Actualités du 7 au 11 juin 2021

Pass sanitaire : les 3 certificats que peut donner le pharmacien

Le pass sanitaire est entré en vigueur le 9 juin en France, le décret étant paru au JO du 8 juin 2021. Le pass sanitaire permet d’accéder à certains lieux ou événements accueillant 1 000 personnes ou plus. Son utilisation doit aussi permettre de mettre en place des jauges de 5 000 personnes jusqu’au 30 juin tout en réduisant les risques de circulation du virus en plus des protocoles sanitaires mis en place. Par exemple, le pass sanitaire est nécessaire pour se rendre à un concert, une compétition sportive, au casino, mais aussi à un salon professionnel. Il est aussi obligatoire pour se déplacer entre le territoire hexagonal, la Corse ou l’une des collectivités situées Outre-Mer. A compter du 1er juillet, il permettra de voyager au sein de l’Union européenne. Le pass sanitaire contient une des 3 « preuves » suivantes :

  • un test PCR ou antigénique négatif datant de moins de 48 heures ;
  • un certificat de vaccination avec un schéma vaccinal complet : les 2 doses pour les vaccins Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca, une dose pour Janssen et pour les personnes ayant eu le Covid, auquel il faut ajouter une période de 14 jours pour les vaccins à 2 doses et les personnes ayant été vaccinées après avoir été contaminées, et de 28 jours pour le vaccin à 1 dose ; En clair, le pass ne sera pas valide le jour même de l’injection ;
  • un certificat de rétablissement du Covid-19 qui consiste en un test PCR ou antigénique positif datant d’au moins 15 jours et de moins de 6 mois.

Les documents peuvent être téléchargés sur TousAntiCovid mais peuvent être aussi présentés en format papier. Les documents du pass doivent comporter un QR Code pouvant être lu par TousAntiCovid vérif, l’application de vérification fournie aux personnes habilitées à contrôler le pass. Ce QR code figure sur les résultats de tests enregistrés par Sidep et sur le certificat de vaccination via Vaccin Covid depuis le 3 mai. Les personnes vaccinées peuvent aussi l’obtenir sur le site Ameli. Le pass sanitaire s’applique aux enfants à partir de 11 ans. Il n’est pas obligatoire dans la mesure où l’on ne participe pas à un événement de plus de 1 000 personnes. Il ne peut pas être demandé pour des fêtes privées par exemple ou pour la vie courante.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

 Biosimilaires : substitution envisageable… pour certaines molécules

Si le laboratoire américain Amgen reste plutôt opposé à la substitution biosimilaire par le pharmacien d’officine, il se dit ouvert à la discussion concernant les molécules les plus anciennes et les moins complexes. Une substitution « différenciée » serait aussi envisageable pour l’association de patients ANDAR(Association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde). « Parmi les biosimilaires, on trouve des molécules qui ont des niveaux de complexité très différents, certaines ne sont d’ailleurs pas considérées comme entrant dans le champ des biosimilaires dans certains pays. C’est le cas des insulines. Pour des molécules moins complexes pour lesquelles nous avons un recul beaucoup plus long, il pourrait y avoir une ouverture de discussions sur le sujet, d’autant que ce sont des médicaments fréquemment rencontrés à l’officine », remarque Jean-Philippe Alosi, directeur des affaires publiques d’Amgen France. L’ANDAR estime toutefois que la substitution est inenvisageable quand les médicaments biologiques font l’objet d’une prescription initiale hospitalière.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/biosimilaires-substitution-envisageable-pour-certaines-molecules

 

Tests sérologiques prévaccination : l’officine se positionne

La Haute Autorité de santé a recommandé de proposer un test sérologique avant la première injection d’un vaccin Covid, afin de savoir si une ou deux doses de vaccin étaient nécessaires. Dans la foulée, les syndicats de pharmaciens d’officine ont affirmé vouloir détenir un rôle clé dans la réalisation et la distribution de ces tests sérologiques avant vaccination. Selon Philippe Besset, ces tests sérologiques, destinés à déterminer l’immunité contre le Covid par la présence d’anticorps, devraient concerner un grand nombre de personnes qui n’ont pas encore reçu leur première dose de vaccin.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

L’Ordre défend le médecin traitant, « pilier de la prise en charge », face au pharmacien correspondant

L’Ordre défend le médecin traitant, « pilier de la prise en charge », face au pharmacien correspondant

Dans un communiqué, le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) voit dans la parution du décret sur le statut du pharmacien correspondant une énième mesure « éparse » modifiant le périmètre des professions de santé, au détriment de la lisibilité attendue par les usagers. L’Ordre ne voit en effet pas d’un très bon œil la parution du décret sur le pharmacien correspondant, qui « modifie une fois de plus le périmètre métier des professions de santé et la lisibilité attendue par l’usager de santé des compétences propres à chaque métier ». Qui plus est à une période où « nous sommes tous mobilisés dans le cadre de l’épidémie et devons rester rassemblés pour construire la sortie de crise sanitaire », souligne le Cnom. Alors que les syndicats médicaux, à l’instar du SML, de l’UFML ou de la CSMF, ont vivement dénoncé cette mesure et que d’autres délégations de tâches sont en cours au profit des pharmaciens, l’Ordre rappelle que le « médecin traitant doit rester le pilier de la prise en charge du patient » ainsi que de la « mise en œuvre de son parcours santé ».

Lien vers le communiqué de presse du cnom : https://www.conseil-national.medecin.fr/publications/communiques-presse/pharmaciens-correspondants

 

Peut-on afficher en vitrine « On a les doses… pour vous vacciner » ?

La publicité sur le point de vente et en vitrine est licite. À condition de respecter certaines règles. Exit les accroches tapageuses ou cherchant à se singulariser de ses confrères. En résumé, il est donc possible d’apposer sur sa vitrine la mention « On a les doses… pour vous vacciner », à condition de s’en tenir à ce message informatif de santé publique sans lui conférer de dimension commerciale.

Lien vers l’article : http://www.lepharmaciendefrance.fr/actualite-web/peut-on-afficher-en-vitrine-on-a-les-doses-pour-vous-vacciner

 

Pascal Louis réélu à la tête de l’URPS des Pharmaciens Libéraux de Bourgogne-Franche-Comté

L’Union régionale des professionnels de santé des pharmaciens libéraux de Bourgogne Franche-Comté annonce, la nomination pour un second mandat comme président de Pascal Louis, pharmacien à Fontaine-lès-Dijon.

Lien vers les articles : https://www.bienpublic.com/sante/2021/06/03/un-pharmacien-de-fontaine-les-dijon-a-la-tete-de-l-union-regionale

https://www.infos-dijon.com/news/bourgogne-franche-comte/bourgogne-franche-comte/pharmacie-pascal-louis-reelu-a-la-tete-de-l-urps-des-pharmaciens-liberaux-de-bourgogne-franche-comte.html

Attention : ne pas utiliser ou mettre à disposition les masques « Bio mass graphène »

Santé Publique France alerte sur la présence éventuelle de graphène dans les masques FFP2 labellisés « Biomass Graphène ». Elle demande de ne plus utiliser ou mettre à disposition ces masques.

Source : USPO.

 

L’éditeur de logiciels médicaux Maincare s’allie avec Doctolib

Le poids lourd français de l’informatique hospitalière se recentre sur l’édition de logiciels et parie sur des partenariats. Basé en Gironde, il réussit enfin à s’implanter à l’hôpital de Bordeaux.

Lien vers l’article : https://www.lesechos.fr/pme-regions/nouvelle-aquitaine/lediteur-de-logiciels-medicaux-maincare-sallie-avec-doctolib-1321678

Des syndicats expérimentent leur solution de e-coordination libérale

Les mêmes syndicats qui, en 2019, s’étaient unis pour construire une solution permettant aux professionnels de santé libéraux de conserver la maîtrise de la dispense d’avance de frais, ont développé une solution de e-coordination. En capitalisant sur la réussite de Paymed, la CSMF, le SML, la FNI, la FFMKR, le SDB, la FSPF et le SDA, lancent l’expérimentation d’un nouvel outil numérique, dans dix départements.

Lien vers l’article : https://toute-la.veille-acteurs-sante.fr/176853/des-syndicats-experimentent-leur-solution-de-e-coordination-liberale-communique/

 

Korus promeut un nouveau concept de pharmacie

Le groupe isérois Korus, expert en conception et réalisation d’espaces professionnels, a expérimenté à La Buisse le M Pharma, un nouveau concept de pharmacie. Un aménagement lancé dès 2019, et qui pourraient s’avérer utile à l’heure de la vaccination ou des tests en pharmacie.

Lien vers l’article : https://www.lessor38.fr/korus-realise-un-nouveau-concept-de-pharmacie-28691.html

 

Entretien avec Jean-Marc Aubert, président d’IQVIA suite à l’émission cash investigation

Jean-Marc Aubert, le président d’Iqvia, a accepté de répondre aux questions du Moniteur des pharmacies. Il fait le point sur le contrat qui lie son entreprise à ses 14 000 officines partenaires, sur les garanties apportées en matière de protection des données de santé des patients. Sans se défausser des critiques formulées.

Lien vers l’article : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/revues/le-moniteur-des-pharmacies/article/n-3372/derriere-l-utilisation-des-donnees-de-sante-se-joue-la-comprehension-des-parcours-de-soins.html?utm_source=24h-mpl&utm_medium=newsletter&utm_content=actu

Entretien avec Antoine Prioux, pharmacien à Bugeat en Corrèze et à la tête de l’association P4Pillon

Antoine Prioux défend l’idée d’un LGO « libre » moderne.  La singularité du LGO repose sur le concept de  prescription en multiples de semaines plutôt qu’en mois. Ceci permet pour la première fois de définir un algorithme de parcours de soins pharmaceutiques. Antoine Prioux est convaincu que sans l’utilisation d’outils développés en opensource, il ne peut y avoir une liberté d’innovation synonyme de confiance dans le numérique en santé. Il a lancé une campagne de financement de libération du code source : https://www.helloasso.com/associations/p4pillon/collectes/liberer-l-avenir-du-systeme-de-sante/don

Lien vers le podcast : https://www.pharmaradio.fr/podcast/interviews/invite-antoine-prioux-pharmacien-a-bugeat-en-correze-et-a-la-tete-de-l-association-p4pillon-8301

 

Les médicaments chers exclus du mode de calcul du nombre d’adjoints

C’est acquis : le chiffre d’affaires issu de la dernière tranche des médicaments chers sera exclu dans le calcul du nombre d’adjoint. La mesure sera effective à partir de 2022.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/les-medicaments-chers-exclus-du-mode-de-calcul-du-nombre-dadjoints

 

Covid : la vaccination chez les médecins et les pharmaciens ne décolle pas

Avec près de 3 millions de doses en stock dans les officines ou les cabinets libéraux, les soignants de ville sont à la traîne par rapport aux centres de vaccination. Même le vaccin Moderna à ARN messager s’y écoule moins vite. Le vaccin Janssen à injection unique y est sous-utilisé.

Lien vers l’article : https://www.lesechos.fr/economie-france/social/covid-la-vaccination-chez-les-medecins-et-les-pharmaciens-ne-decolle-pas-1322745

 

« Euros for Docs », une base inédite sur les liens entre industrie pharmaceutique et professionnels de santé

Malgré l’obstruction technique de l’industrie pharmaceutique, le site Eurosfordocs.eu, lancé mardi 1er juin, met en lumière ses liens d’argent avec le monde de la santé, générateurs de possibles conflits d’intérêts.Lien vers l’article : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/01/euros-for-docs-une-epopee-informatique-pour-rendre-visibles-les-liens-entre-industrie-pharmaceutique-et-monde-medical_6082282_3244.html

GMS

Carrefour et La Poste ouvrent une boutique commune pour les colis e-commerce

Carrefour et La Poste, via sa filiale Pickup, s’associent pour créer un nouveau modèle commercial de drive piéton sous l’enseigne « Pickup drive ». Le premier Pickup drive a ouvert le 26 mai à Paris dans le 19ème arrondissement, 6 jours sur 7. L’objectif pour Carrefour comme pour Pick Up consiste à gagner en proximité. Le retailer fait face à une augmentation des commandes e-commerce et le drive piéton est une alternative à la livraison à domicile que les citadins plébiscitent. En revanche, Carrefour doit développer son maillage car la clientèle reste dans un rayon restreint autour de chaque point de retrait. « Nos expériences croisées et notre ambition commune autour de la qualité de l’expérience client sont nos moteurs, ajoute Paul-Ambroise Archambeaud, président de Pickup. Avec le Pickup drive, nous simplifions la vie du client en lui permettant de retirer l’ensemble de ses achats en ligne, alimentaires et non alimentaires, en bas de chez lui. »

Source : republik retail.

 

Le bon marché se met à la gym faciale

La jeune enseigne française de fitness du visage, FaceKult, vient de s’installer au Bon Marché. Ses massages tonifiants sont organisés comme une séance de sport, avec un échauffement puis des phases de stimulation, d’étirement, etc. Ils sont prodigués par une équipe de conseillers, baptisés “coachs facialistes”, avec un sérum personnalisé préparé en fonction de la peau du client. Le tarif de ce service, installé dans l’espace “La Petite épicerie de la beauté” du grand magasin, est facturé à partir de 59€ les 30 minutes. Plus original encore, FaceKult, qui a ouvert son premier “studio” début 2020, avant le premier confinement, propose du coaching en visioconférence sur Zoom, et un système d’abonnement, comme en salle de remise en forme, via des forfaits pour plusieurs séances. L’offre comprend aussi une ligne de cinq produits Facekult (cosmétiques et compléments alimentaires) à la vente.

Source : le pharmacien manager.

 

« Les officines sont indispensables à la cohésion sociale »

La crise sanitaire a renforcé des tendances préexistantes : Paiement en ligne, drive, livraison à domicile, sourcing local ou “made in France”… ont de grandes chances de s’inscrire dans la durée. Le sociologue, Vincent Chabault, auteur de l’essai “Eloge du magasin, contre l’amazonisation”, explique comment les commerces de proximité intègrent tous ces nouveaux prérequis.

Lien vers l’article : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/revues/pharmacien-manager/article/n-210/les-officines-sont-indispensables-a-la-cohesion-sociale.html

 

Convention Santé des Républicains

Le groupe Les Républicains a consacré sa dernière convention thématique aux questions de santé et a ainsi présenté, le 9 juin, ses pistes pour refonder le système de santé. Au-delà d’une refonte du système, le groupe propose également de « rendre le système de santé plus performant et plus juste » et de « renforcer la souveraineté de la France en matière de santé ».

Pour en savoir plus : https://www.egora.fr/actus-pro/politique-de-sante/66969-hausse-du-c-exoneration-a-l-installation-ame-les-pistes-des?nopaging=1

 

Olivier Véran lance trois missions dédiées à la santé publique française

Après plus de dix-huit mois d’une crise sanitaire sans précédent qui a mis à l’épreuve notre système de santé, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran lance trois missions pour une modernisation ambitieuse de la santé publique en France. Le ministre des Solidarités et de la Santé a lancé trois missions pour la rénovation de la santé publique pour tirer les enseignements de la crise sanitaire et poser les bases d’une nouvelle santé publique. Les trois missions sont les suivantes :

Une première mission confiée au Pr Franck Chauvin, par ailleurs président du Haut Conseil en Santé Publique. Elle vise à tracer les contours et les aspects institutionnels de l’organisation de la santé publique de demain, notamment sous ses aspects de métiers, formations, recherche, expertise et intervention de terrain.

Une seconde mission est confiée au Dr Aude Nyadanu et au Dr Pauline Martinot, respectivement entrepreneure et médecin, expertes des sujets d’innovation et de santé publique. Son objectif est de développer et d’installer une nouvelle conception de la « santé grand public » à usage de la population et notamment des plus jeunes afin de modifier leur regard et d’encourager la santé.

Enfin, une troisième mission confiée à M. Julien Delpech, entrepreneur innovant du secteur de la formation médicale et au Pr. Eric Vibert, chirurgien digestif et membre du groupe d’innovation de l’APHP. Cette mission a pour but de proposer un dispositif innovant permettant de dispenser sans délais des formations flash validées et de référence à tout ou partie des professionnels de la santé concernés par une thématique ou un événement (alerte sanitaire) quels que soient leurs professions, secteur d’activité ou situation géographique.

Olivier Véran a ainsi déclaré : « Il est urgent de refonder notre santé publique et d’installer des outils et une culture moderne et innovante pour toujours mieux accompagner nos concitoyens en tirant les enseignements de la crise sanitaire ».

Source : ministère de la santé.

 

Trods sérologiques, pharmacien correspondant : la rémunération plantée

Coup de tonnerre lors de la Commission paritaire national (CPN) du 9 juin. En dénonçant officiellement la tacite reconduction de la convention pharmaceutique dans un courrier daté du 6 juin, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) gèle toutes les négociations en cours dont celle portant sur la rémunération du pharmacien pour le dépistage prévaccinal du Covid-19 par Trod sérologique. Le sujet a pourtant été évoqué hier mais le tarif proposé par Thomas Fatome, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance maladie (Cnam), bien en deçà des demandes des deux syndicats pharmaceutiques, a été rejeté en bloc par leurs représentants. De toute façon, la décision finale reviendra au ministre de la Santé qui décidera seul du tarif par un arrêté ministériel. De fait, les autres chantiers en cours, la rémunération officinale et la rémunération du pharmacien correspondant, les nouvelles missions débattues dans le cadre du comité paritaire national des programmes d’accompagnement (CPNPA), telles que la dispensation à domicile, le dépistage du cancer colorectal, l’accompagnement du patient dans le sevrage tabagique, etc. restent en rade.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

Une négligence de la France pourrait favoriser la percée des pharmacies en ligne européennes

La profession a été alertée qu’une omission de notification de la France aux autres États membres de l’Union européenne pourrait permettre aux pharmacies en ligne étrangères de faire de la publicité sur le sol français.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/une-negligence-de-la-france-pourrait-favoriser-la-percee-des-pharmacies-en-ligne-europeennes

 

CHIFFRES

Au 9 juin: 29.056.963 personnes ont reçu une première injection et 14.661.800 personnes ont un schéma vaccinal complet de la Covid-19, rapporte le ministère de la Santé. L’objectif des 30 millions de primo-vaccinés au 15 juin devrait être atteint dès ce week-end.

44 biosimilaires sont commercialisés en France, à un prix inférieur de 20 à 40% par rapport à leur version d’origine. Une source d’économie majeure pour l’Assurance-maladie, qui pourrait atteindre trois milliards d’€ par an d’ici à cinq ans. « Mais c’est une économie potentielle, si l’on couvrait l’ensemble des champs… Actuellement, nous sommes plutôt à 50 millions d’€ d’économie à l’hôpital et 48 millions en ville », souligne Jean-Philippe Alosi, directeur des affaires publiques d’Amgen. « Il n’y a plus de temps à perdre. Il faut permettre aux médicaments biosimilaires de jouer tout leur rôle. La mise en œuvre de mesures incitatives pour l’ensemble des acteurs est incontournable », abonde Stéphane Joly, président du Gemme, qui fédère les 21 fabricants de génériques et de biosimilaires.

Une marge fixe de 4,00 € HT pour les pansements techniques. Lien vers l’article : http://www.fspf.fr/fspf-services/breves/marge-fixe-400-eu-ht-pansements-techniques

La CNAM vient d’informer que la ROSP Génériques pour la substitution réalisée en 2020 (et dont le versement débutera la semaine prochaine) ne dépassera pas les 60 millions d’euros, soit en moyenne 2 677 euros par pharmacie. Depuis deux ans, les pharmaciens perdent entre 4 500 et 5 000 euros chaque année. Source : FSPF.

La Chine se prépare à vacciner les enfants dès l’âge de trois ans contre le coronavirus, a annoncé le 8 juin un laboratoire pharmaceutique.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/medicament-parapharmacie/medicament/covid-la-chine-se-prepare-vacciner-les-enfants-des-3-ans?xtor=EPR-1-%5BNL_infodujour%5D-%5B20210608%5D&utm_content=20210608&utm_campaign=NL_infodujour&utm_medium=newsl

 

Une nouvelle étape du déconfinement a eu lieu mercredi 9 juin. Depuis cette date, le couvre-feu est décalé à 23h (au lieu de 21h). La jauge est également modifiée, il faut désormais compter un client pour 4 m²(au lieu de 1/8m² en vigueur). Les terrasses extérieures sont à 100% de leur capacité mais avec toujours un maximum de 6 personnes par table. En revanche, la réouverture des cafés et des restaurants est possible à l’intérieur avec une jauge de 50%. Par ailleurs, le respect des gestes barrière reste de mise pour assurer la sécurité des clients et des salariés des commerces. Enfin, un nouveau protocole sanitaire pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise sera effectif. Lien vers le procotole : https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/protocole-national-sante-securite-en-entreprise.pdf

À 83 %, le taux d’utilisation du vaccin Moderna (nombre d’injections sur nombre de doses livrées) se rapproche progressivement de celui du vaccin Pfizer, qui atteignait 90 % la semaine dernière. Semaine au cours de laquelle un nombre record d’injections – 4 millions – ont été effectuées, dont 2,5 millions de primo injections. « Le Pfizer arrivera en ville dans un calendrier ajusté », a promis le ministère de la Santé.

Déjà éligibles à une 3e dose vaccinale, les personnes sévèrement immunodéprimées pourraient se voir recommander une 4e injection. Ou bien une vaccination hétérologue. Ou encore des injections de doses plus fortes. Le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale doit rendre un avis, dans les semaines à venir, sur la « personnalisation » de la vaccination de cette population après une 3e dose.

Pour la première fois depuis 2003, un médicament contre la maladie d’Alzheimer a été approuvé. Le traitement Aduhelm, des laboratoires Biogen et Eisai, a en effet obtenu le feu vert de l’Agence américaine du médicament (FDA), même si son efficacité n’est pas encore totalement démontrée. Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/medicament-parapharmacie/medicament/maladie-dalzheimer-un-nouveau-medicament-autorise-aux-etats-unis?utm_medium=Social_Echobox&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR12nLh1SHM0rlnwMFFBpTexIlFHGlzyndE7qdl0BQlUj-V4qV3X1Evha3U#Echobox=1623162647

47,6 % des personnes obèses en France ont reçu leur première dose de vaccin contre la Covid-19 au 23 mai, plus que la moyenne nationale (39,1% au 1er juin), mais loin derrière des personnes souffrant d’autres pathologies à haut risque, comme les patients souffrant d’insuffisance cardiaque (qui sont 67,5% à avoir reçu une dose), de diabète (66,2%) ou de maladies respiratoires chroniques (59%), selon les derniers chiffres de la Cnam.

Une étude prospective réalisée à l’Institut Gustave Roussy, premier centre européen de cancérologie, anticipe une surmortalité par cancer de l’ordre de 6 à 7% en moyenne au cours des cinq prochaines années. En cause, les retards de prise en charge de nombreux patients, allant jusqu’à plus de deux mois, à cause de l’épidémie de Covid. L’impact devrait être plus important encore: ces travaux se basent en effet sur un retour à la normale depuis mars 2021. Or, ce « n’est n’est, en réalité, toujours pas le cas », prévient Aurélie Bardet, du service de Biostatistique épidémiologie de l’Institut Gustave Roussy, qui a réalisé l’étude.

La situation épidémique inquiète en Nouvelle-Aquitaine, où un cluster de 31 cas du variant Delta, dit aussi « indien », a été identifié ces derniers jours dans les Landes. Une vingtaine d’autres cas du même type sont suspectés par l’ARS.

« Officiellement, rien n’a été décidé encore, mais on peut imaginer que pour les personnes âgées, dont le taux d’anticorps diminue plus rapidement à partir d’un certain âge, une troisième dose sera sans doute nécessaire », répond Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid-19 de l’Académie nationale de médecine. Selon Jacqueline Marvel, chercheuse au CNRS et au Centre International de recherche en Infectiologie à Lyon, il pourrait alors être intéressant de « croiser les vaccins, pour élargir le spectre de la protection vaccinale ».

Baisse d’activité : une régularisation de 5 millions d’euros en juillet. La régularisation des compensations demandées par les pharmaciens sera effectuée par l’assurance-maladie le mois prochain, selon l’USPO. Quant aux pharmacies de montagne, elles devront attendre fin octobre pour que leur situation soit prise en considération. Source : le quotidien du pharmacien.

Au 1er juillet, la rémunération dédiée au renseignement de la plateforme Vaccin Covid pour chaque injection réalisée sera plafonnée à 270 euros par jour dans la limite de 3 000 euros par mois. Un plafonnement qui tombe mal, selon la FSPF, alors que la e-CPS du titulaire peut être utilisée par plusieurs pharmaciens pour contourner un problème d’encodage au niveau de l’assurance-maladie. Une limite à « 50 vaccins par jour » qui envoie un mauvais signal, selon l’UNPF. Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/remuneration/teleservice-vaccins-covid-un-plafonnement-de-la-remuneration-malvenu

Augmentation du point de 1,5% en vigueur au 1 er juillet 2021. Nota bene : elle est sans effet rétroactif. En revanche, la prime d’équipement augmente également de 76 à 78€ avec effet au 1 er janvier 2021.

Moderna a déposé une demande d’autorisation de mise sur le marché dans l’Union européenne et au Canada de son vaccin de la Covid-19 pour les 12-17 ans. Le groupe avait affirmé fin mai que son remède était « hautement efficace » chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, selon les résultats d’essais cliniques sur plus de 3.700 participants âgés de 12 à 17 ans aux États-Unis.

1 million de personnes ont déjà reçu des certificats numériques Covid européens qui doivent faciliter les voyages cet été au sein de l’Union européenne, a annoncé hier le commissaire européen Didier Reynders devant les eurodéputés.

Les prix des tests PCR en Europe vont de la gratuité à 300 euros ! Lien vers l’article : https://www.femmeactuelle.fr/vie-pratique/news-vie-pratique/espagne-grece-italie-combien-coute-un-test-pcr-en-europe-2113932

62 % des Français souhaitent « davantage de vrac » dans les magasins. (Source : étude « Panel Views » Nielsen, décembre 2020).

Sur les places de marché, le positionnement prix constitue un élément déterminant. « D’autant qu’il faut intégrer dans la marge, la commission prélevée sur chaque vente, qui oscille entre 8 et 15 % », prévient Hélène Decourteix.

Plus de 1 500 pharmaciens ont suivi depuis la mi-janvier les deux nouveaux modules de web-formation « Vaccination anti-Covid », développés par Alliance Healthcare Formation. Le premier aborde les spécificités des différents vaccins, l’éligibilité des patients… Le second décrypte le contexte réglementaire, l’approvisionnement en vaccins, la mise en place du protocole de vaccination…

Au Lab Pierre Fabre à Toulouse, l’objectif n’est pas de vendre, mais d’apporter un conseil hyper-personnalisé. Le temps moyen passé avec chaque visiteur est de 30 minutes, pour un panier d’achat compris généralement entre 40 et 50€. Lien vers l’article : https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/eric-ducournau-directeur-general-du-groupe-pierre-fabre-l-officine-doit-etre-la-reference-en-matiere-de-naturalite.html

Sanofi, Capgemini, Generali et Orange annoncent la création de Future4care, nouvel accélérateur européen de start-up en santé digitale. Basé à Paris, et doté de 24 millions d’€, il accueillera une centaine de jeunes pousses avec l’ambition de développer des solutions digitales au bénéfice des patients et des professionnels de santé et de faire émerger de futurs champions français. Pour en savoir plus : https://pharmaceutiques.com/actualites/nouvelles-technologies/future4care-le-nouveau-guichet-unique-de-la-e-sante/

GROUPEMENTS

PharmaVie : une trousse pour survivre à l’été

Pour la première fois, le groupement a composé une trousse de secours destinée aux premières urgences des sorties en plein air et du bricolage à domicile. Regroupant 27 éléments indispensables pour apporter les premiers soins, elle est proposée en officine ou en ligne au prix de 9,90 euros.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Pharmactiv veut accélérer le passage à l’enseigne, entretien avec Clémence Maillot, nouvelle directrice générale du groupement Pharmactiv

« Pharmactiv est un groupement qui fait preuve d’une vraie modernité, ne serait-ce que par l’offre de sell-out qu’il propose, sa centrale d’achats et ses 54 accords labos, mais aussi son approche catégorielle dont nous avons parlé plus haut, ou encore sa MDD, avec ses 320 références et sa gamme bio lancée en 2020. À noter que la MDD permet aux adhérents investis de réaliser un chiffre d’affaires de 40 000 euros par an et par conséquent 16 000 euros de marge !Le travail va porter sur le développement de l’enseigne, née il y a dix-huit mois. Cet enjeu est très important puisque, de 149 officines sous enseigne, je souhaiterais arriver très vite à 350 adhérents sous enseigne sur les quelque 1 400 que compte le groupement. J’ai d’ailleurs entamé un tour de France pour échanger avec nos adhérents sur leurs convictions, leurs attentes, bien décidée à leur transmettre le message qu’une enseigne n’est pas seulement une façade ! »

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/pharmactiv-veut-accelerer-le-passage-lenseigne

La conquête de Paris par les groupements

Pour des questions d’image et de notoriété, Paris constitue un terrain de conquête privilégié pour les groupements. Mais, sur un marché ultra-concurrentiel et très spécifique, les stratégies déployées pour gagner de nouvelles parts de marché visent à ne pas altérer la cohérence des réseaux… Depuis l’inauguration de l’imposant flagship Pharmabest de 2 050 m2, au cœur du Forum des Halles, en septembre dernier, le mercato qui se joue entre les groupements, à Paris, s’intensifie. Apothical a, ainsi, attiré dans son giron la pharmacie de la République et la pharmacie Eiffel, transfuge du groupe Monge. « Lorsque j’ai pris mes fonctions en septembre 2020, l’un de mes premiers objectifs a été de construire une belle représentation sur Paris », confie Véronique Orillard, directrice générale de ce groupement, qui compte désormais trois adhérents dans la capitale sur les 66 officines de son réseau. Chez Boticinal, qui a signé en début d’année la pharmacie de l’Opéra, la ville lumière fait aussi partie des principaux axes stratégiques de développement. « A court terme, nous aimerions à Paris, comme en province, doubler notre présence afin de couvrir toutes les grandes zones de chalandise », souligne Alexandre Aunis, le directeur marketing de ce jeune groupement où deux des vingt officines sont installées dans Paris intra-muros. Chez Aprium, où 40 % des 380 adhérents sont déjà implantés dans Paris intra-muros et en Ile-de-France, la stratégie de développement se concentre sur l’ensemble du territoire. L’Est et l’Ouest ont respectivement accueilli une quinzaine d’officines supplémentaires. « Paris reste toutefois très important pour nous, car c’est le bastion historique de notre enseigne qui est née avec Paris Pharma, rappelle le Dg, Laurent Keiser. Avec nos 65 pharmacies intra-muros, nous sommes, et de loin, leader en parts de marché. Mais, cela ne nous empêche pas de rester conquérants dans la capitale, notamment dans Paris Sud-Est, à l’Ouest et l’Est où nous avons encore des possibilités de croissance ». Chez Giphar, Paris n’est pas une obsession : « En tant que groupement national, qui ambitionne de devenir l’enseigne de pharmacie préférée des Français, notre principal objectif reste de développer le réseau sur l’ensemble du territoire, note Pierre des Champs de Verneix, le directeur commercial. Le groupement, qui compte 1 350 adhérents, aimerait franchir le cap des 1 500 d’ici à trois ans. Ceci étant dit, avec une vingtaine d’officines dans Paris, nous sommes en retard en termes de parts de marché. Nous sommes donc, là aussi, en phase active de prospection. Idéalement, nous devrions avoir une quarantaine d’adhérents dans la capitale dans les trois ans à venir ». Pour Hervé Jouves, le président du groupe Laf Santé, une faible présence dans la capitale ne constitue toutefois pas un handicap rédhibitoire. « Si l’on se réfère à la dernière enquête réalisée par Iqvia en mai 2020, Pharmacie Lafayette était l’enseigne la plus connue des Français, loin devant Giphar et PharmaVie, rappelle-t-il. Or, nous avons construit cette image avec une implantation parisienne limitée, puisqu’à l’instar d’enseignes comme Conforama ou Decathlon, nous avons choisi de développer en premier notre présence en province, avant d’attaquer le marché parisien. Notre ambition étant de permettre à chaque Français d’avoir accès à une pharmacie Lafayette en moins de 30 minutes ».

Source : pharmacien manager.

 

Anton et Willem booste sa formation et sa croissance

Le réseau de pharmacies spécialiste des médecines naturelles, propriété d’Objectif Pharma depuis 2017, vient de recruter une pointure en phyto et aromathérapie en la personne de Kevin Burdin, notamment réputé pour son site Naturatopia et pour son dynamisme sur les réseaux sociaux. Préparateur en pharmacie, titulaire du DU d’aromathérapie de Dijon et co-fondateur de l’Académie Internationale d’Aromathérapie Scientifique Natur’Alchemia, il est nommé “responsable de la formation et de la montée en compétences” de cette quasi-franchise. Cette embauche fait suite à la promotion de David Demaretz, responsable formation chez Anton & Willem depuis 2018, tout juste nommé directeur des opérations. De plus, Anton & Willem a noué un partenariat avec l’organisme spécialiste des médecines complémentaires Oreka pour des séances thématiques (sur les fondamentaux plutôt que sur les produits). « Toute l’équipe est formée systématiquement une à deux semaines avant les travaux de mise à l’enseigne, puis après au fil de l’eau par le biais de webinars et de tutoriaux », précise Georges Duarte, co-fondateur de l’enseigne. Aujourd’hui, le réseau compte près d’une cinquantaine de pharmacies adhérentes, dont une première à Paris qui vient d’ouvrir ses portes, rue Mouffetard (5ième arr.). Et vise 70 officines d’ici à la fin 2021, dont de nouvelles implantations à Paris.

Source : le pharmacien manager.

 AILLEURS

 

États-Unis : Amazon se lance dans la délivrance de traitements chroniques

Amazon diversifie une fois de plus son offre dans la santé en proposant aux patients chroniques américains, traités par exemple pour hypertension ou diabète, de leur délivrer leur traitement à un prix défiant toute concurrence : 6 dollars pour six mois, livraison comprise.

Lien vers l’article : https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/etats-unis-amazon-se-lance-dans-la-delivrance-de-traitements-chroniques

 

Données de santé: Londres joue la montre

Les données de santé sont « l’or noir du XXIe siècle » et, à Londres, on se dit qu’il serait dommage de le laisser sécher au soleil. Le National Health Service (NHS) va donc l’exploiter: si les patients du royaume ne s’opposent pas explicitement au transfert de leurs données de santé avant la fin de l’été, celles-ci seront extraites de leurs dossiers médicaux par NHS Digital pour être utilisées « à des fins de recherche médicale » par des organismes publics… et privés.

Lien vers l’article : https://www.ticpharma.com/edito.php?id=1653