Actualités du 29 avril au 5 mai 2022

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Convention nationale pharmaceutique : 4 missions ouvrent le bal le 7 mai

Le 7 mai, la nouvelle convention nationale pharmaceutique prend place. Cette date marque également le coup d’envoi de la participation des pharmaciens à plusieurs missions : le dépistage organisé du cancer colorectal, la dispensation à l’unité des antibiotiques critiques, l’assistance à la téléconsultation en officine dans la réalisation de certains actes participant à l’examen clinique et, éventuellement, dans l’accompagnement du patient pour la bonne compréhension de la prise en charge proposée, et le pharmacien correspondant dans les zones à faible densité médicale (zones d’intervention prioritaire ou ZIP, et zone d’action complémentaire ou ZAC), pour renouveler des traitements chroniques ou ajuster des posologies. Le démarrage du dépistage du cancer colorectal avec la remise d’un kit de dépistage à toute personne âgée de 50 à 74 ans se présentant à l’officine avec ou sans invitation sera néanmoins différé car les pharmaciens souhaitant s’impliquer dans ce dépistage doivent d’abord recevoir une formation organisée localement par les centres régionaux de coordination des dépistages des cancers (CRCDC). La dispensation à l’unité ou fractionnée (pour les médicaments stupéfiants) peut commencer de suite et est payée 1 € TTC, avec un plafonnement à 500 € TTC par an. La somme est versée à titre exceptionnel en 2022 sous forme de rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp). Lorsque le pharmacien apporte une assistance au patient pour la réalisation d’une téléconsultation, il bénéficie, dans la limite d’un plafond annuel fixé à 750€ TTC, d’une rémunération forfaitaire qui varie en fonction du nombre de téléconsultations réalisées au sein de l’officine sur l’année civile. Enfin, concernant le pharmacien correspondant, tous les pharmaciens, quel que soit leur lieu d’exercice, peuvent remplir les missions attachées à ce statut dès lors qu’ils appartiennent à une structure d’exercice coordonné (CPTS…). En revanche, la rémunération du pharmacien correspondant définie dans la convention (2 € TTC/patient de 1 à 100 patients, 1 € TTC/patient au-delà, avec un plafonnement à 500 € TTC/an) est réservée aux pharmaciens exerçant dans des officines situées dans les ZIP et les ZAC.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

 « Mon espace santé » : la liste des documents que les médecins devront obligatoirement ajouter au DMP s’allonge

Dans le cadre du déploiement de « Mon espace santé » un arrêté publié le 30 avril au « Journal officiel » liste les documents qui devront être reportés obligatoirement « dans le dossier médical partagé du patient lorsqu’il existe […], envoyés par messagerie sécurisée de santé au médecin traitant, au médecin prescripteur s’il y a lieu, ainsi qu’à tout professionnel dont l’intervention dans la prise en charge du patient est pertinente [et] envoyés au patient par la messagerie sécurisée, lorsqu’elle existe ». Il s’agit d’abord du compte rendu des examens de biologie médicale; des examens radio-diagnostiques et les prescriptions de produits de santé. À partir de 2024, cinq autres éléments diagnostiques et thérapeutiques seront concernés: le compte rendu opératoire; la prescription d’examen de biologie médicale; la demande d’examen de radiologie; les certificats et déclarations produits par les médecins; les lettres et courriers adressés à un professionnel de santé. L’arrêté rappelle que certains documents sont d’ores et déjà soumis à l’obligation de versement au DMP ou d’envoi par messagerie sécurisée comme la lettre de liaison en vue d’une hospitalisation, lorsqu’elle est dématérialisée, et la lettre de liaison de sortie d’hospitalisation.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendumedecin.fr/liberal/exercice/mon-espace-sante-la-liste-des-documents-que-les-medecins-devront-obligatoirement-ajouter-au-dmp

 

Un collectif de patients demande le retrait d’un dispositif pouvant entraver la dispensation

La nouvelle convention pharmaceutique prévoit un dispositif anti-fraude exigeant du pharmacien des vérifications spécifiques avant de délivrer un médicament de plus de 300 euros. Si celles-ci ne peuvent être réalisées, le traitement ne peut être délivré. L’association de patients TRT-5 s’insurge. Le collectif interassociatif insiste sur le fait qu’aucun des usagers du système de santé n’a « à subir les conséquences de la lutte contre la fraude et le trafic de médicaments ». TRT-5 CHV cite en particulier le cas des « personnes recevant une primoprescription » et des « personnes étrangères, sans pharmacie de référence, qui seront dans l’impossibilité de prouver l’authenticité de leur ordonnance par l’historique de dispensation ». À ces patients, elle ajoute tous ceux qui « face à un refus de dispensation, ne seront pas en mesure d’argumenter ». Enfin, l’association souligne que ce dispositif « dangereux (…) guidé par des raisons économiques » va avoir pour effet « d’éloigner durablement du système de santé les personnes les plus vulnérables et de compromettre le lien de confiance établi entre le pharmacien et l’usager ; c’est un non-sens en santé publique ».

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Carte e-CPS : comment éviter l’usurpation d’identité

Depuis plusieurs semaines déjà, des piratages de cartes e-CPS sont observés. L’Ordre des pharmaciens renouvelle son appel à la vigilance et donne la conduite à tenir. Afin de récupérer les connexions des professionnels de santé sur les services numériques en santé (ex : Vaccin Covid, SI-Dep, etc.), les usurpateurs déclenchent des notifications de demande d’authentification sur la carte e-CPS installée sur leur téléphone mobile, espérant qu’elles soient acceptées. Pour toutes questions relatives au fonctionnement de Pro Santé Connect et de la e-CPS, le service support de l’Agence du numérique en santé peut être contacté au 0 809 40 00 82 (appel gratuit) ou par e-mail à monserviceclient.e-cps@asipsante.fr

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Biosimilaires : faut-il avoir peur de les substituer ?

Un arrêté publié au Journal officiel (JO) du 14 avril, pris en application de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2022, a lancé officiellement la substitution des médicaments biosimilaires par le pharmacien d’officine. Qu’en pense Jean-Paul Vernant, vice-président de La Ligue contre le cancer ? « Je ne vois pas la différence qu’il peut y avoir pour un pharmacien d’officine entre substituer à un princeps, un générique, et pour un médicament  biologique à un biosimilaire. Il sera en revanche souhaitable que le patient reçoive toujours le même biosimilaire ».

Lien vers la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=FTo8Wz4M6KU&t=93s&ab_channel=LeMoniteurdespharmacies

 

CHIFFRES

 

Pour obtenir le versement d’une rémunération de 100 euros dans le cadre de la ROSP « Bon usage des produits de santé », le pharmacien doit adhérer au dispositif « démarche qualité » créé par le Haut comité qualité de l’officine. La démarche qualité mise en place par le « Haut comité qualité officine », à l’initiative de l’Ordre des pharmaciens, repose sur trois étapes. Le pharmacien doit tout d’abord effectuer l’autoévaluation « Je m’évalue – Connexion » du site demarchequaliteofficine.fr. Une fois réalisée, il pourra accéder à un bilan contenant ses résultats ainsi qu’à l’attestation. Dans un deuxième temps, le pharmacien pourra s’inscrire à la newsletter publiée sur le site « demarchequaliteofficine.fr » et enfin, suivre un programme d’amélioration de la qualité de la pratique grâce à la mise en place de procédures en lien avec les résultats de son auto-évaluation.

86,5 %, c’est la part en valeur qu’occupe le segment des autotests dédiés au Covid-19 sur l’ensemble du marché en pharmacie (IQVIA Pharmastat).

Tous circuits confondus (officine, grande distribution, établissements de santé), ces dispositifs représenteraient 20 % du marché du diagnostic in vitro qui dépassait les deux milliards d’euros en 2020, selon Alcimed, société de conseils en innovation et santé.

La nouvelle convention pharmaceutique entrera en vigueur le 7 mai prochain. Elle prévoit une rémunération de :

  • 7,5 euros pour la vaccination contre la grippe,
  • 7,5 euros pour l’administration des vaccins listés ci-dessus lorsqu’ils sont prescrits par un professionnel de santé autre que le pharmacien ou ceux à prescription médicale facultative,
  • 9,60 euros pour la prescription et l’administration des vaccins ci-dessus. Cette rémunération devrait entrer en vigueur le 7 octobre prochain. Source : USPO.

 

85 protéines liées aux formes graves de Covid-19 chez l’enfant ont été identifiées par des chercheurs australiens. Cette découverte pourrait accélérer le développement d’un éventuel médicament. Pour l’heure, les enfants touchés par une réaction inflammatoire multisystémique ou une détresse respiratoire ne bénéficient en effet d’aucun traitement ciblé.

 

L’obésité progresse dans l’intégralité des pays européens, et n’a fait que compliquer la lutte contre le Covid-19, dont elle est un des facteurs de risque de gravité. Les conséquences sur la morbi-mortalité se font ressentir. Le surpoids et l’obésité seraient ainsi à l’origine de plus de 1,2 million de décès par an, soit 13 % des morts dans la région, selon l’étude de l’OMS. L’obésité est également la cause d’au moins 13 types de cancers et est susceptible d’être directement responsable d’au moins 200 000 nouveaux cas de cancer par an. Les dernières données complètes disponibles, qui remontent à 2016, montrent que 59 % des adultes (contre 40 % en 1975) et près d’un enfant sur trois (29 % des garçons et 27 % des filles) sont en surpoids en Europe.

 

+ 60 % : c’est la hausse du volume de déchets médicaux collectés l’an dernier en pharmacie, selon l’éco-organisme DASTRI. À eux seuls, les déchets liés à la Covid ont représenté un tiers du total collecté.

 

Depuis cet automne, une cinquantaine d’officines bretonnes participent à une expérimentation qui les autorise à prendre en charge directement des patients atteints de symptômes courants (rhinite, douleur pharyngée, douleur lombaire, etc.). « Nous ne faisons pas de diagnostic, mais un triage qui aboutit à un conseil pharmaceutique et à une orientation », précise Ludovic Jarry-Machefert, pharmacien qui participe à l’expérimentation. « 99% des patients pris en charge directement par le pharmacien se disent satisfaits de la démarche au moment où le pharmacien le rappelle », se félicite l’ARS Bretagne. Pour chaque suivi de patient les officinaux touchent 15 euros. L’expérimentation qui devrait durer deux ans va coûter 400.000 euros dont la moitié pour l’indemnisation des pharmaciens. Source : egora.

 

– 29 % : c’est la baisse sur une semaine des cas de Covid-19 en France, selon les chiffres publiés dimanche par les autorités sanitaires. La moyenne sur sept jours s’élevait à 54.011 cas hier, contre 57.186 vendredi et 76.130 il y a une semaine. Elle dépassait les 130.000 début avril.

 

Emmanuel Macron a entrouvert la porte à une réintégration des personnels soignants suspendus parce qu’ils avaient refusé de se faire vacciner contre la Covid-19. Selon le chef de l’État, le « pass vaccinal » en vigueur dans les établissements de santé et médico-sociaux devrait être levé « dans les prochaines semaines » si les cas de contamination par le coronavirus continuent à baisser en France. Environ 15.000 soignants ont été suspendus depuis que le « pass vaccinal » a été rendu obligatoire fin janvier.

 

Quelque 5.700 appels de soignants et étudiants en souffrance ont été reçus par l’association Soins aux professionnels de santé (SPS) en 2021. Un chiffre en forte hausse depuis le début de la pandémie, en mars 2020. « Cette activité grandissante et continue du dispositif SPS témoigne du réel besoin d’écoute et de soutien des professionnels de santé rendus vulnérables », souligne l’association.

 

733 incidents de sécurité informatique ont été signalés par les établissements de santé en 2021, soit près du double de l’année précédente. Les cyberattaques, qu’elles aient visé ces derniers ou un prestataire, sont à l’origine de la plupart d’entre eux. Lien vers l’article : https://www.maddyness.com/2022/04/29/sante-nombre-incidents-securite-informatique-double-en-un-an/

 

Le développement professionnel continu (DPC) est une obligation pour les professionnels de santé depuis 2013. A l’officine, pharmaciens et préparateurs doivent suivre un parcours de DPC qui se déroule sur une période triennale. Sur son site, l’Ordre national des pharmaciens rappelle que la période en cours s’achève au 31 décembre 2022. Traduction : il faut se dépêcher de se former !

 

Depuis un an, la commune de Tende sinistrée par la tempête Alex en octobre 2020, n’a plus de pharmacie. Pour mettre fin à cette situation, un dispositif – inédit jusqu’à présent en France — va permettre au titulaire de la pharmacie la plus proche (20 kilomètres) de salarier un adjoint exclusivement dédié à l’officine de Tende. « L’officine de Tende sera en quelque sorte un satellite de la pharmacie de Breil-sur-Roya. L’adjoint sera salarié de cette officine mais la rémunération sera assurée par l’ARS. Et ce à des conditions très avantageuses puisque le coefficient 600 lui sera accordé », expose Stéphane Pichon, président du CROP PACA Corse, précisant que la commune soutiendrait le pharmacien dans sa recherche de logement. Le soutien de l’ARS sera assuré pendant au moins deux ans, afin de donner à cette vallée le temps de se reconstruire, de rétablir ses connexions routières et de retrouver ses touristes italiens.

 

385.000 e-prescriptions de médicaments ont été réalisées l’an dernier, un chiffre en hausse de 114% par rapport à 2020 (180.000), selon le bilan 2021 du GIE Sesam-Vitale.

 

L’antiviral oral de Pfizer, Paxlovid (nirmatrelvir + ritonavir), rejoint le circuit de distribution classique des médicaments. À partir du samedi 7 mai, les pharmaciens pourront se le procurer auprès de leur grossiste-répartiteur et les patients n’auront plus à présenter d’ordonnance spécifique pour la délivrance. Lien vers l’article : http://www.lepharmaciendefrance.fr/actualite-web/le-paxlovid-a-la-commande-chez-les-grossistes-le-7-mai

 

Le remboursement de la spécialité Bexsero devient effectif. L’arrêté paru au Journal officiel ce vendredi 29 avril indique ainsi que le vaccin est pris en charge pour l’immunisation active contre les IIM B de tous les nourrissons à partir de l’âge de 2 mois et avant l’âge de 2 ans.

 

Près de 80 % des Français favorables au renouvellement d’ordonnance par les infirmiers et les pharmaciens. Source : Drees.

 

Lors de la crise sanitaire liée au Covid-19, les étudiants en santé se sont fortement mobilisés, mais à quel prix : leur mobilisation, non encadrée, a « mis en péril leur santé mentale, physique et leurs conditions de vie et d’études », rappellent les associations des étudiants en santé dans un communiqué du 3 mai. En pharmacie par exemple, 24,4 % des étudiants ont présenté en 2021 un état dépressif modéré, et 11,4 % un état dépressif sévère (contre 6,2% en 2019) selon l’Enquête Bien-Être 2021 menée par l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (Anepf).

 

GROUPEMENTS

 

Giphar : entretien avec Valérie Kieffer, présidente de Giphar, « Transformer le métier par les nouvelles missions »

Le week-end prochain, Valérie Kieffer, titulaire à Créteil (Val-de-Marne), vivra à Lille son premier Forum Giphar en tant que présidente. « Au niveau des nouveaux services, nous allons présenter nos deux nouveaux concepts d’officine qui renforcent l’accompagnement santé, la force commerciale du point de vente et la proximité relationnelle avec nos patients. Pour renforcer la digitalisation du parcours client, nous allons également mettre en place le click and collect. Pour accompagner notre développement, nous évoquerons l’ouverture de notre quatrième plateforme de répartition qui entrera en service à Dijon en 2023. »

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Leader Santé : un site d’e-commerce pour renforcer les liens de proximité

Après l’appli, Leader Santé parachève l’omnicanalité de ses services digitaux et lancera en juin un site d’e-commerce reprenant sous les codes couleurs du point de vente, tous les services offerts par les adhérents du groupement. Services, ordonnances, livraison à domicile et produits de parapharmacie. Ce site s’inscrit dans le lancement en 2018 de l’appli Leader Santé qui dénombre aujourd’hui 20 000 patients inscrits actifs. Convaincus qu’un site d’e-commerce est plus accessible à la majorité des patients – 400 000 d’entre eux sont aujourd’hui encartés dans le programme fidélité du groupement —, Alexis Berrebi et Samuel Tordjman souhaitent passer à la vitesse supérieure. Tous les internautes pourront disposer des fonctionnalités de l’appli sur le site, que ce soit pour envoyer leur ordonnance et retirer leurs produits en click & collecte, prendre rendez-vous pour un service de dépistage ou une vaccination, ou encore commander des produits de parapharmacie qu’ils pourront se faire livrer moyennant une participation de 5,90 euros. Ce développement a nécessité un investissement de plusieurs milliers d’euros de la part du groupement et il induit bien entendu un référencement pointu sur Google. S’il est inclus dans la cotisation des titulaires ayant bénéficié du booster d’apport pour s’installer sous la bannière Leader Santé, le référencement de la pharmacie sur le site d’e-commerce majore la cotisation mensuelle des autres titulaires de 50 euros, à 299 euros.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Deux nouveautés Pharmabest

Marque propre du groupement Pharmabest, Pharmascience vient de concevoir deux nouveaux produits, fabriqués en France et formulés à partir d’ingrédients naturels, respectueux de l’environnement. Le spray assainissant bio, certifié écocert, vaporisé deux à trois fois dans l’atmosphère élimine jusqu’à 99 % des bactéries et certains virus aériens, annonce Pharmascience, ajoutant que grâce à ce produit à base d’huiles essentielles biologiques, l’air ambiant est purifié et parfumé 5 minutes après la diffusion. Autre lancement du mois, une huile de nigelle pour le visage et le corps, également certifiée écocert, 100 % biologique.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Huiles de CBD, les 5 références Leader Santé

L’entité des Laboratoires Leader Santé, spécialisée dans les tisanes et les compléments alimentaires, explore le domaine des huiles de CBD sous trois concentrations (5 %, 10 % et 20 %). S’y ajoutent deux autres références, l’une alliant l’huile de CBD à la mélatonine au goût de pêche, pour faciliter l’endormissement, l’autre complétant l’action du CBD avec de la rhodiole, au goût d’agrumes, pour apaiser le stress. Ces huiles, de fabrication française, exemptes de toute trace de THC (tétrahydrocannabinol), assurent, comme tous les produits à la marque Leader Santé une marge de 50 %.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Totum crée une gamme d’aromathérapie

Le groupement Totum met à disposition de ses adhérents 13 huiles essentielles, 6 huiles végétale et 6 hydrolats aromatiques mis au point par la commission produits en association avec le Dr Françoise Couic-Marinier, pharmacienne et experte en aromathérapie. La fabrication française de ces produits, à majorité bio, garantit une transparence absolue en termes de traçabilité.

Source :le quotidien du pharmacien.

 

LafSanté lance des solaires 100 % naturels

Le Laboratoire LafSanté (réseau pharmacies Lafayette et parapharmacies Lafayette) a conçu Onisis, une gamme de soins solaires certifiés bio par Cosmos Organic. À base d’écrans minéraux anti-UV 100 % naturels, enrichies en actifs naturels, ces crème solaire visage SPF 50 +, spray solaire SPF 30 et 50, lait après-soleil et huile sèche sublimatrice sont fabriqués en France. Contenant 20 % d’ingrédients bio et plus de 97 % d’ingrédients d’origine naturelle, ils se revendiquent par conséquent protecteurs des écosystèmes marins. Dans cette même logique de respect de l’environnement, le packaging est composé à 100 % de carton recyclé.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

RETAIL

 

Nespresso dévoile un nouveau concept à Paris

Nespresso a ouvert rue de Rennes à Paris un point de vente qui arbore les nouveaux codes de l’enseigne. Elle pousse plus loin la dimension conseil, gomme toujours plus les caisses, et ajoute un espace événementiel.

Lien vers l’article :

https://www.republik-retail.fr/strategie-retail/concepts/nespresso-devoile-un-nouveau-concept-a-paris-en-images.html?nl=7643&utm_source=email&utm_id=190589&utm_campaign=newsletter-republikretailmedia-2022-05-02

 

Auchan s’associe à Deliveroo pour se (re)lancer dans le quick-commerce

En s’appuyant sur un concept hybride sous enseigne Auchan Minute : des dark stores dans lesquels les clients peuvent aussi retirer directement leurs commandes. Les courses livrées en 10 à 15 minutes sur Paris et Lille. C’est désormais aussi possible avec Auchan. Au moins pour les clients situés près de la rue de Turbigo (Paris) et du boulevard Kennedy (Lille). Après quelques semaines de rodage (ouverture le 11 avril à Paris, le 20 à Lille), le concept sera officiellement lancé dans les prochains jours sous les noms Auchan Hop et Deliveroo Hop. Monoprix appréciera le client d’œil (la livraison express Monoprix Hop a été lancée en février, également avec Deliveroo). Les commandes peuvent être passées aussi bien via Deliveroo que via Auchan.fr. Auchan impose un minimum de commande de 12 € seulement et la livraison est offerte (en général 1,79 €/1,99 € chez les q-commerçants). Cela viendra pour partie compenser des prix un peu au-dessus de la concurrence : 12 % de plus que le même panier en livraison « standard » commandé sur Auchan.fr, quand Gorillas et consorts sont alignés ou presque. Rue de Turbigo sur les premières semaines d’exploitation, le panier type compte 10/12 articles, Sans surprise. Les bonnes journées le magasin gère 60 commandes contre 30 les mauvaises. Un début, aucune com’ n’ayant encore été réalisée. Et Dieu sait qu’il y a actuellement « un peu » de concurrence sur Paris en la matière ! Mais Auchan veut aller vite. L’objectif est de couvrir 10 grandes villes en France avant la fin de l’année.

Lien vers l’article : https://www.olivierdauvers.fr/2022/05/04/exclu-auchan-sassocie-a-deliveroo-pour-se-relancer-dans-le-quick-commerce/

 

LEGISLATIVES

 

La France insoumise et les écologistes concluent un accord en vue des législatives

LFI et EELV ont conclu dans la nuit du 1er au 2 mai un accord historique pour les législatives du mois de juin. Les négociations avec le PS et le PCF se poursuivent. Cet accord attribue au pôle écologiste une centaine de circonscriptions. Pour marquer ce rassemblement, l’Union populaire de Jean-Luc Mélenchon va donc devenir la Nouvelle union populaire écologique et sociale. Parmi les marqueurs annoncés : la hausse du Smic à 1400 euros, le retour à la retraite à 60 ans, ou encore le blocage des prix sur les produits de première nécessité. La planification écologique est également mise en avant.

Lien vers l’article : https://www.franceinter.fr/politique/la-france-insoumise-et-les-ecologistes-concluent-un-accord-en-vue-des-legislatives

 

La France insoumise et le Parti socialiste tombent enfin d’accord

Après EE-LV et le Parti communiste, la formation de Jean-Luc Mélenchon a signé avec celle d’Olivier Faure. A l’instar d’Europe Ecologie-les Verts et du Parti communiste, la formation au poing et à la rose rejoint la «Nouvelle Union populaire écologique et sociale». 70 circonscriptions doivent revenir aux socialistes. Néanmoins, ni la Corse ni les Outre-mer n’ont encore été répartis L’ancien président de la République, Francois Hollande, a annoncé, mercredi 4 mai, au quotidien régional La Montagne qu’il « récusait » l’accord entre La France insoumise et le Parti socialiste. « Je récuse l’accord sur le fond et même sur les circonscriptions.

Sources : libération, le monde, France 24.

Pour en savoir plus : https://lafranceinsoumise.fr/2022/05/04/accord-entre-la-france-insoumise-et-le-parti-socialiste-pour-les-prochaines-elections-legislatives/

 

Richard Ferrand appelle la gauche à rallier Macron plutôt que Mélenchon

Dans un entretien au journal Midi Libre, le président de l’Assemblée nationale appelle les forces de gauche à rejoindre le parti de la majorité présidentielle. Richard Ferrand a lancé « un appel aux femmes et aux hommes de gauche, sociaux-démocrates, socialistes, écologistes » qui selon lui « ont toute leur place dans la majorité pour apporter leur sensibilité, leurs propositions, leurs priorités, leurs préoccupations ». Pour Richard Ferrand, « ceux qui lorgnent à droite vers l’extrême droite et à gauche vers la France insoumise vont rapidement s’enferrer dans des alliances extrémistes ». Selon le président de l’Assemblée, le prochain gouvernement pourra aller « des socialistes sociaux-démocrates, jusqu’à la droite libérale, avec les centristes qui sont là depuis le début ».

Source : BTA.

 

Les Républicains affirment leur indépendance et ne feront pas d’alliances

Les Républicains se sont réunis le 26 avril afin d’établir leur stratégie en vue des élections législatives. C’est par la voix du président des Républicains, Christian Jacob que le parti a entériné son indépendance et son souhait de ne pas former d’alliances avec les autres partis pour les législatives. Une stratégie adoptée à la majorité par le groupe avec néanmoins deux abstentions notables, celle de l’ex-candidat à la primaire Philippe Juvin, et celle du président du groupe à l’assemblée nationale, Damien Abad. Il faut ajouter à cela une nouvelle crainte de voir de nombreux députés LR se tourner vers Emmanuel Macron comme ce fut le cas d’Édouard Philippe, de Bruno Le Maire ou de Gérald Darmanin pour le précédent mandat.

Source : BTA.

 

EUROPE

 

Bruxelles pose la première pierre de l’espace européen pour les données de santé

La Commission européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a dévoilé hier l' »espace européen des données de santé », une des pierres angulaires de son vaste projet d’Union de la santé. Avec cet espace commun, la Commission veut d’abord accélérer le déploiement du programme MaSanté@UE, que la France a rejoint l’an passé, en le rendant obligatoire. Il offrira à tous les citoyens des 27 États membres « un accès immédiat, gratuit et facile sous forme électronique » à ses données de santé, pour faciliter leur partage avec des professionnels du secteur, dans leur État d’origine ou dans un autre si besoin. L’autre pilier de l’initiative est le partage de ces données de santé avec la recherche médicale, l’industrie pharmaceutique, mais aussi par les pouvoirs publics. « Les données sont le pouvoir, le sang dans les veines de nos systèmes de santé. Plus on a de données, meilleurs seront les diagnostics et la lutte contre des maladies », insiste Margarítis Schinás, vice-président de la Commission européenne. Ces données très sensibles seront anonymisées et stockées dans des data centers européens hautement sécurisés. Ce lourd chantier, qui nécessitera la numérisation de ces informations, mais aussi leur interopérabilité, ne devrait toutefois pas aboutir avant 2025. Il sera aussi coûteux: Bruxelles évoque une facture d’au moins douze milliards d’euros pour les Vingt-Sept, tout en appelant les États à ne pas y voir un coût, mais un investissement dont le progrès médical constituera les dividendes.

Source : pharmaceutiques.

Lien vers l’article des échos : https://www.lesechos.fr/monde/europe/bruxelles-presse-les-etats-de-mieux-partager-leurs-donnees-de-sante-1404612

 

AGENDA

 

Webinaire par l’Ordre des pharmaciens sur le DQO : 19 mai 2022 à 19 h 30, pour exposer le dispositif et ses outils.

 

Les rdv de l’USPO en régions

  • Mercredi 11 mai à 21h à Angoulême (16) à l’Ibis Angoulême Nord, 122 rue des Meneaux à Champniers avec Jean-Philippe Brégère, Président de l’USPO Charente. Inscription : uspo16@orange.fr
  • Jeudi 12 mai à 20h à Niort (79) à l’Hôtel Best Western, 9 av. Jacques Bujault avec Jean-Luc Bussault, Président de l’USPO Deux-Sèvres. Inscription : uspo-79@orange.fr
  • Mardi 17 mai à 21h à Villemoisson sur Orge (91) à l’Espace culturel le Ludion, 4 av. des Gardes Messiers avec Delphine Chadoutaud, Présidente de l’USPO Essonne. Inscription : uspo@uspo.fr
  • Jeudi 19 mai à 20h à Lucciana (2B) – Chez Walter, Casamozza à Lucciana avec Christian Filippi, Président de l’USPO Corse. Inscription : contact@uspo-corse.fr
  • Vendredi 20 mai à 20h à Ajaccio (2A) à l’Hôtel Castel Vecchio rue Paul Colonna d’Istria avec Christian Filippi, Président de l’USPO Corse. Inscription : contact@uspo-corse.fr