Actualités du 4 au 22 juillet 2022

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Rapport de la mission flash sur les urgences et les soins non programmés : les nouvelles mesures concernant les pharmaciens

Le 30 juin dernier, le Dr Braun, Président de Samu Urgences France, et désormais Ministre de la Santé, a rendu son rapport sur les urgences et les soins non programmés à la Première ministre. Parmi ses 41 recommandations, l’une vise à simplifier la mise en place des protocoles de coopération (ex. cystite, angine…). Un arrêté a été publié le 11 juillet 2022 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire. Il prévoit des mesures complémentaires destinées à garantir la prise en charge des besoins de santé de la population sur tous les territoires, notamment en matière de soins de médecine d’urgence ou de soins non programmés au cours de la période courant du mois de juillet à la fin du mois de septembre 2022. Par dérogation à l’article L. 4011-3 du code de la santé publique et jusqu’au 30 septembre 2022, les protocoles de coopération autorisés par les arrêtés listés ci-dessous, initialement limités à quelques structures d’exercice coordonné , peuvent être mis en œuvre par les professionnels de santé exerçant dans le cadre d’une communauté professionnelle territoriale de santé ayant conclu l’accord type défini par l’accord conventionnel interprofessionnel en faveur du développement de l’exercice coordonné et du déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé signé le 20 juin 2019 ou dont le projet de santé a été approuvé par le directeur général de l’agence régionale de santé.

 Arrêtés relatifs aux protocoles de coopération concernés par cette mesure et impliquant le pharmacien d’officine :

  • Arrêté du 6 mars 2020 relatif à l’autorisation du protocole de coopération « Prise en charge de l’odynophagie par l’infirmier diplômé d’Etat ou le pharmacien d’officine dans le cadre d’une structure pluri-professionnelle ;
  • Arrêté du 6 mars 2020 relatif à l’autorisation du protocole de coopération « Prise en charge de la pollakiurie et de la brûlure mictionnelle chez la femme de 16 à 65 ans par l’infirmier diplômé d’Etat et le pharmacien d’officine dans le cadre d’une structure pluri-professionnelle ;
  • Arrêté du 6 mars 2020 relatif à l’autorisation du protocole de coopération « Renouvellement du traitement de la rhino-conjonctivite allergique saisonnière pour les patients de 15 à 50 ans par l’infirmier diplômé d’Etat et le pharmacien d’officine dans le cadre d’une structure pluri- professionnelle ;
  • Arrêté du 6 mars 2020 relatif à l’autorisation du protocole de coopération « Prise en charge de l’enfant de 12 mois à 12 ans de l’éruption cutanée vésiculeuse prurigineuse par l’infirmier diplômé d’Etat ou le pharmacien d’officine dans le cadre d’une structure pluri-professionnelle.

En pratique :

  • pour les deux premiers protocoles, les médicaments que le pharmacien d’officine peut dispenser sous protocole sont prévus par arrêté du 5 mai 2021
  • s’agissant de la prise en charge de la rhino-conjonctivite allergique saisonnière, le protocole prévoit le renouvellement de la prescription à l’identique
  • s’agissant de la prise en charge de la varicelle, le protocole prévoit la prescription de paracétamol, d’un antiseptique non coloré non alcoolisé, éventuellement d’un antihistaminique anti H1 de 2nde génération selon l’âge et en cas de prurit, selon une prescription type présentée dans le cadre d’une formation des pharmaciens d’officine par les médecins.

A noter, l’arrêté comporte également des mesures relatives au renforcement des effectifs en établissements de santé pendant la période estivale.

Lien vers l’arrêté : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000046037044

 

Le ministre de la Santé refuse de réintégrer les soignants non vaccinés

Le ministre de la Santé François Braun a annoncé que le gouvernement suivait l’avis des autorités scientifiques, opposées à la réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid-19 au sein des établissements de santé. Il réunira dès le début de la semaine prochaine les organisations syndicales pour leur expliquer la situation.

Pour en savoir plus : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/le-ministre-de-la-sante-refuse-de-reintegrer-les-soignants-non-vaccines?xtor=EPR-1-%5BNL_editionnumerique%5D-%5B20220722%5D&utm_content=20220722&utm_campaign=NL_editionnumerique&utm_medium=newsletter&utm_source=qph

 

Amazon s’offre One Medical : « Avec ce rachat, le groupe frappe un grand coup dans la santé »

Amazon a dépensé près de 4 milliards de dollars pour mettre la main sur le réseau de soins One Medical. Un gros coup qui confirme l’intérêt du géant américain pour la santé. La société, surnommée le « Netflix de la santé », propose un abonnement de 199 dollars par an. Cette adhésion offre l’accès à une application, à des services de télésanté à la demande 24h/24 et 7j/7, et à des rendez-vous le jour même ou le lendemain dans une des cliniques de son réseau. Par ailleurs, cet abonnement ne supporte pas le coût des consultations, qui est facturé à l’assurance santé du patient ou à son employeur partenaire de OneMedical.

Lien vers les articles : https://www.courrierinternational.com/article/le-chiffre-du-jour-amazon-rachete-one-medical-et-s-ouvre-la-porte-des-cabinets-medicaux

https://www.lesnumeriques.com/pro/amazon-rachete-onemedical-le-netflix-de-la-sante-n188395.html

 

L’UNPS attend des mesures fortes pour rétablir l’efficience du système de santé

Les membres de l’UNPS regrettent de ne pas voir les Équipes de Soins Coordonnées avec le Patient (ESCAP) parmi les 41 mesures évoquées dans le rapport remis par François Braun dans les suites de sa mission « flash » d’appui sur l’accès aux soins urgents et non programmés. En effet, cette solution de coordination a vocation à renforcer la prévention et éviter les passages inutiles aux urgences ainsi que les hospitalisations et réhospitalisations inutiles. Au regard de l’urgence sanitaire unanimement constatée, l’UNPS demande à être reçue, au plus vite, par Madame Agnès Firmin Le Bodo et Monsieur François BRAUN afin de travailler sur le développement rapide du dispositif « ESCAP », solution de terrain et première marche vers un exercice coordonné plus structuré, pour une optimisation de l’accès aux soins.

Lien vers le communiqué de presse : https://www.unps-sante.org/communiques/annee-2022/communique-de-presse-nouveau-gouvernement-l-unps-attend-des-mesures-fortes-pour-retablir-l-efficience-du-systeme-de-sante/

 

Rapport Charges et Produits pour 2023

Ce rapport présente 30 propositions concrètes de court, moyen et long terme pour améliorer la qualité et l’efficience du système de santé, dans un contexte inédit de crise sanitaire. Le rapport tire des enseignements de cette crise, notamment liés aux nouvelles contraintes financières, avec un déficit historique de 26 milliards d’euros en 2021. Il est prévu 754 M€ d’économies sur l’efficience et la pertinence : actes (112 M€), médicaments (149 M€), dispositifs médicaux (146 M€), biologie (180 M€), transports (94 M€) et indemnités journalières (74 M€). Les propositions seront remises prochainement au ministre en charge de la Santé et de la prévention, ainsi qu’au Parlement, avec l’ambition d’éclairer les débats du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) et les politiques de santé. Parmi les propositions on notera :

  • Plusieurs actions visant à renforcer l’utilisation des biosimilaires, et notamment une réflexion sur la généralisation de l’expérimentation 51 sur l’incitation à la prescription des biosimilaires à l’hôpital.
  • La création de contrôles pédagogiques de la facturation des professionnels de santé, qui pourraient éventuellement être étendus aux pharmaciens d’officine.
  • Le soutien à la vaccination notamment par les pharmaciens afin d’améliorer la couverture vaccinale de la population (proposition 26).

Pour en savoir plus : https://assurance-maladie.ameli.fr/etudes-et-donnees/2022-rapport-propositions-pour-2023-charges-produits

 

Des nouveautés sur le téléservice Vaccin Covid

Depuis le 12 avril 2022, la présentation du téléservice Vaccin Covid a évolué. Désormais, en un coup d’œil, le professionnel de santé qui consulte le dossier de son patient peut visualiser son statut vaccinal : les différentes vaccinations réalisées sont visibles et présentées dans l’ordre croissant des injections. De plus, le type de vaccination est clairement indiqué : le terme « initial » désigne une primo-vaccination et le terme « rappel » une injection supplémentaire. Le nombre de doses reçues par rapport à l’attendu (1/2 ou 2/2) est aussi précisé. Pour le vaccinateur, des actions supplémentaires sont désormais possibles et présentées de manière plus ergonomique à partir de la fiche du patient :

  • un bouton « ajouter une vaccination » permet d’ajouter tous les types de vaccination (cycle initial, rappel, vaccinations contre la grippe et le Covid),
  • le professionnel de santé peut terminer le cycle vaccinal (par exemple en cas d’infection au Covid-19 qui vaut injection) ou le rouvrir si besoin.

En cas de clôture de vaccination manuelle, la date et le nom du professionnel de santé à l’origine de la fermeture sont indiqués. L’assurance-maladie rappelle que chaque vaccination réalisée doit être enregistrée par le praticien via le téléservice Vaccin Covid ouvert à tous les pharmaciens directement par carte e-CPS sur le site vaccination-covid.ameli.fr. Il est également impératif d’indiquer le nom du vaccin dans le téléservice afin d’assurer la traçabilité sanitaire et le suivi de la consommation réelle des doses distribuées. Un forfait de 5,40 € est versé a posteriori pour chaque injection saisie dans le téléservice.

Lien vers le tutoriel sur Vaccin Covid :

https://static2.lequotidiendupharmacien.fr/cdn/ff/HHvRwa9EDbl5azmIX2343Br-HEqJZeYxfpiiTq8bsDU/1649842396/public/2022-04/VaccinCovid-Guide-utilisateur_20220412_V25.pdf?_ga=2.257541705.318767711.1658135985-1690559902.1656595619

Source : le quotidien du pharmacien.

 

La CNIL adopte un référentiel sur la gestion des officines de pharmacie

Pour accompagner les pharmaciens titulaires d’officine dans leurs démarches de conformité au RGPD (Règlement général sur la protection des données), la CNIL a adopté un référentiel qui décline les principes de ce texte aux traitements couramment mis en œuvre dans le cadre de la gestion sanitaire et administrative de la patientèle/clientèle.

Lien vers le document : https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/referentiel_-_officines_de_pharmacie.pdf

Pour en savoir plus :  https://www.cnil.fr/fr/la-cnil-adopte-un-referentiel-sur-la-gestion-des-officines-de-pharmacie

 

Délivrance de stupéfiants : les règles enrichies

Les règles de prescription et de délivrance dans le cadre d’une intervention programmée des médicaments classés comme stupéfiants sont précisées par décret publié au Journal officiel du 2 juillet. La délivrance des stupéfiants s’est enrichie d’une règle qui « encadre la période durant laquelle le pharmacien est autorisé à délivrer des médicaments stupéfiants dans le cadre d’une intervention programmée nécessitant la prise de ces médicaments », indique le Journal officiel du 2 juillet, sur avis de l’Ordre des médecins d’octobre 2021 et sur avis de l’Ordre des pharmaciens de novembre 2021. Pour le pharmacien, « l’ordonnance ne peut être exécutée dans sa totalité ou pour la totalité de la première fraction de traitement que si elle est présentée entre le troisième jour précédant l’intervention et les trois jours suivant la date prévisionnelle de sortie de l’établissement de santé. En cas de délivrance fractionnée, l’ordonnance ne peut être exécutée pour la totalité de la fraction que si elle est présentée dans les trois jours suivant la fin de la fraction précédente », indique le texte. L’ordonnance est soumise à un délai de carence. Si elle est présentée au-delà de ces 3 jours, « elle ne peut être exécutée que pour la durée de la prescription ou de la fraction de traitement restant à courir. »

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Paracétamol : l’ANSM et les syndicats de pharmaciens mobilisés pour assurer la couverture des besoins

Le paracétamol fait l’objet de difficultés d’approvisionnement temporaires. Dans le contexte de la 7ème vague de Covid-19 en cours et de la période estivale, des mesures sont mises en place afin de sécuriser la situation et garantir la couverture des besoins de tous les patients. L’ANSM et les syndicats de pharmaciens d’officine (FSPF et USPO) recommandent aux pharmaciens de limiter leurs commandes et de réguler les quantités dispensées dans la mesure du possible. Il est notamment recommandé de limiter la dispensation à 2 boîtes par patient sans ordonnance.

Lien vers l’article : https://www.ordre.pharmacien.fr/Communications/Les-actualites/Paracetamol-l-ANSM-et-les-syndicats-de-pharmaciens-mobilises-pour-assurer-la-couverture-des-besoins

 

Les Ordres de santé réaffirment l’importance d’un travail commun pour faire évoluer le parcours de soins des patients et répondre aux difficultés d’accès aux professionnels de santé

L’ensemble des Ordres des professions de santé réglementées s’est réuni au sein du Comité de Liaison Inter-Ordinal (CLIO) le 20 juillet. Cette réunion a permis d’affirmer une réelle volonté commune de travailler ensemble pour faire évoluer le parcours de soins des patients et répondre aux difficultés d’accès aux professionnels de santé.

Lien vers le communiqué de presse : https://www.leclio.fr/wp-content/uploads/2022/07/Vfinale-CP-CLIO-VDEF.pdf

 

Pierre Fabre se met au vrac en pharmacie

Après avoir testé le vrac dans son flagship à Toulouse, Pierre Fabre installe son système dans des pharmacies en France et en Espagne. Cinq produits des marques A-Derma, Ducray, Eau Thermale Avène et Klorane, sont pour l’heure proposés à la vente en Vrac dans les fontaines.

Lien vers l’article : https://actu.fr/societe/tarn-le-groupe-pierre-fabre-se-lance-dans-le-vrac-cosmetique-en-pharmacie_52389672.html

 

Vaccination contre les rotavirus : nouvelles recommandations de la HAS

La Haute Autorité de santé (HAS), dans un communiqué publié le 12 juillet, se prononce en faveur de la vaccination des nourrissons contre les infections à rotavirus. La HAS recommande la vaccination de tous les nourrissons âgés de 6 semaines à 6 mois, avec un schéma à deux doses (à 2 et 3 mois de vie) pour Rotarix et trois doses (à 2, 3 et 4 mois de vie) pour RotaTeq. Il est important de respecter strictement ce calendrier vaccinal  pour pouvoir compléter le schéma vaccinal avant l’âge limite de 6 mois pour Rotarix et 8 mois pour RotaTeq. En France, la gastro-entérite aiguë due aux rotavirus entraine chaque hiver 28 000 passages aux urgences et 20 000 hospitalisations.

 

CHIFFRES

 

5 millions de personnes supplémentaires sont appelées à recevoir leur deuxième rappel de vaccin anti-Covid-19, dès à présent. Le ministère de la Santé et de la Prévention a décidé de suivre l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) et d’étendre, dès ce 20 juillet, le deuxième rappel anti-Covid-19 à tous les adultes identifiés à risque de forme grave de Covid-19 dès 18 ans, aux femmes enceintes dès le premier trimestre de grossesse et à l’entourage proche ou aux personnes au contact régulier des personnes immunodéprimées (stratégie de cocooning). Pour ces nouvelles cibles, le deuxième rappel est à administrer 6 mois après le premier rappel. Pour mémoire, le délai entre les deux doses de rappel est moindre – 3 mois – pour les seules personnes de 80 ans et plus, les résidents d’Ehpad et les personnes sévèrement immunodpérimées. La doctrine « 1 infection = 1 injection » n’est plus recommandée à partir du deuxième rappel. Dans le contexte de circulation des variants moins immunogènes et plus contagieux, les scientifiques recommandent de maintenir la vaccination. L’infection survenue après le premier rappel ne remplace donc pas le deuxième rappel et le deuxième rappel est effectué 3 mois après l’infection.

 

En 2021, 25189 pharmaciens étaient titulaires de leur officine, représentant 34% des pharmaciens inscrits à l’Ordre. Le nombre d’inscriptions en section A poursuit sa baisse en 2021 (-1,3 % par rapport à 2020, -9,2 % par rapport à 2011). 16% des pharmaciens titulaires d’officine sont installés en Ile-de-France. On compte 56% de femmes dans la section A contre 44% d’hommes. Source : panorama démographique 2021 de l’Ordre. Pour en savoir plus : https://fr.calameo.com/read/0024493957812f4197d23

 

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a confirmé mercredi 13 juillet 2022 une inflation sur les produits de grande consommation de + 5,8 % en juin sur un an.

 

Le montant du SMIC fera l’objet d’une nouvelle revalorisation au 1 er août 2022 de 2,1%, faisant évoluer son montant brut mensuel de 1645,58 € à 1678,95 €. Cette augmentation aura un impact sur les premiers coefficients de la grille de classification.

 

Les mesures Covid-19 actuellement en vigueur (dépistage, vaccination, masques…) sont prolongées sans échéance connue pour l’instant. Seule la disposition permettant aux pharmacies d’ouvrir même si elles ne sont pas de garde le dimanche pour vacciner, dépister prendra fin le 30 septembre 2022.

 

Entre le 27 juin et le 3 juillet 2022, plus de 3 millions de tests PCR et antigéniques ont été validés par des professionnels de santé. Un chiffre, en augmentation de 890 100 tests par rapport à la semaine précédente, qui fait suite à la forte progression enregistrée fin mai-début juin.

 

« Nous constatons une évaporation de 25 % des diplômés à la sortie de la faculté. La question est de savoir pourquoi des diplômés choisissent, après 6 années d’études, d’exercer autre chose qui n’a rien à voir avec la pharmacie », considère Carine Wolf-Thal. Réélu à la tête de la section D (adjoints), Jérôme Paresys-Barbier a pour sa part annoncé le lancement d’une grande enquête auprès des adjoints. « Ceci pour mieux comprendre ce qu’ils veulent et où ils sont passés », souligne-t-il.

 

Dans son rapport pour 2021, l’Ordre fait le bilan de l’activité des chambres de discipline et des sections des assurances sociales. 310 décisions ont été rendues au cours de l’année écoulée, dont 254 sanctions individuelles.

 

34 pharmaciens sont dans le collimateur des autorités pour fraude aux tests de dépistage du Covid-19. Montant du préjudice pour l’Assurance maladie : plus de 53 millions d’euros. Les pharmaciens fraudeurs pourraient être plus nombreux.

 

Sur l’année 2021, le chiffre d’affaires (CA) global des officines a progressé en moyenne de 11 %. Les actes liés au Covid-19 ont fait grimper l’enveloppe globale des rémunérations financées par l’Assurance maladie à 8,1 Md€ en 2021.Si on se retire les effets catalyseurs du Covid-19, la hausse de la rémunération n’est que de 1,5 % par rapport à 2020, ce qui ne compense pas l’inflation. La rémunération « Covid » a représenté 36 % de la rémunération sur le champ du remboursable, contre 18 % sur le premier trimestre en 2021. Source : le moniteur des pharmacies.

 

Les Français attendent des services en officine. Une enquête menée par Stada (maison-mère du laboratoire de génériques EG Labo) auprès de 30 000 Européens* confirme cette tendance. Plus de quatre Français sur 5 (83 %) souhaitent en effet que les officines proposent la vaccination. Et les trois quarts des personnes interrogées souhaitent pouvoir passer des commandes en ligne auprès de leur pharmacie de quartier. Ce score est élevé mais il est pourtant l’un des plus faibles parmi les 15 pays scrutés (81 % en moyenne).

 

En 2021, 49 % des dépenses totales de e-commerce dans le monde étaient payées à l’aide de portefeuilles numériques ou mobiles. (Worldpay).

 

18 % des salariés ont été arrêtés au moins une fois au cours du premier trimestre 2022, contre 11% sur la même période l’an passé, selon une étude de Malakoff Humanis rapportée par Le Parisien. Les plus jeunes sont les plus touchés: 36% des moins de 30 ans ont été arrêtés sur la période, signe notamment d’une santé mentale dégradée.

 

Majoration de 15 euros par consultation pour les médecins libéraux, qui accepteront de recevoir, sans rendez-vous, des patients nécessitant une prise en charge rapide pour des petits soins jusqu’au 30 septembre. La mesure est plafonnée à 20 cotations hebdomadaires par médecin généraliste libéral ou salarié des centres de santé. Par ailleurs, la prise en charge totale par l’Assurance maladie des téléconsultations est prolongée jusqu’au 30 septembre. Source : arrêté du 11 juillet 2022.

 

La plateforme 100% digitale d’OCP dédiée à l’officine, lancée en 2017, ne compte aujourd’hui pas moins de 11 000 pharmaciens utilisateurs au quotidien. Soit 53% de la profession. Pour en savoir plus : https://www.ocp.fr/au-coeur-docp/en-cinq-ans-link-a-deja-seduit-un-pharmacien-sur-deux/

 

Au moins 10% des 460 maternités françaises sont en situation de « fermeture partielle », faute de soignants, selon une enquête du syndicat de sages-femmes ONSSF et de l’association Santé en danger. Faute d’effectifs suffisants, ces établissements ont réduit la voilure: suppression de consultations (suivi de grossesse, échographie), « arrêt des cours de préparation à la naissance », « fermeture de lits de néonatalogie », de « service de grossesse pathologique » ou même « d’aile complète de suites de couches ».

 

81 % des Français sont favorables à l’inscription de l’IVG dans la constitution, d’après un sondage de la Fondation Jean-Jaurès relayé par Franceinfo. 77% des personnes interrogées estiment même qu’une telle constitutionnalisation serait « utile ».

 

83 % des pharmaciens estiment éprouver des difficultés pour concrétiser leur projet de recrutement, selon une enquête Pôle emploi parue dans l’Etudiant.

 

GROUPEMENTS

 

Le réseau Les Pharmaciens Associés devient SANTALIS

Afin de renforcer son image mais aussi de fédérer les pharmaciens et les patients, le réseau Les Pharmaciens Associés change de nom et devient SANTALIS. Ce nouveau nom, SANTALIS, est l’alliance des termes « santé », « naturalité » et traduit le positionnement de l’enseigne éponyme dans lequel le pharmacien occupe la place d’un allié santé pour « vivre bien, vivre mieux ». Le réseau a également lancé sa marque propre, « SANTALIS mes essentiels bio », composée de références dermocosmétiques adaptées à toute la famille et d’une gamme bébé entièrement bio. « C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous initions ce changement pour faire de SANTALIS, un grand réseau de santé », a souligné Gaëlle Madoux, directrice du pôle retail au sein du groupe Astera.

Source : FCA.

Lien vers l’entretien avec Gaëlle Madoux dans le quotidien du pharmacien : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/au-dela-des-conditions-dachat-les-pharmaciens-souhaitent-etre-accompagnes-dans-la-mutation-de-leur

 

Les pharmacies Lafayette changent d’actionnaires

Hygie 31, qui détient l’enseigne « Pharmacie Lafayette » et Gener +, le réseau animateur des pharmacies Pharmacorp, ainsi qu’« Optique Lafayette », « Medical Lafayette » et des sites de parapharmacies, vient de passer aux mains de deux investisseurs français, le fonds Latour Capital et Bpifrance. Six ans après avoir été racheté par Five Arrows Principal Investments (FAPI), le fonds d’investissement de la banque Rothschild, Hygie 31 change d’actionnaires. Latour Capital, une société de gestion indépendante et la banque publique d’investissement Bpifrance se portent en effet acquéreurs de ce groupe qui représente – entre autres – 856 pharmacies dont 156 en Espagne. Une information qui ne surprend pas le marché, les fonds d’investissement restant en effet entre 5 à six ans en moyenne au capital des entreprises. Selon Hervé Jouves, la dynamique du groupe, sa montée en puissance à l’international et son ancrage dans le secteur de la santé et du bien-être, avec pour mot d’ordre « La Santé pour tous » ont reçu un écho favorable auprès de ces investisseurs français. « Latour Capital et Bpifrance, en tant qu’actionnaire minoritaire représentant l’État, sont sensibles à notre rôle consolidant le maillage français, dans les grandes villes où les pharmacies Lafayette défendent l’accès aux soins alliant prix bas et compétence et dans le péri-urbain et les quartiers avec les pharmacies Pharmacorp. Ils sont par ailleurs très intéressés par notre internationalisation, un champ dans lequel ils accompagnent également les PME françaises », expose le dirigeant d’Hygie 31.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Damien HOEHR est nommé Directeur Général de Pharmactiv

Damien HOEHR, directeur régional de la région Ouest d’OCP Répartition, succède à Clémence MAILLOT à compter du 11 juillet à la direction générale de Pharmactiv. Damien HOEHR a 23 ans d’expérience dans le secteur pharmaceutique. Pharmacien, il est aussi un expert de la répartition pharmaceutique pour avoir exercé, au début de sa carrière dans la répartition, puis au sein du groupe OCP depuis 2014. Strasbourgeois d’origine, il a déjà eu l’occasion de travailler à Mulhouse, Paris et Nantes. Ce passionné de courses à pied et de treks, est un homme de défis, d’écoute et d’engagement.

Lien vers le communiqué de presse :

https://www.ocp.fr/wp-content/uploads/2022/07/Communique-de-presse-Pharmactiv_Nomination-Damien-Hoehr.pdf

 

Aprium : le réseau qui conjugue la santé au féminin

Le groupement associe développement de produits en marques propres et accompagnement des patientes dans les différents stades de leur vie pour donner à ses adhérents les moyens d’assister les femmes dans la prise en charge de leur santé. Les champs d’intervention sont multiples. Cela va des premières règles avec la distribution d’un kit (documents informatifs et échantillons), de l’endométriose, des questions sur la fertilité, à la contraception, à l’IVG, à la ménopause, à l’ostéoporose, à la diététique, l’alcoolisme, le tabagisme en passant par la prévention avec la vaccination HPV et la prévention des maladies cardiovasculaires et des cancers du poumon et du sein… « Beaucoup de questions vont se poser dans les années à venir, notamment dans le dépistage des maladies », prédit Alain Hababou. Pour accompagner cette évolution, des formations vont être proposées aux équipes afin de les aider à accompagner leurs patientes. « Ce sont en effet des questions difficiles à aborder au comptoir. Nous réfléchissons à la manière dont on peut sensibiliser les patientes », reconnaît Alain Hababou, émettant l’idée d’un questionnaire ou d’entretiens qui pourraient être proposés aux patientes. À l’image de l’entretien de la femme enceinte prévu, lui, dans la convention pharmaceutique signée le 9 mars.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Aprium se lance dans la micronutrition

Les 400 pharmacies à l’enseigne ainsi que le site distribuent désormais, sous la marque du laboratoire du groupement, 6 formules bio, « Made in France » et expertes en micronutrition à des prix 10 à 30 % inférieurs aux marques équivalentes. 3 références composent la gamme PROB. Il s’agit de PROB A : une formule composée de 2 souches de ferments lactiques, à hauteur de 12 milliards d’UFC*/ jour, PROB G : synergie de 2 souches à hauteur de 30 milliards d’UFC*/ jour et PROB Digestion : fabriqué à base de plantes (carvi, gingembre et romarin). Trois autres produits Magnésium, stress et sommeil accompagnent ces lancements en micronutrition.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Gestion officinale : demandez le guide Giphar

Comment devenir pharmacien indépendant, se démarquer face à la concurrence ou encore aborder les nouveaux rôles du pharmacien ? Pour répondre à ces trois questions clés du (futur) titulaire chef d’entreprise, le groupement Giphar publie trois guides thématiques qui permettront d’orienter le pharmacien dans ses décisions au moment des choix cruciaux.

Lien vers les guides :

https://rejoindre.pharmaciengiphar.com/ressources/

 

PharmaVie lance la V2 de son appli

Avec sa nouvelle application, PharmaVie entend optimiser le parcours et l’expérience client, en donnant aux utilisateurs une plus grande autonomie. Cette nouvelle version reprend la charte graphique ainsi que les couleurs du site Internet et offre plus fonctionnalités, plus de services et plus d’informations. Dès qu’il aura identifié ses pharmacies favorites, le patient pourra accéder à tous les services proposés, rendez-vous, envoi d’ordonnance sécurisé, commande de produits en ligne et click & collect. Il pourra également bénéficier de toutes les promotions en cours, suivre les points accumulés sur son programme de fidélité Affinity, ou encore communiquer avec son pharmacien grâce à la messagerie.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Chez UP, « Mes Avantages Para » devient « Univers »

Univers Pharmacie fait évoluer ses cartes de fidélité et rebaptise son programme « Mes Avantages Para » en programme « Univers ». Ce virage traduit la nouvelle orientation de la fidélisation autrefois destinée à la parapharmacie et désormais diversifiée vers les « Services Santé » et bien-être. Les cartes Univers Privilèges et Univers Premium arborent désormais la baseline « Mon espace Santé et Bien-être ».

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Pharmabest gèle les prix

Face à la montée de la septième vague et alors que l’inflation flambe de mois en mois, le groupement Pharmabest a décidé de rendre les produits de première nécessité de prévention contre le Covid accessibles à tous. Aucune augmentation de prix ne sera appliquée pendant l’été, promet la direction du groupement. Les prix seront gelés pour les masques, le gel hydroalcoolique et les autotests dont les 650 pharmacies du réseau disposeront en stocks suffisants au cours des prochains mois.

 

Les pharmaciens Giropharm se forment

Afin de mieux agir sur la qualité de la prise en charge de leurs patients atteints de diabète, les pharmaciens Giropharm disposeront d’un book digital leur permettant de proposer une formation à leur équipe. Autosurveillance glycémique, technique d’injection de l’insuline, diabète gestationnel, ou encore appréhension de l’œdème des pieds et des soins des jambes, les diverses facettes de cette pathologie seront abordées dans ce book qui s’enrichira de nouvelles thématiques tout au long de l’année dans le cadre du programme des RDV Santé Diabète. Ces formations donneront également aux équipes officinales les clés pour mieux informer leurs patients, y compris sur l’élimination des déchets dans les boîtes jaunes Dasri (aiguilles, lancettes, autopiqueurs à usage unique).

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Agir Pharma : Mutualiser ses forces pour jouer dans la cour des grands

La créativité et le partage de bonnes pratiques gouvernent Agir Pharma, association de dix groupements indépendants régionaux, qui a tenu pour la première fois ses assises le 18 juin à Paris. Agir Pharma a pour vocation de fédérer ses adhérents autour des moyens : digitaux, outils de fidélisation, outils de différenciations et solutions de back-office. « L’ensemble de ces outils mis en commun est destiné à être utilisé par les groupements s’ils jugent qu’une plus-value est apportée à leurs adhérents. Aucun outil n’est obligatoire », expose Didier Le Bail, président du groupement PUC Pharma et d’Agir Pharma. C’est ainsi que dès qu’un dispositif, développé par un groupement, est « testé positif » par ses adhérents, il est mis à la disposition des autres groupements Agir Pharma.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/mutualiser-ses-forces-pour-jouer-dans-la-cour-des-grands

 

Stéphanie Bapt, directrice « Signature et Services » de Ceido

Responsable marketing, trade et communication chez Ceido depuis 2018, Stéphanie Bapt est nommée directrice « Signature et Services » du groupement. Titulaire d’un master de biochimie, ainsi que d’un master en santé publique et management de la santé, elle est également engagée dans la promotion et la valorisation de l’humain au cœur du système de santé à travers le collectif Femmes de Santé.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

ELECTIONS/NOMINATIONS

 

Carine Wolf-Thal, réélue présidente du Conseil national : un Ordre connecté aux pharmaciens et aux patients

Réélue à la présidence du Conseil national, Carine Wolf-Thal a ainsi partagé ses ambitions pour la profession. Dans un contexte d’évolution du système de santé, plusieurs priorités doivent guider l’adaptation de l’exercice professionnel :

  • Conduire et accompagner l’évolution profonde des métiers à travers un exercice coordonné mais aussi une simplification du parcours de soins, qui s’appuie sur la présence et la proximité des pharmaciens sur les territoires grâce au maillage pharmaceutique.
  • Renforcer la place du pharmacien dans la prévention : en faisant de tous les pharmaciens des acteurs majeurs de la vaccination, en développant leur action dans le dépistage des maladies chroniques ou transmissibles et en menant une réflexion sur leur rôle en faveur du grand âge. 
  • Œuvrer pour une démographie pharmaceutique permettant de répondre aux enjeux de santé en agissant sur les politiques de formation initiale et de recrutement des pharmaciens.
  • Veiller à la nécessaire montée en compétence des pharmaciens au regard de l’évolution des métiers, grâce à la formation initiale et continue et la certification.
  • Soutenir le développement du numérique et de l’intelligence artificielle, par une participation active au “Ségur du numérique” et l’introduction du Dossier Pharmaceutique dans Mon Espace Santé, en tant qu’outil incontournable de partage de données de santé.
  • Prendre la mesure du contexte européen et mondial, en anticipant tout particulièrement la directive médicament et en contribuant aux travaux internationaux de lutte contre les ruptures d’approvisionnement.
  • Veiller à l’impact environnemental de la profession et tendre vers un exercice « décarbonné » de nos métiers, en menant notamment une réflexion en faveur d’une consommation raisonnée des produits de santé et une politique adaptée de gestion des déchets.
  • Promouvoir les projets de la profession lors des prochains travaux parlementaires.

 Pour asseoir ces évolutions, il est nécessaire de garantir les fondamentaux qui guident la profession, à savoir :

  • Préserver l’indépendance professionnelle dans le contexte de transformation du système de santé.
  • Maintenir les valeurs déontologiques à un haut niveau, et avant toute chose obtenir la publication d’un code de déontologie actualisé avant la fin de l’année 2022.
  • Veiller à la sécurité du patient grâce à la solidité de la chaîne pharmaceutique et au maintien du monopole pharmaceutique.
  • Tendre toujours davantage vers un Ordre exemplaire poursuivant ses actions de conformité à ses missions légales.
  • Mener des actions de sensibilisation pour éviter les discriminations et violences sexistes dans la profession.

Pour en savoir plus :

https://r.lactu.ordre.pharmacien.fr/mk/mr/Pwrj0nHtTN4h6yKngafofu50PbabHKOYp1P6_ny469Z8XO2Gll5w0qfF7iDiv0TWqzlTOd0Kwk7YJiuzrDi8LTLAysJGR49In7zqDvwn9NSof3WJ3JnhHp3fDt0MlAJYTEK6S5dajkLfCg

 

Nouveau président du Leem

Le conseil d’administration du Leem vient d’élire Thierry Hulot, PDG de Merck France, à la présidence du Leem, pour un mandat de deux ans. Il salue l’action majeure et ambitieuse accomplie depuis 2019 par Frédéric Collet et affirme son souhait de s’inscrire dans la continuité des grands chantiers initiés par son prédécesseur.

Pour en savoir plus : https://www.leem.org/presse/thierry-hulot-elu-president-du-leem

 

Nouveau poste pour Christophe De La Fouchardière

Christophe de la Fouchardière prend le poste de Directeur Exécutif du Groupe laboratoire Rivadis.

Pour en savoir plus :

https://www.linkedin.com/posts/christophe-dlf_rivadis-rivadouce-rivadispro-activity-6948559542783762432-CDpX?utm_source=linkedin_share&utm_medium=member_desktop_web

 

AILLEURS

 

Pharmasimple : poursuite du programme d’acquisitions de pharmacies avec le rachat de 2 nouvelles officines

Pharmasimple annonce avoir finalisé l’acquisition d’un groupe de 2 nouvelles officines situées en zone rurale et dont le chiffre d’affaires total est estimé à environ 1,7 M€ en année pleine. Ce rachat permet à Pharmasimple d’être maintenant propriétaire de 14 officines réparties sur tout le territoire belge. L’intégration en cours de ces points de vente comprend leur affiliation au réseau Pharmasimple (Enseigne et supports de communication au logo Pharmasimple, utilisation des capacités d’approvisionnement du groupe, etc). Ceci leur apporte de nombreux avantages sur le plan de leur visibilité, des remises pour les produits de parapharmacie ou des capacités logistiques du groupe. Pharmasimple, spécialisé dans la vente en ligne de produits parapharmaceutiques, est l’un des principaux acteurs en France. La société propose plus de 120 000 références de produits cosmétiques et dermo-cosmétiques, d’accessoires à vocation médicale et de compléments alimentaires. En 2021, Pharmasimple a réalisé un chiffre d’affaires de 30 M€. Le Groupe ambitionne de devenir l’un des leaders de son secteur en Europe. Pharmasimple bénéficie du label « Entreprise innovante » décerné par Bpifrance.

Lien vers le communiqué de presse :

https://www.actusnews.com/fr/pharmasimple/cp/2022/07/21/pharmasimple-poursuite-du-programme-d_acquisitions-de-pharmacies-avec-le-rachat-de-2-nouvelles-officines