Actualités du 29 mars au 2 avril 2021

Les pharmacies en ligne pourront payer pour être sur Google

À partir du 17 mai, suite à une décision du Conseil d’État, les pharmacies en ligne françaises pourront payer pour communiquer sur Internet et recourir à un référencement payant sur Google. Une démarche qui devrait cependant rester limitée aux plus grosses d’entre elles. Cette démarche a toutefois un prix qui n’est pas à la portée de tous les e-pharmaciens, comme le remarque Cyril Tétart, président de l’Association française des pharmaciens en ligne (AFPEL). Selon lui, le référencement payant est 20 à 30 fois plus élevé que le référencement naturel qui, lui, revient à environ 2 000 euros par mois. « Quand on sait qu’un euro investi dans le référencement payant rapporte autant en chiffre d’affaires, on est loin d’un retour sur investissement, en tout cas à court terme », précise-t-il. L’AFPEL se satisfait néanmoins de cette avancée qui fait écho au jugement de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) du 1er octobre 2020.

Sources : le quotidien du pharmacien, les échos, le conseil d’état.

Lien vers la jurisprudence : https://www.conseil-etat.fr/fr/arianeweb/CE/analyse/2021-03-17/440208

 

Entretiens sur les anticancéreux oraux : top départ pour la facturation

Les entretiens pharmaceutiques pour les patients traités par chimiothérapie anticancéreuse orale peuvent désormais être facturés à l’Assurance maladie. En effet, selon l’avenant 21 à la convention nationale pharmaceutique, les codes actes créés pour mettre en œuvre ces nouveaux entretiens devaient être effectifs dans un délai de 6 mois à compter de la publication de l’avenant au Journal officiel, soit le 30 mars 2021. Les consignes de facturation sont les mêmes que pour les autres accompagnements pharmaceutiques.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Le vaccin AstraZeneca change de nom commercial et s’appelle désormais Vaxzevria

L’EMA a autorisé le laboratoire anglo-suédois à rebaptiser son vaccin anti-Covid Vaxzevria®. Ce nom commercial apparaîtra désormais sur les boîtes de vaccins, à la place du précédent: « Covid-19 Vaccine AstraZeneca ». Le nom chimique du produit est ChAdOx1 nCoV-19 du nom de l’adénovirus utilisé dans le vaccin par l’Université Oxford.

Lien vers l’article :

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-le-vaccin-astrazeneca-change-de-nom-commercial-pour-s-appeler-vaxzevria_4353455.html

 

Ouverture du portail de télédéclaration du chiffre d’affaires des officines

Le nombre de pharmaciens dont les titulaires d’officine doivent se faire assister étant fixé par arrêté, selon l’importance du chiffre d’affaires des officines, les pharmaciens titulaires d’officine sont tenus de déclarer annuellement auprès des Agences régionales de santé le nombre et le nom des pharmaciens exerçant dans l’officine ainsi que leur chiffre d’affaires. Depuis 2020, cette déclaration doit être réalisée par voie électronique via la plateforme officielle de télédéclarations des pharmacies. Cette plateforme est ouverte depuis ce jour. Les pharmaciens ont normalement jusqu’au 30 avril 2021 pour procéder à la télédéclaration pour l’année 2020. Le ministère de la Santé a informé que cette échéance devrait être reportée au 30 juin 2021, afin d’éviter une surcharge de la plateforme, qui est actuellement très sollicitée, notamment pour la gestion des commandes de vaccins anti-Covid.

Lien vers la plateforme : https://declarations-pharmacie.ars.sante.fr/

Source : FSPF

 

Saturomètres en officine : bientôt remboursés dans le cadre d’un parcours de soins ?

 « Dans le cadre d’un parcours de soins coordonné, le ministère de la Santé étudie la possibilité de doter les patients en ambulatoire à risque d’un saturomètre afin de surveiller leur taux d’oxygène dans le sang et déclencher rapidement si besoin une prise en charge hospitalière », annonce Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), dans un communiqué du 1er avril qui renvoie à un questionnaire à remplir en ligne.

Lien vers l’article : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/saturometres-en-officine-bientot-rembourses-dans-le-cadre-d-un-parcours-de-soins.html

 

Covid: les autotests seront distribués uniquement en pharmacie pour un public ciblé

Le gouvernement autorise la vente de ces tests antigéniques nasaux, qui coûtent autour de 5 euros, mais pas dans les supermarchés. Le remboursement sera sélectif. Ils seront déployés en avril auprès de jeunes de plus de 15 ans, dans les Dom-Tom et dans certaines catégories de populations. Le gouvernement ne souhaite pas faire exception au monopole pharmaceutique. Il veut ouvrir la gamme de tests disponibles, mais préfère procéder par étapes, dans la crainte qu’un faux pas ne compromette sa stratégie de dépistage du Covid et de détection des chaînes de contamination. Ils seront fléchés dans un premier temps vers trois publics «qu’on ne teste pas assez» : les jeunes (à partir de 15 ans, comme le recommande la HAS), les territoires éloignés du soin (notamment les Outre-Mers), et certaines populations à risques (travailleurs sociaux, auxiliaires de vie, proches-aidants…). «L’enjeu est d’aller chercher les publics qui ne vont pas vers les tests», explique le ministère.

Lien vers l’article des échos : https://www.lesechos.fr/economie-france/social/covid-les-autotests-seront-distribues-en-pharmacie-pour-un-public-cible-1301991

Lien vers le JO : https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=DkD0UE2A5lhdEd8MrftOoA3xlp85wq1NC_3g_JDOLXQ=

Pharma système qualité lance une expérimentation sur un parcours de soins innovant

OSyS, voilà le nom du projet qui sera mené en collaboration avec les URPS Pharmaciens et les Médecins Libéraux de Bretagne. En effet, 50 officines bretonnes vont expérimenter un parcours de soins innovant dans le cadre de l’ART 51. Cette orientation repose sur un protocole issu de la transposition de l’expérience du netCare suisse.

Sources : le monde pharmaceutique, phsq.

Pour en savoir plus : https://www.pharmasystemequalite.com/2021/03/26/premiers-recours-phsq-porteur-du-projet-dexperimentation-osys-en-bretagne/

 

Les pistes de l’Institut Montaigne pour renforcer la filière santé

Dans une note publiée le 28 mars 2021, l’Institut Montaigne pointe les carences, mais aussi les atouts de la filière santé française. Pour les deux auteurs, Thomas Buberl, directeur général d’Axa, et Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, la pandémie a relevé « l’absence de vision stratégique et de pilotage » du secteur, qui représente pourtant 12% du PIB et 2,1 millions d’emplois. « Le système est trop administré et pas assez agile. Nous devons cesser d’opposer santé et économie, et construire de nouvelles alliances entre public et privé », indique Bernard Charlès. Quand Thomas Buberl met en avant l’importance de « passer d’un État gérant à un État garant ». Pour y parvenir, l’Institut Montaigne émet douze propositions, dont la création d’un secrétariat d’État chargé du développement de la filière santé et de la réorganisation de l’administration. Cette structure, qui serait responsable d’une grande conférence du dialogue, « afin de co-construire la vision prospective des enjeux de santé en France », viendrait ainsi compléter le ministère de la Santé, plus concentré sur l’organisation des soins, que sur l’accompagnement des acteurs économiques. L’institut plaide en outre pour mettre en place des mécanismes d’incitation des professionnels de santé à l’adoption des usages numériques et imaginer des programmes d’accompagnement par les acteurs de la filière.

Pour en savoir plus : https://www.institutmontaigne.org/publications/filiere-sante-gagnons-la-course-linnovation

 

Entretien avec Doctipharma (Jessica Capuano, Country manager France & Italy de DoctiPharma)

Extraits : « Notre chiffre d’affaires a bondi de plus de 73 % par rapport à 2019 et nous avons enregistré plus de 78 millions de visites sur notre site web. La crise a incontestablement modifié les comportements d’achats, y compris pour les produits de santé. Nous comptons plus d’un million de clients actifs et plus de 1 000 pharmacies partenaires en France, en Espagne et en Italie. Ce qui caractérise les pharmacies qui se lancent avec nous dans le e-commerce, c’est la volonté réelle des titulaires d’explorer et de développer activement ce nouveau canal de vente. Ils y allouent du temps et du personnel, réfléchissent et échangent avec nous pour développer leur chiffre d’affaires ».

Lien vers l’article : https://www.lesechos-etudes.fr/news/2021/04/01/2020-marque-un-tournant-majeur-dans-le-developpement-du-e-commerce/

 

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre victime d’une cyberattaque

Plusieurs sites de production du groupe français sont à l’arrêt depuis quelques jours et son site web est hors service. Le célèbre groupe pharmaceutique français Pierre Fabre a été victime d’une cyberattaque mercredi 31 mars 2021 selon France Bleu Occitanie. Un piratage sérieux puisque plusieurs sites de production du groupe sont à l’arrêt. Pierre Fabre n’a pas encore communiqué officiellement sur cette attaque, nous n’avons donc que très peu de détails.

Lien vers l’article : https://siecledigital.fr/2021/04/02/pierre-fabre-cyberattaque/

 

Covid-19 : la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, est sortie de l’hôpital

Atteinte du Covid-19, la ministre avait été admise à l’hôpital, le 24 mars, et placée sous « oxygénothérapie renforcée » quelques jours plus tard.

Source : le monde.

 

Paniers de soins : Cegedim lance sa solution informatique 

Pour soutenir le déploiement de la prise en charge des médicaments conseils par les complémentaires santé, l’éditeur de logiciels métier complète son offre avec un système de tiers payant pour huit paniers de soins.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/paniers-de-soins-cegedim-lance-sa-solution-informatique

 

Une appli qui fait le lien entre infirmiers et pharmaciens 

L’application IDEL’ORDO permet la transmission dématérialisée d’ordonnances non médicamenteuses des infirmiers vers les pharmaciens.

Pour en savoir plus : https://idelordo.eu/

 

Les jeunes prioritaires, selon Agnès Firmin Le Bodo 

La titulaire du Havre et députée (Agir) de Seine-Maritime, Agnès Firmin Le Bodo a interpellé Olivier Véran lors d’un débat à l’Assemblée nationale, le 24 mars, sur « le suivi de la crise sanitaire », au sujet de la détresse des étudiants et plus largement des jeunes. Alors que ceux-ci sont jusqu’à présent totalement exclus de la stratégie vaccinale, l’élue pharmacienne a proposé que le vaccin Janssen, développé par le Laboratoire Johnson, soit réservé aux 18-25 ans, pour leur redonner « espoir ». Comme l’a rappelé Agnès Firmin Le Bodo, ce vaccin présente par ailleurs l’avantage de ne nécessiter qu’une seule dose. Selon les données prévisionnelles diffusées le 23 mars par le ministère de la Santé, 8,1 millions de doses sont attendues entre le mois d’avril et la fin juin.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

CHIFFRES

 Le vaccin contre le Covid-19 du Laboratoire américain Johnson & Johnson sera livré en Europe à partir du 19 avril.

 

Pour lutter contre les ruptures de stock des médicaments, afin d’assurer « un approvisionnement approprié et continu » des grossistes-répartiteurs et des pharmacies, les entreprises pharmaceutiques ont l’obligation de constituer des stocks de sécurité de leurs médicaments pour le marché national, indique le décret paru ce 31 mars au Journal officiel, dans l’application de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020. Ce stock de sécurité est d’au moins 2 mois pour les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM), et d’au moins une semaine pour les autres spécialités, voire un mois « pour les médicaments contribuant à une politique de santé publique définie par le ministre chargé de la Santé », précise le texte, qui n’entrera en vigueur qu’au 1er septembre.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Selon une petite étude en ligne de Pharmed’Insight auprès de 327 pharmaciens, 93 % des répondants adhèrent à un groupement. Il s’agit pour une courte majorité (52 %) de groupements rassemblant moins de 300 officines. Pour 88 % d’entre eux, « les groupements ont un rôle à jouer dans l’évolution du métier de pharmacien ».

Le laboratoire Pfizer a annoncé le 25 mars avoir commencé les essais cliniques de son vaccin contre le Covid-19 chez les enfants âgés de moins de 11 ans. Le laboratoire espère une mise à disposition pour cette population pédiatrique pour le début de l’année 2022.

Le volume des livraisons de vaccins par le laboratoire AstraZeneca contraint très fortement les approvisionnements. Les volumes suivants seront disponibles pour les commandes en ville dans les prochaines semaines, sous réserve de la tenue de ses engagements par le laboratoire :

  • semaine du 29/03 : environ 1 million de doses ;
  • semaine du 05/04 : environ 300 000 doses ;
  • semaine du 12/04 : environ 300 000 doses ;
  • semaine du 19/04 : environ 600 000 doses ;
  • semaine du 26/04 : environ 1,6 million de doses.

Pour la vaccination par les pharmaciens, la commande possible était de 2 flacons de 10 doses par pharmacie, dans la limite de 40 000 flacons commandés au niveau national.

Source : DGS Urgent.

 

L’Assurance maladie nous informe du paiement des ROSP « qualité de service et modernisation de l’officine » et « ESP-MSP-CPTS » volet « qualité de la pratique » depuis le

1 er avril.

La rémunération moyenne pour une pharmacie est de : 3 516,6 € dont :

  • FSE : 1 619,2 € € (contre 1 571,90 en 2019)
  • SCOR : 416,10 € (contre 416,50 € en 2019)
  • DMP : 9,9 € (contre 64,2 € en 2019)
  • LAD/MSS : 170,2 € (contre 158,4 € en 2019)
  • Mise à jour carte Vitale : 1 119,30 € (contre 1 082,20 € en 2019)
  • ESP/CPTS : 83,10 € (contre 59,10 € en 2019)
  • Téléconsultation – Forfait équipement : 94 €
  • Téléconsultation – Forfait temps passé : 4,8 €.

Source : USPO.

 

186 fermetures de pharmacies ont été comptabilisées par le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens. C’est un peu moins qu’en 2019 (235). Au 1er janvier 2021, le réseau comptait 21141 officines. Au 1er mars, il n’y en a déjà plus que 21107 !

 

Le gain de la vaccination à l’officine est de 52,20 € pour 10 doses injectées et 57,42 € pour 11 doses injectées. Lien vers l’article : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/vaccination-covid-19-combien-ca-coute-combien-ca-rapporte-a-l-officine.html

 

Le ministère confirme, par DGS Urgent, que les personnes de 70 ans et plus peuvent désormais se faire vacciner avec le vaccin Astra Zeneca.

Rappel de la population cible :

  • Patients avec comorbidités ou à très haut risque médical de 55 ans à 69 ans
  • Patients de 70 ans et plus
  • Professionnels de santé et du médico-social de 55 ans et plus.

Si le flacon est ouvert, aucune dose ne doit être perdue et vous êtes autorisés à vacciner en dehors de la population cible (+ de 55 ans). ATTENTION, les personnes de moins de 55 ans ne doivent pas être vaccinées avec le vaccin Astra Zeneca.

Source : USPO.

 

Le décret du 26 mars autorise les étudiants de 6 ème année à vacciner en officine. Lien vers le JO : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043294775

 

La famille d’une femme de 38 ans décédée d’une thrombose deux semaines après avoir reçu sa première injection de vaccin AstraZeneca va porter plainte contre X pour « homicide involontaire ». Lien vers l’article : https://www.egora.fr/actus-pro/faits-divers-justice/66045-vaccin-d-astrazeneca-la-famille-de-la-trentenaire-decedee-porte

 

Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHU de Lille, met en garde contre une hausse de la phlébite du télétravail, ou « e-phlébite ». Elle concerne des patients qui n’ont pas de facteur de risque particulier, plutôt jeunes, mais qui restent 12h par jour en télétravail, assis au bureau à la maison, sans bouger ou presque, et en buvant peu.

 

Quelque 40.000 verbalisations ont été dressées ce week-end, après l’appel, vendredi, de Jean Castex à un plus grand respect des règles face à la troisième vague de la Covid-19. Dans les 16 départements confinés en particulier, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a rappelé dimanche la mobilisation de 90.000 policiers et gendarmes « afin de faire respecter le non-changement de département dans un rayon de dix kilomètres, sauf dérogation pour motifs professionnels ou raisons impérieuses ». Source : le figaro.

 

Des scientifiques marseillais emmenés par le neurobiologiste Yehezkel Ben-Ari ont mis au point un algorithme de machine learning visant à identifier, dès la naissance, quel bébé risque de se voir poser un diagnostic de troubles du spectre autistique (TSA). Un essai, réalisé en partenariat avec une maternité de Limoges, a permis d’identifier environ la moitié (41%) des bébés à risque et la quasi-totalité des enfants dits « neurotypiques ». Des techniques psychoéducatives précoces permettent ensuite d’atténuer la sévérité des séquelles associées.

 

BioNTech produira 25 % de doses de plus que prévu en 2021. Le laboratoire allemand compte sur une augmentation de ses capacités de production pour fabriquer 2,5 milliards de doses de son vaccin développé avec Pfizer avant fin 2021. Pfizer et BioNtech affirment avoir déjà livré plus de 200 millions de doses dans le monde.

 

Le passeport vaccinal, ou certificat vert numérique, devrait être prêt pour le 15 juin. Il permettra de faciliter les déplacements au sein de l’Union européenne, mais son caractère obligatoire est encore incertain. Concrètement, le certificat présentera trois informations : « il prouvera qu’une personne a été vaccinée contre le Covid-19, qu’elle a reçu un résultat négatif lors d’un test ou qu’elle est guérie de la maladie ».

 

Au 1er janvier 2021, 72 200 pharmaciens de moins de 70 ans sont donc en activité. De 2012 à 2016, les effectifs ont connu une croissance puis, jusqu’en 2021, diminution. La composition de la profession est très stable sur la période : deux tiers des pharmaciens en activité sont des femmes et la moyenne d’âge des pharmaciens en activité s’établit à un peu plus de 46 ans.

 

90 % C’est l’efficacité des vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna pour prévenir l’infection par Covid-19, selon les données de vie réelle recueillies et analysées aux États-Unis par les Centers for Disease Control and Prevention. Une efficacité d’autant plus élevée que les personnes suivies (4.000) étaient des agents de santé et des travailleurs essentiels en première ligne face à l’épidémie.

 

Le Tribunal correctionnel de Paris a rendu son délibéré dans l’affaire du Mediator. Les laboratoires Servier ont été condamnés pour « tromperie aggravée » et « homicides et blessures involontaires », mais relaxés sur le fait d’escroquerie. Ils écopent de 2,7 millions d’€ d’amende et de plus de 200 millions de dommages et intérêts à verser immédiatement aux 6.500 parties civiles, qui réclamaient un milliard d’€. Jean-Philippe Seta, l’ex-numéro 2 des laboratoires et ancien bras droit de Jacques Servier, « qui a participé au processus décisionnel », relève le tribunal, a lui été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec sursis et 90.600 € d’amende. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM, ex-Afssaps), jugée pour avoir tardé à suspendre la commercialisation du Mediator, écope, pour sa part, de 303.000 € d’amende pour avoir « gravement failli dans sa mission de police sanitaire ».

 

La ministre de l’Enseignement supérieur a annoncé, vendredi 26 mars, une nouvelle augmentation des effectifs de Pass/LAS autorisés à passer en deuxième année. 2.000 places supplémentaires seront ainsi ouvertes, au total. « Le nombre d’entrants sera supérieur au numerus clausus de 2020, avec près de 2.000 places supplémentaires, soit une hausse de 14,3%. C’est une augmentation historique », s’est félicitée la ministre de l’Enseignement supérieur dans une déclaration transmise à l’AFP.

 

L’an dernier, le quota national avait été fixé à 14.987 étudiants admis en deuxième année de médecine (9.361), pharmacie (3.265), dentaire (1.322) et sage-femme (1.039). La jauge devrait donc avoisiner cette année les 17.000, mais le Gouvernement n’est pas encore en mesure de préciser le nombre exact, ni sa ventilation entre les quatre filières. Les chiffres détaillés seront communiqués à partir de la semaine prochaine par les recteurs et les universités.

 

Plus de 40 directeurs médicaux de crise de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris signent une tribune dans Le Journal du dimanche pour sensibiliser le Gouvernement sur la dégradation de la situation sanitaire dans les services franciliens. “Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d’Hippocrate que nous avons fait un jour”, alertent-ils. Lien vers l’article : https://www.egora.fr/actus-pro/hopitaux-cliniques/65972-nous-serons-contraints-de-faire-un-tri-des-patients-le-cri-d

 

Une nouvelle étude confirme la très bonne efficacité – évaluée à 90% deux semaines après la deuxième dose – des vaccins à ARNm dans la lutte contre le Covid. Source : Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), entre le 14 décembre 2020 et le 12 mars 2021.

 

Résultats du sondage de l’USPO mené entre le 28 mars et le 1er avril :

  • 2850 pharmaciens ont répondu au sondage
  • 77% des pharmaciens avaient injecté toutes les doses de vaccins Astra Zeneca reçues
  • 20% ont rétrocédé des doses commandées pour leur pharmacie à un médecin
  • Près de 23% des pharmaciens ont encore des flacons commandés pour un médecin dans leur réfrigérateur.

 

Résultats du sondage de l’USPO mené entre le 28 mars et le 1er avril

  • 2850 pharmaciens ont répondu au sondage
  • 68% réalisent des tests antigéniques
  • Sur les 32% ne réalisant pas des tests antigéniques, plus de 17% souhaitent en réaliser prochainement.
  • 41% des pharmaciens ne réaliseraient plus de tests antigéniques si l’indemnité passait de 34 à 30€.
  • 73% arrêteraient si l’indemnité descendait en dessous de 30€.

 

Plus d’un cinquième de la population de l’UE est âgée de 65 ans ou plus. Source: Eurostat.

 

Le chiffre d’affaires moyen de février 2021 enregistre une hausse d’activité de + 0,70 % et masque de grosses disparités. Les petites officines, dont le chiffre d’affaires est inférieur à 800 000 euros, souffrent à nouveau avec une baisse d’activité de – 5,72 %.

 

Les honoraires de dispensation enregistrent une nouvelle baisse en février de – 7,72 %, soit une baisse en valeur de 1 582 euros pour notre officine moyenne, et laisse présager une augmentation des médicaments chers.

Source : LLA

 

GROUPEMENTS

 

Pourquoi les autotests ne sont pas pertinents… pour l’instant

En vente en Allemagne, ces dispositifs ne sont actuellement pas autorisés en France. En cause, leur trop faible fiabilité. Les critères pour valider les tests incluent « une sensibilité clinique supérieure ou égale à 80 % », précise l’HAS. Il faut donc que leur efficacité soit renforcée avant leur commercialisation en France.

→ « Sans cela, on prend le risque d’avoir des personnes rassurées par un test, mais contagieuses, qui relâchent leur vigilance ; et d’ailleurs, le déploiement massif en Allemagne depuis un mois n’a pas été efficace pour endiguer l’épidémie », constate Alain Grollaud, président du syndicat des groupements de pharmacie Federgy.

Lien vers l’article: https://www.lopinion.fr/edition/economie/pourquoi-autotests-ne-sont-pas-pertinents-l-instant-240385

 

3 nouveaux comptes dans le secteur de la pharmacie

Adveris accompagne trois comptes clés dans le secteur de la #pharmacie avec :

  • la redéfinition de l’espace adhérent et du #site grand public Giropharm
  • la #refonte du site du groupe Leadersanté
  • la refonte de l’écosystème digital de TEDIS PHARMA TOGO

Lien vers le site d’Adveris : https://www.adveris.fr/

 

L’application MyPharmactiv évolue !

Depuis 1 an, les patients peuvent prendre rendez-vous avec leur pharmacien depuis le site Mypharmactiv.fr. Désormais, les patients peuvent également prendre rendez-vous depuis l’application mobile (IOS et Android). MyPharmactiv est une solution tout-en-un répondant aux besoins numériques essentiels des patients.

  • Envoi d’ordonnance (+ de 12 000 ordonnances échangées en 2020)
  • Accès aux informations de santé dans le carnet de santé dématérialisé
  • Echange avec son pharmacien en toute sécurité
  • Réservation de produits en pharmacie

Source : LinkedIn pharmactiv.

 

À qui profitent les datas ? 

Les « data brokers » – ces entreprises qui collectent les données d’utilisateurs pour les revendre – en ont fait leur business. Utilisées à bon escient et dans le respect de la réglementation en vigueur, elles permettent au pharmacien de mieux connaître son marché et de se situer vis-à-vis de la concurrence. Mais ces données peuvent être collectées à son insu, de façon frauduleuse. Explications. Les données économiques sont cruciales pour les groupements et leurs syndicats. « Ces données nous ont, par exemple, permis d’apprendre que 85 % des tests antigéniques et plus d’un tiers des vaccins antigrippaux ont été réalisés par les pharmaciens. Ces informations sont importantes pour les groupements qui les relayent, à leur tour, aux officines. Elles nous permettent aussi, en tant que syndicat de pouvoir piloter des discussions avec les pouvoirs publics », affirme Alain Grollaud, président du syndicat des groupements et enseignes de pharmacies Federgy.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/qui-profitent-les-datas

 

Le code de déontologie doit évoluer

La crise du Covid-19 a accéléré la transformation de la communication en matière de santé, désormais complètement centrée autour du patient. Une évolution qu’a pu observer Lucien Bennatan, président du groupe Pharmacie Référence, invité d’une conférence organisée dans le cadre du Festival de la communication santé, le 18 mars. Début janvier, la présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP) a annoncé la publication d’un nouveau code de déontologie, vraisemblablement dans le courant de l’été. Pour Lucien Bennatan, il est impératif de « vivre au rythme des tendances » en matière de communication en santé. « Si ce n’est pas le cas, le risque c’est de sortir des radars des patients », affirme-t-il.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

AILLEURS

 

Uber s’associe à ScriptDrop pour livrer des médicaments à domicile

Toujours avec l’ambition de construire des solutions de livraison flexibles, évolutives et novatrice, Uber s’est associé à ScriptDrop, une société américaine qui permet aux pharmacies de livrer des médicaments sur ordonnance à leurs patients. À son lancement, le service sera disponible dans 37 États des États-Unis, parmi lesquels la Californie, la Floride, ou encore New-York. Uber prévoit néanmoins déjà de l’étendre à une zone géographique plus large « dans les mois à venir ».

Lien vers l’article : https://siecledigital.fr/2021/03/25/uber-livraison-medicaments/

 

Coronavirus: projet pilote de testing rapide dans huit pharmacies bruxelloises

Le projet est le fruit d’une collaboration entre la Cocom, l’Association pharmaceutique belge (APB), l’Office des pharmacies coopératives de Belgique (Ophaco) et l’Union professionnelle de pharmaciens de Bruxelles (UPB-AVB). Il vise à augmenter la capacité de dépistage en la rendant facilement accessible et devrait permettre d’analyser le niveau d’adhésion de la population à l’initiative.

Lien vers l’article : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-a-bruxelles-projet-pilote-de-testing-rapide-dans-huit-pharmacies?id=10732277