Actualités du 24 au 28 janvier 2022

ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

La HAS recommande d’élargir les vaccinations réalisées en pharmacie

La Haute Autorité de santé (HAS) recommande de permettre aux pharmaciens, mais aussi aux infirmiers et sages-femmes, de prescrire et d’administrer les vaccins non vivants inscrits au calendrier vaccinal chez les personnes âgées de 16 ans et plus. La HAS pose deux conditions à cet élargissement des compétences : la réalisation d’une formation adaptée et le renforcement de la traçabilité de la vaccination, notamment grâce à des outils numériques.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Véran s’engage à publier le code de déontologie d’ici à l’été

À la faveur d’un entretien filmé entre le ministre de la Santé et la présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP), et mis en ligne hier, Olivier Véran s’est engagé à publier le nouveau code de déontologie des pharmaciens « d’ici à l’été ». Olivier Véran indique en avoir fait la demande à ses services, tout en soulignant que ce code n’impliquait pas que son ministère, mais aussi celui de l’Économie et des Finances, ainsi que « le secrétariat général des affaires européennes ». Carine Wolf-Thal souligne que « la date est prise ».

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Envois massifs de DGS-Urgent : pour Olivier Véran, « vos contraintes sont nos contraintes »

La Direction générale de la santé a envoyé, en 2021, 138 « DGS-Urgent » aux professionnels de santé, soit en moyenne 1 alerte tous les 2 jours et demi, en comptant les dimanches. C’est d’ailleurs le dimanche, tard, qu’elles étaient souvent envoyées. Avec ordre, puis contrordre. Et ce rythme effréné semble conservé en 2022, puisque le seizième DGS-Urgent de l’année a été diffusé ce 26 janvier. Dans un entretien accordé à la présidente de l’Ordre national des pharmaciens Carine Wolf-Thal et diffusé le 27 janvier, Olivier Véran, le ministre de la Santé s’en excuserait presque.

Lien vers l’article : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/envois-massifs-de-dgs-urgent-pour-olivier-veran-vos-contraintes-sont-nos-contraintes.html

 

Une plateforme pour aider les personnes atteintes de Covid long

La plateforme de référencement et de prise en charge des malades chroniques du Covid a été officiellement créée, selon le « Journal officiel » du 25 janvier. Son accès sera gratuit. Cette plateforme pourra se décliner sous toutes les formes technologiques actuelles, comme un site Internet ou une application téléphonique. Son but, servir de référencement aux patients souffrant et ayant souffert de symptômes post-Covid persistants (Covid long), afin de mieux les suivre et les accompagner. Selon le « Journal officiel », ses modalités d’application seront précisées par un décret pris après avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

Pour en savoir plus : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045067964

 

Passe vaccinal

Le passe vaccinal est entré en vigueur le lundi 24 janvier. Un schéma vaccinal complet (schéma vaccinal initial + dose de rappel) sera désormais nécessaire pour disposer de ce passe vaccinal. La dose de rappel peut être administrée à partir de 3 mois après le schéma vaccinal initial pour les adultes et jusqu’à 7 mois maximum pour conserver son passe vaccinal. A partir du 15 février, la dose de rappel devra être injectée au maximum 4 mois après le schéma vaccinal initial. Par ailleurs, toute personne initiant un schéma vaccinal avant le 15 février disposera d’un passe vaccinal valide. Elle devra également présenter un résultat négatif d’un TAG, RT-PCR ou autotest supervisé. Elle devra impérativement réaliser sa deuxième dose (si elle n’a pas contracté le Covid) dans un délai de 21 jours. Dans le cas contraire, son passe vaccinal sera désactivé.

Source : USPO.

 

Nouveaux bénéficiaires d’autotests pris en charge

Les personnels exerçant dans les écoles, collèges, lycées et dans les structures périscolaires associées peuvent désormais bénéficier d’autotests pris en charge dispensés en pharmacie. Les pharmacies peuvent dispenser 10 autotests par mois par personne sur présentation d’une attestation professionnelle remise par l’employeur et d’une carte d’identité. Ils sont facturés avec un code PMR à 37,10 € TTC, soit 3,51€ par autotest, auxquels s’ajoutent un honoraire de dispensation de 2€. Pour le mois de janvier, les pharmacies dispensent uniquement 2 autotests avec un code PMR à 9,02€ et un honoraire de dispensation de 2€ soit 11,02 euros. Pour rappel, les professionnels de santé ne sont pas éligibles à une dispensation d’autotests pris en charge.

Sources : USPO, DGS urgent.

Lien vers le DGS urgent : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgs_urgent_no2022-14_autotests_en_officine.pdf

 

Lettre ouverte du syndicat des biologistes au ministère de la Santé

Dans le cadre de la négociation de la nouvelle convention pour les pharmaciens titulaires d’officine, le Syndicat des biologistes se félicite de voir enfin l’enjeu de la prévention devenir une action de santé publique à part entière. Multiplier les points d’accès à des professionnels de santé disponibles et compétents est en effet un dispositif gagnant/gagnant au bénéfice de la santé de tous les Français, que le SDB appelle de ses vœux depuis très longtemps. Mais il ne s’agira d’un progrès pour les citoyens que si chaque acte est prodigué par le bon professionnel avec la bonne compétence afin de garantir une prise en charge de qualité. Il en va de même pour les examens de biologie médicale, et ce dès les campagnes de dépistage et de prévention. Les biologistes médicaux n’ont pas vocation à exercer sur le terrain du médicament, les pharmaciens d’officine ne doivent pas être autorisés par dérogation à exercer une biologie de seconde zone.

Lien vers la lettre ouverte : https://www.veille-acteurs-sante.fr/2022/01/27/extension-des-missions-des-professionnels-de-sante-une-voie-davenir-que-nous-approuvons-seulement-si-les-domaines-dexpertise-restent-respectes-alerte-le-sdb-lettre-ouverte/

 

Vente d’autotest en ligne : une interdiction contestée

Depuis quelques jours, des pharmacies d’officines ou des sites de parapharmacie contournent l’interdiction de vente en ligne d’autotest. Pharmazon, une entreprise française de e-commerce pharmaceutique, dénonce une réglementation administrative sans logique sanitaire et qui fragilise l’économie officinale.

Sources : fréquence officine, le moniteur des pharmacies.

Lien vers l’article du moniteur : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/autotests-covid-19-flottement-en-ligne.html

 

Amilae veut mettre le conseil au cœur de l’officine

Marie-Pierre Béranger, ancienne titulaire qui s’est lancée depuis deux décennies dans le conseil et le management, propose aujourd’hui Amilae, « un outil qui permet de prendre conscience de la méthode et de la pratique pour être force de proposition au comptoir. Aller chercher les souhaits et des problèmes non exprimés par les patients, afin de donner tous les conseils nécessaires ». L’application suit ainsi l’équipe officinale pendant 6 à 8 semaines avec un peu de méthode puis de courts exercices réguliers pour se former au conseil dans sa globalité : sécurisation de l’acte pharmaceutique, OTC, automédication, observance et nouvelle mission… Le coût est d’environ 260 euros par utilisateur.

Source : la revue pharma.

Pour en savoir plus : https://anim-act.com/amilae/

 

FreeStyle : les promesses d’Abbott sur l’approvisionnement aux officines

Depuis le 1er janvier 2022, le laboratoire Abbott a cessé la distribution de sa gamme de lecteurs/bandelettes de glycémie et de cétonémie FreeStyle via les grossistes-répartiteurs. Les pharmaciens peuvent commander les produits directement auprès du laboratoire, soit en appelant le numéro vert 0 800 10 11 56, soit en remplissant un formulaire dans l’espace Pharmacien d’officine du site FreeStyleDiabete.fr. Le laboratoire justifie cette démarche par son souhait « d’améliorer ses ratios coût, satisfaction et efficacité ». Il peut ainsi proposer « des tarifs plus attractifs, sans engagement ni contrat », « un franco de port réduit à 42 € » et « des délais de livraison de 48 h à 72 h ».

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Salariés en surchauffe : les syndicats revendiquent une revalorisation générale des salaires

« C’est un raz-de-marée. Entre les tests antigéniques, la vaccination et les pathologies hivernales, l’activité des officines a, ces dernières semaines, littéralement explosé, assure Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral en charge de la pharmacie d’officine à Force Ouvrière. Et les informations qui remontent de nos syndicats régionaux font état d’une dégradation des conditions de travail, mais aussi d’une véritable souffrance psychologique entraînant des arrêts de travail et des démissions en cascade ». « Nous demandons que le coefficient 100 soit placé à 10 % au-dessus du Smic pour le premier coefficient de la grille, et que le coefficient 430 des cadres corresponde, lui, au plafond de la sécurité sociale, comme cela avait été accepté en 2008, mais cet engagement n’a jamais été vraiment tenu », rappelle Stevan Jovanovic. « Alors que les pharmacies ont de plus en plus de mal à attirer des pharmaciens et des préparateurs, il est plus que temps d’engager une politique salariale digne de ce nom qui mettrait un terme à plusieurs décennies d’indigence, les rémunérations proposées aux préparateurs et aux pharmaciens n’étant pas en adéquation avec leurs diplômes et leurs responsabilités », ajoute Olivier Clarhaut.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

« Je leur tire mon chapeau aux pharmaciens »

Je vaccine contre le Covid-19, je teste à tour de bras, je vends des autotests et des boîtes de Doliprane, je délivre des médicaments sur ordonnance, je conseille, j’assure les premiers soins, je rassure et je fais encore mille autres choses… 95 % des Français considèrent les pharmaciens comme « faciles d’accès », contre 67 % pour les médecins généralistes. La vidéo qui fait du bien au moral : https://www.youtube.com/watch?v=aAw_bwqk4VA&t=104s&ab_channel=LeMoniteurdespharmacies

 

« Une occasion à ne pas manquer »

Président de France Assos Santé, Gérard Raymond a participé aux travaux qui ont conduit à l’élaboration de « Mon espace santé ». S’il attend qu’une véritable communication soit effectuée pour informer les Français sur ce projet, il fonde beaucoup d’espoir sur ce dernier et le pense capable de transformer notre système de santé.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/politique-de-sante/une-occasion-ne-pas-manquer

 

CHIFFRES

Le régime dérogatoire accordé à la GMS pour vendre des autotests, initialement prévu jusqu’au 31 janvier, a été prorogé de 15 jours, jusqu’au 15 février 2022.

Le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) ne recommande pas, dans l’état actuel des connaissances, un deuxième rappel de vaccin contre le Covid (ou quatrième dose vaccinale). Et ce, à l’exception des personnes sévèrement immunodéprimées, pour qui le COSV a d’ores et déjà recommandé l’injection systématique d’une seconde dose de rappel vaccinal. Ainsi, dans son avis daté du 19 janvier, il affirme qu’« une seconde dose de rappel vaccinal n’apporterait en effet pas de bénéfice individuel significatif ».

Un mois après son ouverture aux 5-11 ans, la vaccination des enfants reste très minoritaire en France. Jusqu’à présent réservées aux médecins, la prescription et la vaccination des enfants de 5 à 11 ans est désormais ouverte aux pharmaciens, infirmiers et sages-femmes. L’autorisation d’un seul des deux parents est maintenant nécessaire à la vaccination contre le Covid-19 des enfants de 5 à 11 ans. En outre, afin de simplifier l’accès à la vaccination, il n’est pas nécessaire que l’enfant soit accompagné par un de ses parents. La personne qui l’accompagne doit pouvoir établir qu’elle détient l’accord d’un des parents et présenter un formulaire d’autorisation parentale dûment signé par l’un d’entre eux. Source : DGS Urgent.

La Suède a choisi de ne pas recommander la vaccination des 5-11 ans contre la Covid-19, contrairement à de nombreux autres pays européens. « Les vaccins sont sûrs, ce sont de très bons vaccins, mais nous nous concentrons sur les bénéfices médicaux de l’enfant individuellement et nous n’estimons pas que les bénéfices soient suffisamment grands pour recommander la vaccination de tout le groupe », déclare Britta Björklund, chargée du dossier à l’Autorité de santé publique suédoise.

Les adolescents âgés de 12 à 17 ans sont désormais tous éligibles au rappel vaccinal, six mois après le schéma vaccinal initial (source DGS Urgent). Attention, le rappel n’est pas obligatoire pour ce public. Ce rappel peut être injecté en officine. Seul le vaccin Pfizer peut être injecté à ces adolescents.

A partir du 30 janvier 2022, la dose de rappel sera intégrée dans l’obligation vaccinale pour toutes les personnes exerçant dans les secteurs sanitaires et médico-social. Les titulaires et l’ensemble des salariés exerçant dans la pharmacie, déjà soumis à l’obligation vaccinale, devront donc présenter un schéma vaccinal incluant le rappel à compter du 30 janvier 2022.

10 milliards de vaccins contre la Covid-19 ont été administrés dans le monde depuis le lancement des premières campagnes, l’an dernier, rapportent Les Échos. Selon les sources, ce cap symbolique sera franchi dès aujourd’hui ou demain, au rythme d’une trentaine de millions de vaccinations par jour.

Dix millions de Français ont pu bénéficier de soins dentaires, de lunettes ou d’audioprothèses entièrement remboursés par l’Assurance-maladie et leur complémentaire santé, depuis le lancement de la réforme du « 100% santé », a indiqué hier le ministre de la Santé, Olivier Véran.

La start-up Zoī, qui veut créer une application de médecine préventive personnalisée, vient de lever 20 millions d’euros auprès d’investisseurs privés. Zoī, c’est une toute jeune pousse parisienne dont le produit final est encore en test mais devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année. Son credo : démocratiser la médecine préventive personnalisée à travers un parcours hybride entre le monde physique et numérique. Le patient se rend dans un centre pour effectuer une batterie de tests (urines, salive, microbiotes, posture, vision…) et reçoit ensuite une cartographie de son organisme, de ses forces et de ses faiblesses. La dimension digitale se concrétise ensuite à travers une application dont l’ambition est de les guider dans leurs choix quotidiens. Source : les échos.

27 visites par seconde en pharmacie pour un produit de premier recours, soit 305 millions de visites à l’officine. Donnée largement soulignée par les responsables de Nères, le poids grandissant des ventes de produits à visée préventive et non curative, qui représentent désormais 39,3% des ventes de produits de premier recours contre « seulement » 34% en 2017. Cette progression est notamment due à la part toujours plus importante des compléments alimentaires et, dans une moindre mesure, des dispositifs médicaux.

80 % des pharmacies qui dispensent des compléments alimentaires sont des petites et moyennes officines. Source : le moniteur des pharmacies.

La Sécurité sociale « ne reviendra vraisemblablement pas à l’équilibre avant 2030 », a estimé hier Olivier Véran. Si la pandémie va continuer de peser sur les dépenses en 2022, au regard de la flambée des tests de dépistages, ce sont surtout les revalorisations du Ségur de la santé que le système devra absorber au cours des prochaines années.

Les compléments alimentaires ont également affiché une croissance flatteuse à + 10,4 %. Avec la crise sanitaire, la prévention est une préoccupation davantage ancrée dans les comportements d’automédication. Une tendance de fond qui s’accélère, puisque la prévention a gagné 5 points en poids sur ces quatre dernières années. Les produits de l’immunité qui avaient connu une année 2020 exceptionnelle (+ 36,6 %), ne progressent en 2021 que de 3 % en raison d’un effet de correction du marché. Source : le moniteur des pharmacies.

Confronté à la détresse de ses patients insuffisants respiratoires, un titulaire du Cantal entame aujourd’hui son quatrième jour de grève de la faim pour dénoncer à la fois la désertification médicale et l’inflexibilité de la CPAM et de la MSA. Lien vers l’article :  https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/un-pharmacien-en-greve-de-la-faim-contre-les-tracasseries-de-lassurance-maladie

Paxlovid, traitement oral du Covid-19 destiné aux personnes à risque de Covid grave, pourra être délivré en officine. Cette dispensation sera rémunérée 9,22 euros TTC, auxquels s’ajoutent les honoraires de dispensation, à la boîte, voire d’âge.

Une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) révèle que 74 % des gels hydroalcooliques sont non conformes, voire dangereux.

 

GROUPEMENTS

Disparition de Richard Gréaume, président de Giphar

Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition prématurée de Richard Gréaume, président du groupement de pharmaciens Giphar depuis septembre dernier. Ce pharmacien, titulaire, âgé de 45 ans est salué par ses confrères comme un passionné par son métier, avec la volonté de mettre la santé au cœur de ses actions. Ses équipes perdent un homme enthousiaste, gentil, créatif et bienveillant. La gouvernance du groupement sera assurée par Valérie Kieffer accompagnée des 3 vice-présidentes : Caroline Mazet, Géraldine Pépion et Agnès Tarodo de la Fuente. Elles ont annoncé poursuivre la mise en œuvre des actions portées par Richard Gréaume.

Source : la revue pharma.

 

Pharma Santé Développement double de taille avec Optipharm

Le groupe totalise désormais 2 500 pharmacies clientes, soit près de 10% du parc français, et voit par ailleurs ses revenus passer de 7,3 M€ à près de 14 M€. Les fondateurs de la cible profitent de l’opération pour se retirer, tandis que les adhérents, tous actionnaires, restent présents au capital. L’acquisition a été financée par un mix de fonds propres et de dette. Elle s’est également accompagnée d’un refinancement de la dette LBO, mise en place en 2018 lors de la prise de contrôle de Connect Pro, aux côtés de SofiPaca, Etoile Capital et Smalt Capital. Un nouveau pool bancaire mené par un duo Caisse d’Epargne/ Banque Populaire est à la manœuvre. Fondé au début des années 2000 à Marseille, PSD permet à ses adhérents de bénéficier de conditions d’achat préférentielles ainsi que de services digitaux et marketing. Le groupe a par ailleurs développé sa propre gamme de produits cosmétiques, d’hygiène et médicaux, via NEP La Marque, et créé un organisme de formation continue certifiée.

Source : les échos capital finance.

 

PRÉSIDENTIELLES

Au revoir Arnaud !

Arnaud Montebourg retire sa candidature à l’élection présidentielle. L’ancien ministre du redressement productif, candidat depuis le mois de septembre, a annoncé, mercredi 19 janvier en fin de matinée, qu’il retirait sa candidature à l’élection présidentielle considérant “inutile et désespérant d’ajouter du désordre à la confusion d’un trop grand nombre de candidatures.” L’ancien ministre qui a annoncé ne soutenir aucun candidat avait  discuté, ces derniers temps, avec Christiane Taubira et le communiste Fabien Roussel, mais les négociations n’avaient pas abouti.

Source : BTA.

 

Les macronistes en ligne

Un site web présageant l’imminente campagne d’Emmanuel Macron a été mis en ligne dans la nuit de mercredi à jeudi, sous le nom de domaine : Avecvous2022.fr. En parallèle, des affiches ont fleuri à travers le pays, floquées du simple slogan “Avec vous”, sans nom de candidat ou de parti, mais renvoyant vers le site et les réseaux sociaux de cette campagne. Si la page principale du site présente simplement des témoignages de citoyens sur leur vie quotidienne ou leurs espoirs, il s’agit bien d’une initiative de la majorité présidentielle.

Sources : politico et le figaro.

Lien vers l’article du Figaro : https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/presidentielle-2022-avec-vous-le-site-de-campagne-d-emmanuel-macron-a-ete-mis-en-ligne-20220127?utm_source=POLITICO.EU&utm_campaign=9380d2f2de-EMAIL_CAMPAIGN_2022_01_28_05_21&utm_medium=email&utm_term=0_10959edeb5-9380d2f2de-189134437

 

Comparateur de programmes santé

Avant l’échéance électorale d’avril 2022, la Mutualité Française passe au crible les ambitions en matière de santé et de protection sociale des présidentiables pour éclairer le choix des Français. Quatre décryptages sont disponibles sur le site placedelasante.fr.

 

AGENDA

 Les 15es Rencontres de l’officine ont été reportées

Les nouvelles dates sont les suivantes au Palais des congrès de Paris les 18, 19 et 20 juin 2022. Pour en savoir plus : www.rencontresdelofficine.org