisième édition des « Amphis de l’officine » à la Maison des Pharmaciens à Paris sur la thématique :

« URGENCES ET OFFICINES », en présence de :

  • Dr Thomas MESNIER, député de la première circonscription de la Charente
  • Luc MOUGIN, président URPS Pharmaciens Bretagne
  • Philippe VERGNES, président du syndicat des pharmaciens de la Haute-Garonne
  • Françoise ALLIOT-LAUNOIS, vice-présidente de l’Association Française de lutte anti-

rhumatismale (AFLAR)

  • Pr Pierre CARLI, chef de service d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Necker-Enfants malades,

directeur médical du Samu de Paris et président du Conseil national de l’urgence hospitalière

(CNUH)

Cette matinée sera animée par le Dr François SARKOZY, Président de Tous pour la Santé.

Compte tenu des mesures de distanciation en vigueur, le nombre de places est limité. Vous pouvez dès à présent confirmer votre venue par mail à mscola@fspf.fr.