Actualités du 25 au 28 avril 2022

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Le ministère de la Santé dévoile le calendrier 2022 des vaccinations

Comme chaque année, le ministère de la Santé, après avis de la Haute Autorité de santé (HAS), rend public son calendrier des vaccinations. En plus des onze vaccins obligatoires chez l’enfant, il introduit des nouveautés, dont la vaccination contre le méningocoque B (bactérie notamment responsable des méningites) par Bexsero® chez tous les nourrissons de plus de 29 jours et de moins de 23 mois. Le ministère recommande également « la vaccination contre la coqueluche – une autre maladie infantile respiratoire due à une bactérie – chez la femme enceinte » à partir du deuxième trimestre de grossesse. Enfin, la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée chez les professionnels exposés dans le cadre professionnel aux virus grippaux porcins et aviaires. Alors que les éleveurs français font face à une importante épidémie de grippe aviaire, « cette vaccination est à considérer comme une mesure de protection collective visant à éviter la transmission aux animaux des virus influenza humains et non pas comme une mesure de protection individuelle contre les virus zoonotiques », détaille le ministère de la Santé. En parallèle de la publication du calendrier vaccinal, Santé publique France (SPF) dresse un bilan encourageant de la vaccination en France.

Lien vers le calendrier vaccinal :

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinal_21avril22.pdf

  

Un « pied dans la porte »

Le président de la FSPF considère que la publication des premiers groupes de médicaments biologiques substituables à l’officine marque le début d’une nouvelle ère qui passe par la coordination. S’il ne fait « nul doute que cette substitution sera l’un des chantiers prioritaires [à débattre] avec le futur ministre de la Santé », le président de la FSPF estime que ce démarrage avec seulement deux petits groupes permettra aux pharmaciens de « voir comment tout cela fonctionne ». Concernant les médicaments dits « hybrides », c’est-à-dire associant une molécule et un dispositif médical, Philippe Besset a expliqué être encore « en attente d’un texte soumis à la concertation mais à paraître dans les jours à venir ». Il a en outre précisé quel serait le premier groupe que les officinaux seront autorisés à substituer dans ce champ, « les médicaments de la sphère respiratoire par voie inhalée, donc ceux de l’asthme », non sans rappeler que « là aussi, il est nécessaire d’obtenir l’égalisation de marge » avant de pouvoir débuter leur substitution.

Source : le pharmacien de France.

 

Infirmiers et pharmaciens peuvent désormais administrer tous les vaccins

Trois mois après un avis favorable de la Haute Autorité de santé, le gouvernement valide l’extension des compétences vaccinales pour ces professions. Elles ont fait leurs preuves durant l’épidémie de Covid-19. Cette décision bénéficie en premier lieu aux infirmiers. Ils sont désormais habilités à administrer, sans prescription médicale préalable, les vaccins contre quinze maladies : grippe, rage, diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, papillomavirus humains, pneumocoque, hépatites (A et B), méningocoques (A, B, C, Y et W). Les soignants pourront réaliser ces injections sur toutes les personnes « âgées de seize ans et plus pour lesquelles ces vaccinations sont recommandées ». « C’est un premier pas vers plus d’autonomie pour la profession et, pour nos concitoyens, la garantie d’un accès renforcé à la prévention », s’est félicité le président de l’Ordre des infirmiers, Patrick Chamboredon, dans un message transmis à l’AFP. Les pharmaciens sont, eux aussi, « autorisés à administrer » la même liste de vaccins à la même population de seize ans et plus, mais toujours sur présentation d’une ordonnance médicale. « Pour pouvoir les prescrire, nous attendons un avis de l’Agence du médicament », récemment saisie par le ministre de la Santé, Olivier Véran, explique Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (le principal syndicat de la profession). Ce feu vert est espéré d’ici à l’automne, sachant que les pharmaciens ont négocié récemment des honoraires de 7,50 à 9,60 euros par vaccin injecté, qui seront remboursés par la Sécurité sociale à compter d’octobre. Les sages-femmes sont aussi concernées. L’éventail des vaccins qu’elles pourront « prescrire et pratiquer » chez les femmes enceintes, les nouveau-nés et les « personnes qui vivent régulièrement dans leur entourage » est ainsi aligné sur les mêmes pathologies que pour les infirmiers et pharmaciens.

Source : les échos

Lien vers les textes au  JO : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045638858

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045638970

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045638979

 

Dépistage : et maintenant un Trod Covid-19/grippe

Biosynex commercialise depuis début avril un test rapide d’orientation diagnostique (Trod) pour mettre en évidence un Covid-19 et/ou une grippe A et B. Avec un seul prélèvement réalisé en pharmacie, il permet ainsi de détecter trois virus différents, selon les mêmes modalités de réalisation que pour un test antigénique de dépistage Covid-19. Combo Covid-Flu n’est pas un autotest. Il suit le même protocole sanitaire que celui en vigueur pour le Covid-19, avec ou sans ordonnance. Et est remboursé selon les mêmes conditions qu’un test antigénique Covid-19. 749 pharmacies le proposent déjà.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Téléconsultation : Tessan démarre un test chez Carrefour

La société de télémédecine Tessan vient d’installer une offre de téléconsultation cette fois dans l’emblématique hypermarché Carrefour de Montesson (Yvelines). « Il s’agit d’un test », fait savoir Tessan au Moniteur des Pharmacies. Le géant mondial confirme : « Carrefour développe différents services sur l’axe de la santé et du bien-être. Dans ce cadre, l’enseigne mène avec Tessan un test d’une durée de 6 mois concernant l’installation de cabines de téléconsultation », indique un de ses porte-parole sans préciser combien. Quoiqu’il en soit, Tessan, qui revendiquait 300 dispositifs de téléconsultation établis sur le territoire début mars, fait son chemin en grande distribution après s’être déjà installé dans plusieurs Monoprix, dans un espace baptisé « La Santé au quotidien » et ce, malgré la grogne du Conseil national de l’ordre des médecins qui s’était, au moment de cette innovation, fendu d’un communiqué sur le thème « La santé n’est pas un commerce ! ».

Source : le moniteur des pharmacies.

 

FO condamne « la surdité patronale », la FSPF lance une enquête

La négociation salariale complémentaire qui s’est tenue hier a tourné court. Force Ouvrière (FO) n’hésite pas à pointer la responsabilité de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), venue sans mandat de négociation. De son côté, la FSPF annonce lancer une grande enquête sur les salaires pour « mesurer la soutenabilité économique des revendications salariales ».

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/gestion-de-lofficine/gestion-du-personnel/fo-condamne-la-surdite-patronale-la-fspf-lance-une-enquete?xtor=EPR-1-%5BNL_editionnumerique%5D-%5B20220426%5D&utm_content=20220426&utm_campaign=NL_editionnumerique&utm_medium=newsletter&utm_source=qph

 

Allô, qui IA au bout du fil ?

Fini le téléphone qui pleure sans fin. Désormais c’est l’intelligence artificielle (IA) qui décroche. Voilà ce que propose la société 1001 Rendez-vous (groupe IP Contact, spécialiste des centres d’appels et opérateur téléphonique), qui, après trois ans de développement, met sur le marché un système qui permet de répondre aux coups de fil à l’officine selon le scénario désiré. Pour donner les horaires d’ouverture, indiquer la disponibilité d’un produit ou sa rupture de stock, préciser les jours de présence de tel ou tel membre du personnel, et même prendre un rendez-vous pour un vaccin ou autre… Concrètement, point de touches sur lesquelles appuyer et qui en découragent plus d’un : le patient appelle sa pharmacie « comme d’habitude » et parle à une voix féminine. Si son message n’est pas compris par le système fondé sur l’IA, il est transféré vers quelqu’un : une personne de la pharmacie ou une télésecrétaire. « Nous cherchons des officines pilotes pour être en mesure de répondre au mieux aux problématiques de terrain », explique Valérie Samson, responsable commerciale chez IP Contact, qui, après avoir présenté son outil, à Paris lors du salon PharmagoraPlus les 12 et 13 mars derniers, espère intégrer cette solution à des logiciels de gestion d’officine. Le tarif : 87 € HT/mois.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

CHIFFRES

 

21,6 milliards d’euros. C’est le montant des achats de tabac sous toutes ses formes en 2021 en France. Un chiffre en hausse par rapport à 2019 (19,5 milliards d’€), année de référence dans la mesure où en 2020, les confinements et autres restrictions sanitaires avaient mécaniquement freiné les achats transfrontaliers.

Environ 450.000 personnes âgées de plus de 80 ans n’ont toujours pas reçu la moindre dose de vaccin contre la Covid-19. « Cela reste notre plus grande menace », assure Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. « À système comparable, nous sommes les plus mauvais d’Europe dans cette catégorie », regrette Olivier Guérin, membre du conseil scientifique. « Depuis un an, nous ne progressons pratiquement plus. » Source : le Monde.

169 cas d’hépatites sévères d’origine inconnue ont été rapportés chez des enfants dans 11 pays, dont 100 au Royaume-Uni, faisant craindre une nouvelle épidémie. Seule l’identification de la cause exacte de ces hépatites permettra d’en être sûr. Au Royaume-Uni, la Pr Susan Hopkins, de l’agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA), évoque la piste des adénovirus. « Le Royaume-Uni a récemment observé une augmentation de l’activité des adénovirus, qui co-circulent avec le SARS-CoV-2 », ajoute l’OMS, sans confirmer toutefois cette piste.

Seuls 25,5% des patients Covid hospitalisés au Royaume-Uni étaient totalement rétablis après un an, selon une étude publiée hier dans le Lancet Respiratory Medicine. Les femmes, les personnes obèses et celles mises sous ventilation à l’hôpital ont davantage de risque de voir leurs symptômes persister au-delà d’un an, notent les chercheurs. Parmi les symptômes les plus courants se trouvent la fatigue, les douleurs musculaires, le ralentissement physique, le manque de sommeil et l’essoufflement. Source : le figaro.

44 % des consommateurs se disent engagés et choisissent des produits et des marques en adéquation avec leurs valeurs, selon le rapport Think Forward de PayPal.

66 % des commerçants Français prévoient une croissance de leur activité d’au moins 20 % en 2022 selon une étude d’Adyen. Sur les 5 prochaines années, selon les économistes sollicités pour l’étude, à savoir le Center for Economics and Business Research (Cebr), la croissance du secteur retail devrait atteindre 14,8 % en France. L’impact de la transformation numérique contribuerait à hauteur de 3 %. 62 % des consommateurs français déclarent préférer acheter en magasin. Autre chiffre en faveur des boutiques, 41 % des consommateurs déclarent qu’ils apprécient de pouvoir toucher, sentir ou essayer physiquement les produits avant de les acheter.

Trois responsables de laboratoires d’analyses de la Côte d’Azur sont jugés ce lundi après-midi par le tribunal correctionnel de Nice. Entre septembre et octobre 2020, ils auraient transmis à des patients des résultats de tests Covid… qui n’ont en fait jamais été analysés. Après investigations, la fraude concernerait 497 tests, réalisés précisément entre le 1er septembre et le 8 octobre 2020. Ces derniers ont fait l’objet d’une « saisie manuelle » sans que les échantillons n’aient été dépistés, explique le parquet.

Avec plus de 20 millions d’actes réalisés chaque année dans l’Hexagone, l’ostéopathie est devenue la médecine « non conventionnelle » préférée des Français, rapporte La Croix. Le nombre de praticiens ne cesse d’augmenter, à près de 35.000 aujourd’hui, contre 11.608 en 2010. Un phénomène qui interroge toutefois le Pr François Rannou, chef du service de médecine physique et de réadaptation à l’hôpital Cochin, qui rappelle qu’à ce jour l’efficacité de cette pratique n’est pas démontrée.

L’Assurance-maladie a annoncé le 25 avril 2022 la mise en place d’une « aide financière exceptionnelle » de 15 centimes par litre de carburant pour les professionnels de santé libéraux, en complément de la remise à la pompe financée par l’Etat depuis le 1er avril. Cette mesure prend effet « à compter de ce jour », sous la forme d’une revalorisation des indemnités de déplacement et des indemnités kilométriques, précise l’Assurance maladie.

La Commission européenne a dévoilé lundi un plan pour l’interdiction d’ici à 2030 de milliers de produits chimiques toxiques, dont la plupart des substances perfluoroalkylées (PFAS), utilisées notamment dans certains dispositifs médicaux. Des dérogations pourraient toutefois être accordées pour certains usages jugés « essentiels ».

Le Meta Store de la maison-mère de Facebook ouvrira en Californie en mai pour permettre aux visiteurs de tester la réalité virtuelle, qui peine à décoller auprès du grand public. Source : LSA.

Selon une étude de l’Université Paris Cité et de l’AP-HP, 85% des personnes souffrant de symptômes prolongés de la Covid n’en sont toujours pas débarrassées un an après leur apparition. Pour 60% des malades, l’impact sur la vie personnelle, professionnelle et sociale est même qualifié de « très important ». « C’est difficile à vivre pour les patients, mais il ne faut pas non plus s’imaginer que tous sont dans un état catastrophique », tempère le Dr Leonardo Astudillo, à la tête d’une consultation pluridisciplinaire dédiée au sein de la clinique Saint-Exupéry à Toulouse. « L’atténuation des symptômes peut prendre du temps, mais dans la plupart des cas, on constate une amélioration. »

Le Danemark, où toutes les restrictions sanitaires ont été levées le 1er février, suspend sa vaste campagne de vaccination contre la Covid. Cette décision est justifiée par la forte couverture vaccinale (près de 81% des 5,8 millions de Danois ont reçu deux doses et 61,6% trois) et des indicateurs encourageants, avec des taux d’hospitalisations stables et une baisse du nombre de nouvelles infections. La campagne doit reprendre plus tard, selon l’évolution de l’épidémie. Lien vers l’article du Figaro : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-danemark-suspend-sa-vaste-campagne-de-vaccination-anti-covid-20220426

Les cas d’obésité et de surpoids ont fortement augmenté chez les plus petits avec la crise sanitaire. Selon une étude de Santé publique France menée auprès de 50.000 élèves de maternelle, la proportion d’enfants obèses a quasiment doublé au cours des deux années de la crise sanitaire, passant de 2,8% à 4,6%. Le taux d’enfants en surpoids a aussi progressé, de 8,9% à 11,2%. Les filles sont plus concernées. Les chercheurs ne savent toutefois pas si cette tendance est d’abord liée à une dégradation de l’alimentation ou de l’activité physique. Lien vers l’article : https://www.leparisien.fr/societe/sante/la-proportion-denfants-obeses-en-forte-augmentation-depuis-la-crise-sanitaire-26-04-2022-7LIKKUMS4NAKLBIIRA55MY777Q.php

Carrefour compte 105 millions de foyers clients dans le monde, des sites d’e-commerce attirant chaque jour 1,3 million de visiteurs uniques mais aussi un réseau de 12 111 magasins dans plus de 30 pays. « Nos canaux de vente sont très divers, de l’hypermarché au quick commerce, en passant par les magasins de proximité, ce qui rend le challenge de la data encore plus intéressant pour les spécialistes », affine Arnaud Grojean, chief data officer de Carrefour. Source : LSA.

88 % des vaccinations sont réalisées en ville sur les quinze derniers jours dont deux tiers par les pharmaciens d’officine. Pour la prochaine campagne de vaccination antigrippale 2022-2023, il n’y aura pas de vaccin combiné grippe/Covid disponible. Source : le moniteur des pharmacies.

Le vaccin Valneva à virus inactivé contre le Covid-19, également indiqué en primovaccination chez les plus de 18 ans et présenté en flacon de 10 doses, devrait arriver, lui, fin juillet. La validation européenne de ce candidat vaccin a pris du retard, l’Agence européenne du médicament (EMA) ayant adressé au fabricant une nouvelle liste de questions relative à sa demande d’homologation pour son candidat vaccin anti-Covid-19 VLA2001. Source : le moniteur des pharmacies.

Les activités de dépistage du Covid-19 poursuivent leur baisse tout en restant à un volume raisonnable. Sur les 7 derniers jours, du mardi 19 avril au lundi 25 avril, elles chutent de 3 % à 2 698 200 tests. Les comparaisons à J-7 sont à relativiser en raison du lundi férié de Pâques (18 avril) marqué par un volume de tests très faible. Ainsi, la comparaison de jour à jour montre une hausse de + 245 % sur le lundi 25 avril, faussant ainsi la moyenne hebdomadaire. Si l’on gomme ce jour dans les analyses, la décélération du dépistage est de -14,9 %. Source : le moniteur des pharmacies.

Investies, les équipes officinales l’ont été dans la lutte contre la Covid-19. Un investissement payant : le chiffre d’affaires (CA) moyen (1,935 M€) évolue de + 7 %. Les structures financières des officines n’ont jamais été aussi bonnes. 3 % des officines ont clôturé leur exercice avec une trésorerie négative contre 6 % en 2020, les 10 % des pharmacies les plus performantes ont clôturé leur exercice avec une trésorerie positive de plus de 400 000 euros. Source : KPMG.

15 nouvelles pathologies génératrices de DASRI pour les patients en autotraitement. Lien vers le JO : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045654062

Parabens, bisphénols, PVC… Toutes ces substances chimiques nocives pour la santé et l’environnement pourraient être interdites dans tous les produits de grande consommation à l’horizon 2030. Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/politique-de-sante/lunion-europeenne-veut-interdire-les-substances-chimiques-toxiques-dici-2030?xtor=EPR-1-%5BNL_editionnumerique%5D-%5B20220426%5D&utm_content=20220426&utm_campaign=NL_editionnumerique&utm_medium=newsletter&utm_source=qph

De nouveaux tarifs forfaitaires de responsabilité (TFR), initialement prévus pour entrer en vigueur lundi prochain, sont reportés au 15 juin 2022. Il s’agit du chlorhydrate de duloxétine (équivalent à duloxétine 30 mg ou 60 mg) conditionné par boîte de 7 (1,33 euro) ou de 28 gélules gastrorésistantes (4,36 euros). Est également concerné l’ésoméprazole magnésium trihydrate (équivalent à ésoméprazole 20 ou 40 mg) en boîte de 7 (1,25 euro), de 14 (2,19 euros) ou de 28 comprimés gastrorésistants (4,04 euros). Enfin, les TFR du rabéprazole sodique 10 mg ou 20 mg seront, au 15 juin, de 2,19 euros la boîte de 14 comprimés gastrorésistants et de 4,04 euros la boîte de 28. Source : le quotidien du pharmacien.

 

GROUPEMENTS

 

Livraison de médicaments à domicile : La Poste accélère

Le marché de la livraison de médicaments à domicile serait-il enfin en train de décoller ? Sur sa plateforme « Mes médicaments chez moi », le groupe La Poste enregistre depuis quelques mois une progression soutenue du nombre de livraisons et des pharmacies enrôlées. Pour gagner en visibilité, La Poste Santé entend multiplier les partenariats avec les groupements de pharmacies, comme celui qu’elle a déjà signé avec Aprium Pharmacie et Pharmabest. « Grâce à cet accord, nos adhérents peuvent proposer la livraison par coursier en maximum deux heures dans 55 villes, et par facteur sur l’ensemble du territoire, se félicite Laurent Keiser, le président d’Aprium Pharmacie. Une centaine de nos adhérents sont déjà branchés sur la plateforme, l’objectif étant de convaincre l’intégralité des 410 officines d’ici six mois ».

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Giphar : des vitrines digitalisées

Dans une optique de digitalisation du parcours client, le groupement de pharmaciens Giphar a équipé ses officines d’écrans vitrine. Cette solution personnalisable vise à renforcer leur attractivité commerciale et doit répondre à plusieurs enjeux. À savoir, la performance commerciale – il s’agit d’attirer les passants grâce à une communication impactante – ; l’accompagnement santé, notamment grâce à des conseils avisés et des entretiens personnalisés ; la productivité, lesdites vitrines permettant de gagner du temps sur la mise en place des opérations commerciales. En tout, 430 pharmacies sur les 1 300 que compte le groupement sont déjà équipées. Les écrans de 55 pouces affichent une luminosité de 4 000 candelas, qui, combinée au contraste élevé, garantit un affichage clair et lumineux en continu.À noter que la coopérative finance l’achat et l’installation du matériel. L’adhérent n’a à sa charge que le seul coût de l’abonnement au logiciel (coût de l’abonnement : 23 euros par mois).

Source : le quotidien du pharmacien.

 

PRESIDENTIELLES/LEGISLATIVES

 

Emmanuel Macron réélu président

L’Elysée ne change pas de locataire. Emmanuel Macron a été réélu président de la République, dimanche 24 avril, avec 58,54% des voix face à Marine Le Pen, qui totalise 41,46% des suffrages, selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l’Intérieur. Dans les jours qui suivront son investiture officielle, d’ici le 13 mai, Emmanuel Macron devra choisir un nouveau Premier ministre et nommer un nouveau gouvernement. Un nouveau combat s’ouvrira alors avec la campagne pour les élections législatives des 12 et 19 juin, une étape indispensable si le nouveau président veut disposer d’une majorité à l’Assemblée nationale pour faire passer ses réformes.

Source : France info.

 

Ce que les syndicats attendent maintenant de Macron

Dès ce matin, les syndicats de pharmaciens ont exprimé leurs attentes pour ce second mandat présidentiel. S’appuyant sur les promesses du candidat Macron, ils n’auront de cesse de réclamer au prochain gouvernement la mise en œuvre d’une politique plaçant l’officine de proximité comme pivot du système de santé. Faire évoluer le métier dans le bon sens, suivant les axes tracés pendant la crise du Covid, c’est ce que Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), attend du prochain gouvernement et plus particulièrement du président Macron. « La convention pharmaceutique a été la première étape de cette reconnaissance, il s’agit désormais de poursuivre en donnant aux pharmaciens les moyens financiers pour accomplir leurs missions. » À la grande satisfaction des pharmaciens, le programme santé du candidat Macron affichait clairement une intention d’intensifier la prévention. « Cela va tout à fait dans les évolutions de la vaccination et du dépistage en pharmacie qu’il faudra désormais continuer à développer vers les maladies cardiovasculaires », analyse Pierre-Olivier Variot. Il n’en entend pas moins poursuivre ses efforts sur un élargissement du statut du pharmacien correspondant, aujourd’hui trop contraint, « puisque son périmètre est limité aux zones sous-denses ». Un autre statut en devenir, celui de pharmacien référent, retient, lui, l’attention de Philippe Besset, président de la fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). « C’est la première fois depuis Louis Napoléon Bonaparte qu’un président fait explicitement référence aux pharmaciens ! », se félicite-t-il en référence à la déclaration d’Emmanuel Macron lors du débat télévisé qui le confrontait à Marine Le Pen. Le président de la FSPF promet d’échanger le plus rapidement possible avec le nouveau gouvernement, et particulièrement avec le nouveau ministre de la Santé, pour définir le rôle de ce pharmacien référent, sachant qu’il pourra varier « selon le patient, mais aussi le lieu d’implantation de la pharmacie ». Selon Philippe Besset, tout comme l’officine pendant la pandémie, ce nouvel acteur doit être l’une des clés majeures pour restaurer des liens de proximité dans les territoires. Et pour rompre avec le sentiment de déclassement et de désespérance régnant dans certaines zones et que les résultats de l’élection présidentielle ont, une fois de plus, mis en lumière.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Le plan d’Emmanuel Macron pour accroître la prévention en santé

Pour son deuxième quinquennat, Emmanuel Macron compte donner un nouvel élan à la prévention en santé, qui est également considérée comme un moyen de réduire les inégalités. Cette stratégie sera animée par quatre bilans clés de santé entièrement pris en charge pour l’assuré, à 25 ans, 45 ans, 60 ans et 70 ans. Ils permettront notamment de promouvoir le dépistage des cancers. Celui des 70 ans se  conformera en outre au programme Icope de soins intégrés pour les personnes âgées, afin de vérifier la mobilité, la mémoire, la vue et l’ouïe, l’état nutritionnel et l’humeur: cinq facteurs de risque de perte d’autonomie.

Lien vers l’article : https://www.lesechos.fr/elections/presidentielle/sante-comment-emmanuel-macron-veut-accroitre-la-prevention-1403074

 

Rappel du calendrier législatif

Les élections législatives se tiendront les 12 et 19 juin. Les déclarations de candidature doivent être déposées au plus tard le 20 mai à 18 heures. La campagne électorale est ouverte à partir du deuxième lundi qui précède la date du scrutin (soit le 30 mai pour le premier tour). D’après France Info, le chef de l’État aurait l’intention de former une équipe gouvernementale limitée à 10-15 membres, complétée après les législatives.

Source : BTA

 

GMS

 

Casino multiplie les services e-commerce pour fidéliser

Un client omnicanal dépense trois fois plus qu’un client magasin. Depuis 5 semaines, les clients Casino peuvent commander leurs courses depuis leur application de messagerie WhatsApp. L’enseigne vient en effet d’inaugurer un nouveau canal de vente e-commerce en créant un mini-site proposant 2000 références. Les consommateurs y accèdent depuis l’application via un menu et des liens gérés par l’assistant Geoffroy. Côté back office, la commande sera attribuée à un magasin qui s’occupera de la préparer comme une livraison à domicile classique.

Lien vers l’article : https://www.republik-retail.fr/solutions-techno/omnicanal/pratiques/reseaux-sociaux-abonnement-marketplace-casino-multiplie-les-services-e-commerce-pour-fideliser.html?nl=7643&utm_source=email&utm_id=190582&utm_campaign=newsletter-republikretailmedia-2022-04-25

 

AILLEURS

 

Maroc : un tiers des officines menacées par la faillite

Selon le président de la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc, un tiers des officines du pays seraient au bord de la faillite. Comme le rapporte le média « Le Site Info », Mohamed Lahbabi a rappelé devant le Parlement les raisons qui expliquent pourquoi les officines marocaines se trouvent dans une situation aussi difficile. Il a notamment évoqué l’incapacité des autorités compétentes « à résoudre les vieux problèmes accumulés au fil des années et à se tourner vers les expériences réussies dans les pays développés ». Le président de l’Ordre des pharmaciens marocain a lui aussi mis en avant « des défaillances juridiques et administratives qui portent préjudice aux intérêts du secteur et à son image ». Ces critiques ont été émises par les représentants des officinaux marocains alors qu’un projet de loi relatif à l’Ordre des pharmaciens vient d’être proposé par le ministère de la Santé. Il vise notamment à réviser les prérogatives de l’Ordre national des pharmaciens, veut favoriser la création des conseils régionaux des pharmaciens d’officines et souhaite mettre en place une charte de déontologie.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Sénégal : les pharmaciens en grève pour soutenir une consœur

Des nombreux pharmaciens sénégalais ont décidé de baisser le rideau vendredi dernier pour afficher leur soutien à l’une de leur consœur, qui s’est vue retirer l’autorisation d’exploitation de son établissement dans des circonstances assez particulières. Depuis 40 ans, Aïcha Goundiam Mbodj dirige la Grande Pharmacie dakaroise, établissement situé en plein cœur de la capitale sénégalaise. Jusqu’au jour où le ministère de la Santé annonce qu’il abroge l’arrêté portant l’autorisation d’exploitation de l’officine à son profit et l’attribue à une autre pharmacienne. Une décision qui scandalise le syndicat des pharmaciens privés du Sénégal. Dénonçant une véritable injustice, l’organisation menace alors « de fermer les pharmacies pour que le droit soit rétabli ». L’autorisation d’exploitation de cette officine a en effet été attribuée à… une cousine du chef de l’État sénégalais, par ailleurs épouse d’un influent homme politique local. Un flagrant délit de « copinage » auquel le président du syndicat des pharmaciens sénégalais ne pouvait rester insensible.

Source : le quotidien du pharmacien.