Actualités du 7 au 11 mars 2022

ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Convention pharmaceutique : c’est signé !

Réunis le 9 mars au siège de l’assurance-maladie, les partenaires conventionnels ont signé un texte que tous qualifient d’ambitieux. Fort des enseignements de la crise sanitaire, il consacre le rôle du pharmacien en tant qu’acteur de santé publique. Parmi les nouvelles missions que cette convention ouvre aux pharmaciens, on peut noter :

  • L’élargissement des compétences du pharmacien pour la prescription et l’administration des vaccins
  • La revalorisation de l’honoraire de vaccinations
  • Le renforcement du rôle du pharmacien dans le dépistage (notamment pour le cancer colorectal, les infections urinaires)
  • la rémunération des entretiens d’accompagnement des femmes enceintes
  • la nouvelle modalité de rémunération pour les pharmaciens correspondants
  • l’autorisation de la dispensation de médicaments à domicile, dans le cadre du dispositif Prado
  • la création d’une nouvelle ROSP sur le bon usage des produits de santé et d’une ROSP sur l’utilisation des outils numériques.

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la santé a salué des « évolutions notables » faisant du pharmacien de ville un « acteur essentiel des programmes nationaux de dépistage et de vaccination ».

Thomas Fatome, directeur général de la CNAM, a loué un texte « ambitieux » représentant un investissement supplémentaire de l’ordre de 130 millions d’euros pour le réseau officinal (105 millions pour l’assurance maladie obligatoire ; 22 millions pour les complémentaires).

Lien vers l’article :

https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/convention-pharmaceutique-cest-signe

Lien vers le courrier d’Olivier Véran aux pharmaciens :

http://www.ordre.pharmacien.fr/content/download/584883/2710162/version/2/file/Lettre+Olivier+V%C3%A9ran+convention+pharmaceutiques.pdf

 

Une nouvelle convention pharmaceutique au goût d’inachevé selon l’UNPF

La nouvelle convention pharmaceutique signée avec l’Assurance maladie déçoit l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF) : un texte dense mais qui n’alloue pas de moyens à la hauteur de ses ambitions. Le syndicat attend beaucoup de la prochaine phase de négociation en 2023, consacrée à la rémunération. « Cette convention officialise la dimension clinique du rôle du pharmacien : une évolution professionnelle pour laquelle l’UNPF milite depuis des années. En revanche, elle n’apporte pas aux entrepreneurs officinaux de cadre économique permettant une projection sereine sur les cinq prochaines années », regrette Christophe Le Gall, Président de l’UNPF. Selon les commentateurs, la mise en pratique de la nouvelle convention octroierait au réseau officinal un supplément annuel de 100 à 150 millions d’euros supplémentaires (soit au mieux de l’ordre de 7 000 euros supplémentaires en moyenne par officine et par an). Ce montant viendrait toutefois pour l’essentiel de nouvelles missions que les officines ne pourront pas toutes mettre en œuvre, alerte l’UNPF, craignant une répartition inéquitable de ces nouveaux subsides, au détriment des officines déjà en difficulté financière ou isolées.

Lien vers l’article : https://www.unpf.eu/actualites/actualites/une-nouvelle-convention-au-gout-dinacheve-selon-lunpf-fspf-uspo-assurance-maladie

 

Pass vaccinal en pharmacie : une employée conteste sa suspension

Conseillère en dermo-cosmétique, elle estime ne pas avoir les mêmes devoirs vaccinaux que les pharmaciens ou assistants Marjorie Thome, 40 ans, a été suspendue le 31 janvier de son emploi à la Grande pharmacie de Paris, en centre-ville d’Amiens, car elle n’était pas en mesure de présenter son pass vaccinal. Ce dernier est obligatoire pour les professionnels de santé, pharmaciens et assistants y compris, mais Marjorie Thome est embauchée depuis octobre 2018 comme conseillère en dermo-cosmétique. En France, c’est une première, toute la jurisprudence reposant jusqu’alors sur des cas relatifs à des personnels soignants. La question qui a été soumise en référé au conseil des Prud’hommes d’Amiens qui rendra sa décision le 17 mars trois jours après la levée du pass vaccinal.

Lien vers l’article : https://pharm-enews.fr/2022/03/07/pass-vaccinal-en-pharmacie-une-employee-conteste-sa-suspension/

 

Quatre propositions pour améliorer l’accès aux soins

À l’initiative de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), plus de 30 organisations de professionnels de santé (dont la FSPF et l’USPO) ont travaillé sur des propositions pour améliorer l’accès aux soins dans les zones sous dotées. L’AMRF livre quatre propositions pour améliorer l’accès aux soins « en milieu rural mais aussi dans les banlieues, dans les petites comme dans les grandes villes ». Alors que la question de la liberté d’installation des médecins et du manque de professionnels de santé dans certains territoires est au cœur de l’actualité, l’ambition portée par la première proposition vise justement à aider les étudiants en santé à faire des stages en dehors de leur lieu de formation initial. Pour cela, les différentes parties impliquées dans ce groupe de travail estiment qu’il faut mettre en place des aides au transport et à l’hébergement pour les étudiants en santé qui viendraient parfaire leur formation dans des territoires éloignés de leur lieu d’étude. L’objectif global étant de permettre aux futurs diplômés de vivre une expérience de qualité et les convaincre de venir s’installer définitivement dans le territoire où ils auront fait leur stage. Autre projet plébiscité par les maires ruraux et les professionnels de santé : le développement des équipes de soins coordonnées autour du patient (ESCAP). Un mode de fonctionnement qui vise « à ramener le patient au cœur du sujet, en permettant à n’importe quel professionnel de santé de déclencher une coordination au cœur d’un épisode de soin », dans le but, notamment, de diminuer les passages aux urgences. Un mode de coordination qui ne doit pas court-circuiter les fonctionnements déjà existants (comme les CPTS), tout en offrant davantage « de proximité ». Pour séduire les professionnels de santé, il faut toutefois offrir à ces derniers un accompagnement financier, qui n’existe pas à ce jour. En plus des candidats à la présidentielle, l’AMRF espère réussir à sensibiliser l’assurance-maladie, qui n’a pas fait part d’un grand enthousiasme pour les ESCAP jusqu’à présent. Le groupe de travail souhaite également défendre deux autres propositions : tout d’abord « la création d’un guichet unique d’accompagnement pour faciliter l’installation des professionnels de santé ». Un guichet qui aiderait les professionnels dans leurs démarches, notamment en ce qui concerne les aides financières et toute la partie administrative. Enfin, l’AMRF et les libéraux souhaitent favoriser de nouvelles pratiques, à commencer par les exercices mixtes entre ville et hôpital, en plus de développer le partage des compétences entre professionnels de santé.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

Carte e-CPS : nouvelle alerte sur les pratiques malveillantes

Les fraudes à la carte e-CPS se sont multipliées depuis l’utilisation des plateformes Vaccin Covid et SI-DEP. Face à la recrudescence de ces pratiques, l’Agence du numérique en santé (ANS) a mis en ligne le 1er mars une série de questions/réponses concernant les notifications reçues par les professionnels de santé à leur insu. « Certains usurpateurs malveillants tentent d’abuser de la vigilance des professionnels en déclenchant des notifications en espérant qu’ils les acceptent par réflexe ou pensant qu’il s’agit d’un collègue », pointe l’ANS. Si une authentification a été acceptée par erreur, il faut se connecter sur le portail de gestion de e-CPS et forcer la déconnexion de la session Pro Santé Connect en cliquant sur l’icône de déconnexion.

Lien vers les questions/réponses : https://esante.gouv.fr/actualites/je-recois-des-notifications-indesirables-sur-la-e-cps-que-faire

 

Droit de prescription : une liste élargie pour les sages-femmes

La liste des médicaments que peuvent prescrire les sages-femmes vient d’être modifiée par un décret publié au Journal officiel du 6 mars 2022. Cette évolution était demandée depuis 2 ans par le conseil national de l’Ordre des sages-femmes (CNOSF). « Si toutes les demandes de modifications proposées par le CNOSF n’ont pas été retenues, cette nouvelle liste présente de grandes avancées notamment en termes de prescriptions des anti-infectieux pour les femmes mais aussi pour leurs partenaires », indique l’institution représentative de la profession. « Cette liste donne aux sages-femmes la possibilité de traiter les cystites hors grossesse, certaines infections sexuellement transmissibles chez les femmes et leurs partenaires, les vaginoses et les primo-infections herpétiques mais aussi (de prescrire) les topiques vaginaux œstrogènes et progestatifs. Elle présente aussi une avancée pour la prise en charge de la douleur notamment dans le contexte des dysménorrhées primaires ou de pose d’implant », précise le CNOSF.

Source : le moniteur des pharmacies.  

 

GMS

 

Monoprix complète son offre

En complément de ses solutions pour le plein de courses et la livraison en 2h proposée avec Amazon, Monoprix lance Monop’hop pour répondre aux besoins de courses ponctuels de ses clients. La livraison se fait dans les 20 minutes qui suivent la commande, depuis 180 magasins de l’Hexagone. Elle est assurée par Deliveroo, partenaire de la plateforme depuis 2020. Disponible sur l’Apple Store et Google Play, cette nouvelle application propose 2 000 références dont 40 % de produits à marques propres Monoprix. « Monop’hop se distingue en permettant aux clients de se connecter via leur compte M’ et de profiter de leurs avantages habituels et notamment bénéficier de 10 % de réduction immédiate et de la livraison gratuite s’ils sont abonnés à Monopflix », précise un porteparole de l’enseigne.

Source : le pharmacien manager.

 

Carrefour mise sur le live shopping

L’enseigne Carrefour et le média digital Brut ont annoncé la création de Brut Shop, une co-entreprise qui vise à devenir le leader du marché français de la vente en live shopping sur les réseaux sociaux. Cette nouvelle plateforme permettra aux clients de réaliser des achats sur internet en participant à des événements vidéo diffusés en “live streaming”.

Source : le pharmacien manager.

 

CHIFFRES

 

A partir du lundi 14 mars, l’application du pass vaccinal sera suspendue dans tous les lieux où il était jusqu’alors obligatoire : théâtres, cinémas, restaurants… En revanche, il reste de vigueur dans les établissements de santé, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et toutes les structures recevant des personnes fragiles. Et l’obligation vaccinale continue, elle, de s’appliquer pour les soignants.

A partir du lundi 14 mars, le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux fermés comme les écoles, les commerces à l’exception des transports collectifs de voyageurs. En pharmacie, et dans l’attente d’un DGS urgent pressenti par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) le dimanche 13 mars en fin de journée, le port du masque pour le personnel soignant comme pour la patientèle reste fortement recommandé à l’officine à la fois par le ministère de la Santé et par le syndicat lui-même. « Face au rebond de l’épidémie, il est plus prudent de continuer à se protéger du virus, tant pour notre patientèle, souvent fragile, que pour les équipes officinales », a déclaré Philippe Besset, président de la FSPF.

Il n’y a finalement pas de liste de médicaments éligibles à la dispensation à l’unité (DAU). Un arrêté du 1er mars 2022 paru au Journal officiel du mercredi 9 mars indique que « les spécialités de la classe pharmacothérapeutique des antibactériens à usage systémique » peuvent être l’objet d’une DAU dès lors qu’il est possible de les présenter sous blister ou dans un sachet-dose avec les mentions nécessaires à leur identification et à leur traçabilité. La classification ATC des antibactériens à usage systémique (J01) regroupe les tétracyclines, les phénicols, les bêta-lactamines et pénicillines, les sulfamidés et la triméthoprime, les macrolides, lincosamides et streptogramines, les aminosides et les quinolones. En pratique, tous les antibiotiques peuvent donc être dispensés à l’unité dès lors qu’il y aurait inadéquation entre la prescription (posologie et durée de traitement) et le conditionnement.

Source : le moniteur des pharmacies.

Les hospitalisations pour Covid-19 continuent de baisser en France, avec 21 208 patients hospitalisés le mardi 8 mars, soit 1 000 de moins que la veille. Les contaminations repartent toutefois à la hausse, alors que la suspension du passe vaccinal est annoncée pour le 14 mars. 93 050 nouveaux cas ont été détectés le mardi 8 mars, soit une hausse de +17 % par rapport au mardi 1er mars, où 79 794 cas avaient été enregistrés. Il s’agit du plus haut nombre de cas quotidien depuis le 22 février.

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2021-2022 s’est achevée le 28 février, celle de l’année prochaine se prépare déjà. Les pharmaciens sont invités à précommander leurs vaccins dès maintenant avant le 18 mars. Source : DGS Urgent.

Après le scandale créé par la publication du livre-enquête « Les Fossoyeurs », le gouvernement a annoncé un vaste plan de contrôle des 7 500 EHPAD en deux ans, et la publication, chaque année, de 10 indicateurs permettant aux familles de comparer les EHPAD.

Sanofi va investir 1,5 milliard d’euros pour développer l’ARN messager en France

+ 87 % : c’est la hausse du taux d’incidence des consultations pour syndrome grippal en médecine générale la semaine dernière par rapport à la précédente. Le nombre de passage aux urgences pour syndrome grippal a augmenté de 28%, et le nombre d’hospitalisations de 36%, selon le réseau de surveillance Oscour.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé jeudi la création de 1.000 lits de réanimation à compter de l’an prochain. Ces 1.000 lits, qui se divisent entre la réouverture de 500 lits et la création de 500 autres, avaient été promis en février, et préconisés par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas).  

62,4% de la population francilienne vit dans des zones sous-dotées en médecins généralistes, selon l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) des médecins libéraux. Ce qui fait de la région  Île-de-France le « premier désert médical de France métropolitaine ». En une décennie, la région a perdu 3.742 médecins libéraux, dont 1.821 généralistes. « La désertification médicale à Paris et en Île-de-France a atteint un niveau alarmant qui engage un risque vital pour les Franciliens ! Source : le quotidien du médecin.

Doctolib va recruter 700 nouveaux collaborateurs cette année, dont 150 pour son bureau nantais, le plus important en région. « La crise a eu un impact très fort en termes de visibilité, c’est vrai, mais elle n’a pas changé grand-chose sur nos revenus ou notre plan de développement », explique Matthieu Birach, DRH de Doctolib. « Notre ligne reste la même: recruter toujours plus année après année pour améliorer le quotidien des professionnels et faciliter l’accès aux soins. » Source : 20 minutes.

Tilak Healthcare vient d’obtenir le remboursement par la Sécurité sociale de son serious game OdySight, rapporte Challenges. Destiné à mieux surveiller l’évolution de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et de la rétinopathie diabétique, il se présente sous la forme de puzzles renouvelés chaque jour. L’application, directement reliée au cabinet de l’ophtalmologiste traitant, est vendue au prix de 265 € par an et remboursée à 100% par l’Assurance-maladie au titre de l’article 51. Source : Challenges.

Pfizer et BioNTech prévoient de soumettre des données cliniques sur la quatrième dose de leur vaccin de la Covid-19 en mars ou début avril. Des données sur la version du vaccin spécifique au variant Omicron seront aussi présentées. Entre-temps, les résultats d’un autre essai clinique portant sur un régime à trois doses pour les enfants de moins de cinq ans devraient également être disponibles en avril. Source : zonebourse.

45 % des Français estiment que le système de santé fonctionne moins bien qu’il y a cinq ans,selon une enquête Harris Interactive pour La Mutualité Française. 34% pensent qu’il ne s’est ni dégradé ni amélioré et 20% qu’il fonctionne mieux.

Les pharmacies françaises notent une hausse de la demande de capsules d’iode, un médicament préventif qui protège la thyroïde en cas d’accident ou d’attaque nucléaire. Interrogée par Europe 1, une pharmacienne rappelle toutefois que seules les personnes qui vivent à moins de vingt kilomètres d’une centrale nucléaire sont autorisées à s’en procurer.

Les heureux parents qui ont quitté la maternité d’Arras, avec leur bébé, lundi 7 mars, sont les premiers à s’être vus remettre « le sac des 1 000 premiers jours », qui s’inscrit dans le cadre de la politique « des 1 000 premiers jours » menée par le ministère de la Santé. « Cette bébé box à la française » comporte une turbulette, un savon naturel, un bavoir, un album jeune et une crème hydratante pour rappeler à la jeune maman qu’elle doit aussi prendre soin d’elle.

L’arrêté du 31 décembre 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 autorise les pharmaciens des officines volontaires à reconstituer le vaccin Comirnaty pédiatrique de la société Pfizer-BioNtech et à le distribuer sous forme de seringues individuelles pré-remplies aux professionnels de santé habilités à prescrire et à administrer  les vaccins contre la Covid-19 aux enfants de 5 à 11 ans. Il s’agit d’un dispositif exceptionnel, strictement réservé à la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19, non obligatoire, et limité dans le temps. Source : DGS Urgent.

Le site de vente en ligne Pharmazon a reçu le prix du meilleur Espoir e-commerce lors de la 15e édition de la Nuit des Favor’i, organisée par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) en partenariat avec BFM Business. Pour rappel, cette structure de regroupement d’achat (SRA) a lancé un site où les pharmacies adhérentes à la SRA peuvent vendre en ligne les 15 000 références de son catalogue. Pharmazon s’occupe de la préparation des commandes et de la livraison aux officines. L’intégralité des transactions est reversée à la pharmacie choisie par le client lors de son achat.

10 Millions : c’est le nombre de masques vendus dans le réseau pharmacie Lafayette sur le mois de janvier 2022. Source : pharmacien manager.

7 000 officines commandent des produits MKL Green Nature, dont 3 000 régulièrement. Créé en 2002, le laboratoire français élabore des produits d’hygiène et de beauté à base d’actifs naturels et bios. Installé à Escalquens, dans la banlieue toulousaine, MKL Green Nature est un laboratoire familial.

+ 25 % : c’est l’augmentation en valeur de la livraison à domicile en décembre 2021 vs décembre 2020. Source : Référenseigne Flash Kantar

Le Ministère de la santé entend s’appuyer davantage sur les acteurs de la vaccination en ville pour relancer la campagne de vaccination contre le Covid-19, qui connaît « un sérieux coup de mou » à l’approche de la fin de l’obligation du pass vaccinal. Alors que les contaminations donnent ces derniers jours des signes de reprise, une piqûre de rappel a également été faite aux pharmaciens qui pourront commander directement le vaccin de Novavax à partir du lundi 14 mars.

Les ventes d’aromathérapie en officine devraient, en l’absence de crise sanitaire, afficher une croissance entre + 7 % et + 10 % entre 2021 et 2025, selon une analyse réalisée par Les Echos Etudes avec GersData.

8,9 M€ : c’est le C.A de La Rosée Cosmétiques, en progression de + 162 %. La marque se situe désormais à la deuxième position, derrière La Roche-Posay (C.A : 11,9 M€) et juste devant Caudalie (C.A : 8 M€), au classement des marques contribuant à la croissance du marché des dermocosmétiques bio et naturelles en pharmacie. Source : Gers data en CAM à fin janvier 2022.

24 % de Français déclarent avoir déjà entendu parler du “quick-commerce”. Source : YouGov.

Les premiers bilans sur douze mois présentés par le réseau d’experts-comptables CGP confirment pour 2021 une envolée des activités liées au Covid, vaccins et tests antigéniques (TAG), qui contribuent pour près de 31 000 euros au chiffre d’affaires moyen de l’officine et pour 28 000 euros à l’évolution de son excédent brut d’exploitation (EBE). Source : le quotidien du pharmacien. 

540 officines du groupement Giropharm disposent désormais de leur propre gamme en dermocosmétique. Ces 10 produits d’hygiène, de beauté visage et de beauté du corps estampillés « Fabriqués en France » et « Eco-friendly » ont été développés avec les pharmaciens du réseau.

 

GROUPEMENTS

 

Accompagnement des groupements sur les questions de management et d’organisation sur le Covid-19

 « Rien que sur le mois de janvier, nos adhérents ont réalisé deux millions de tests antigéniques…, dévoile Pascal Fontaine, le directeur commercial de Pharmacie Lafayette. Pour les aider à bien gérer la situation, nous les avons accompagnés dans la mise en place de bonnes pratiques, comme des files d’attente distinctes pour éviter les croisements de flux entre les patients venant pour une ordonnance et ceux qui venaient chercher le résultat de leurs tests antigéniques ». Chez Univers Pharmacie, les huit coachs terrain ont mis la main à la pâte lors de la visite mensuelle qu’ils effectuent chez tous les adhérents. « Ils ont déballé les cartons qui s’entassaient dans la réserve, rangé les produits en rayon, déployé la PLV sur les points de vente, géré les têtes de gondole… », souligne Daniel Buchinger le président du groupement. Les réseaux ont aussi beaucoup investi dans la formation et l’information de leurs adhérents. « Nous avons mis en place des modules de formation sur les tests antigéniques et la vaccination pour apprendre aux équipes, lors de classe virtuelle, à réaliser les gestes, note Sophie Rey, la directrice d’Alphega Pharmacie. Nous les aidons également à décrypter les évolutions réglementaires qui arrivent souvent la veille pour le lendemain en leur adressant une newsletter dès qu’un DGS Urgent important est publié ». Giropharm a de son côté carrément mis en place une hotline accessible par mail ou par téléphone. De son côté, Pharmodel Group est allé jusqu’à mettre en place un dispositif de coaching solidaire pour aider, en plus de son programme existant Mon Coach byD. « Les remontées de nos affiliés faisant état pour certains d’une situation préoccupante, avec des équipes en état de stress qui n’arrivaient plus à gérer l’agressivité des clients, des problématiques d’absentéisme ou de burn-out, confie Evelyne Bessières, la directrice des opérations retail et enseigne. Nous avons donc décidé de mettre en place un programme de coaching solidaire pour libérer la parole des titulaires, mais aussi les aider à régler les sujets d’urgence, à revoir leur organisation ou leur apprendre la posture à adopter auprès des clients difficiles… ». Au total, une quarantaine d’adhérents ont ainsi pu être coachés. Enfin, les groupements ont développé une batterie d’outils digitaux pour faire gagner du temps aux équipes officinales. Ainsi, chez Pharmacie Lafayette, une solution de planification des équipes est disponible sur l’intranet. De son côté, Giropharm a déployé un outil qui permet d’optimiser la gestion des factures des laboratoires partenaires et de les transmettre en un clic à l’expert-comptable. Dans la même veine, les titulaires peuvent sous-traiter au service client du groupement les litiges avec les laboratoires.

Source : le pharmacien manager.

 

Mutualpharm : un premier pas vers l’enseigne

Le groupement régional de pharmacies Mutualpharm basé en Auvergne-Rhône-Alpes change de couleurs. Il vient de se doter d’une nouvelle charte graphique incarnée par un “M” majuscule géant installé dans un carré composé de deux bleus et posé sur un angle. Ce logo et ses déclinaisons sont désormais à disposition des 66 adhérents pour communiquer en vitrine comme à l’intérieur du point de vente sur leur groupement, dont les trois valeurs sont la proximité, la transparence et l’indépendance. « Pour l’instant il ne s’agit pas d’une enseigne, mais d’une vitrophanie que chaque titulaire peut personnaliser. Le pharmacien construit lui-même son projet avec notre enseigniste, travaille sur ses propres valeurs », insiste William Sonnery, directeur général de Mutualpharm. Le réseau s’est aussi équipé d’une société de regroupement à l’achat (SRA, avec 11 laboratoires) en plus de la centaine d’accords de référencement jusque-là négociés pour les adhérents, ainsi que d’un générateur d’affiches.

Source : le pharmacien manager.

 

Box naissance Pharmactiv : et de deux !

En cohérence avec l’actu du mois de mars du réseau “Les indispensables de bébé”, les adhérents à l’enseigne Pharmactiv et les Optimum bénéficient d’une dotation respective de 15 et 10 Box Naissance à offrir aux futures et jeunes mamans, cibles stratégiques pour les officines. L’objectif étant de fidéliser cette clientèle en leur faisant découvrir les produits Pharmactiv, ainsi que ceux des laboratoires partenaires. Cette année, la Box Naissance Pharmactiv dispose d’un dépliant “1ers soins de bébé”, un kit d’essai 2 couches “Les petits culottés”, la crème SOS fesses rouges Gifrer, les lingettes Pharmactiv, un gel lavant des Laboratoires de Biarritz… Ajoutons que la future convention pharmaceutique prévoit également la mise en application dès 2022 d’un entretien de 5 minutes avec la femme enceinte.

Source : le pharmacien manager.

 

Giphar finance les écrans de ses adhérents

Le groupement de pharmacies Giphar propose désormais à ses quelque 1700 adhérents un écran digital de vitrine, et surtout, le réseau historique, né en 1968, finance l’achat et l’installation de cette solution de communication. Les officines qui optent pour ce service auront uniquement à payer l’abonnement au logiciel, soit 23 €/mois. Il s’agit d’écrans Samsung 55 pouces déployés par la société Manganelli, spécialiste de l’affichage dynamique. Y sont diffusés des annonces sur les opérations commerciales de Giphar, sur la santé publique, et éventuellement des messages personnalisés pour l’officine. Avec cet outil, Giphar propose aussi une nouvelle visibilité à ses laboratoires partenaires. Un argument de plus pour de meilleures conditions commerciales !

Source : le pharmacien manager.

 

Pharm O’Naturel lance ses produits en Europe

Le réseau d’officines Pharm O’ naturel développe ses premiers produits à sa marque avec le sous-traitant Phytogers. Il s’agit de près de 80 références parmi lesquelles des huiles essentielles, des hydrolats, des parfums d’ambiance et des désinfectants… Cette offre complètera celle des produits issus d’autres collaborations : des gélules monoplantes et des tisanes co-créées respectivement avec Activa et Happy Plantes. Outre aux adhérents français, l’ensemble de cet assortiment unique a vocation à être également proposé en Belgique, à des pharmaciens souhaitant développer soit le concept complet de Pharm O’ naturel, soit un corner. « Un premier Pharm O’ naturel pourrait prochainement voir le jour à Bruxelles », espère Denis Fragne, associé directeur général délégué en charge du développement de la chaîne.

Source : le pharmacien manager.

 

Elsie Santé : une nouvelle plateforme de marque

Lors de sa dernière convention, qui s’est tenue en février 2022, le groupement Elsie Santé a décidé de « voir encore plus grand ! ». A commencer par sa nouvelle plateforme de marque qui s’appuie sur une nouvelle signature « Avec Elsie Santé, vous êtes libre de bien choisir ». « Libre de choisir parmi un large éventail de produits, des plus naturels aux plus sophistiqués, à un prix accessible et libre de choisir la relation en restant au contact ou en full digitalisé », détaille Emmanuel Lataste, le président du groupement qui totalisait fin 2021, 145 officines pour un chiffre d’affaires total de 1,2 milliard. A noter également l’annonce d’un nouveau concept commercial intégrant “un hub de santé” et une plateforme de santé digitalisée « pour mieux accompagner le suivi de nos patients et permettre à nos pharmaciens d’endosser dans de meilleures conditions leurs nouvelles missions ».

Source : le pharmacien manager.

 

Laf santé : un bilan positif

La holding du groupe Laf Santé se porte bien. Cette structure Hygie31 qui regroupe Laf Santé et ses 4 réseaux d’enseignes (Pharmacie Lafayette, Parapharmacie Lafayette, Optique Lafayette et Médical Lafayette), mais également dhygietal, filiale créée en 2021, qui regroupe les sites e-commerce Cocooncenter.com et Parapharmacielafayette.com, annonce un chiffre d’affaires 2021 de 1 milliard d’euros en hausse de 27 % versus 2020. « Ces bons résultats confirment que notre modèle répond aux attentes de nos clients patients, à savoir une marque forte et un savoir-faire avéré, explique Hervé Jouves, président d’Hygie31. Sans oublier l’offre de services la plus complète du marché ». En effet, Hygie31 s’appuie sur des enseignes fortes : Pharmacie Lafayette (250 adhérents, + 34 en 2021, C.A : + 16 %), Optique Lafayette (50 magasins, C.A : + 22 %), Médical Lafayette (17 magasins, 8 nouveaux magasins en 2021, CA : + 116 %) et Cocooncenter.com : CA : + 20 %). « Notre modèle – à savoir un positionnement phygital et serviciel pour l’ensemble de nos enseignes – a fait ses preuves », poursuit Hervé Jouves. « Notre objectif est d’accompagner et soutenir le développement de nos filiales et de peser davantage sur le marché de la santé et du bien-être en France et à l’étranger via de la croissance interne et des opérations de croissance externe ». 300 Pharmacies Lafayette sont déjà annoncées pour cette année.

Source : le pharmacien manager.

 

DÉPART

 

Dominique Pon quittera la délégation ministérielle au numérique en santé fin avril

Le responsable ministériel du numérique en santé, Dominique Pon, quittera la délégation ministérielle au numérique en santé (DNS) fin avril, a appris TICsanté auprès de l’intéressé. Plusieurs sources proches du dossier ont fait savoir à TICsanté que Dominique Pon avait déjà annoncé son départ à une partie des équipes de la DNS. Interrogé par TICsanté, le responsable a déclaré que « [sa] mission au ministère s’achève fin avril », et que « pour la suite, rien n’est encore décidé ». A ce poste depuis la création de la DNS en avril 2019, Dominique Pon, 51 ans, a piloté le chantier numérique de la stratégie « Ma santé 2022 », mis en œuvre par la ministre des solidarités et de la santé de l’époque, Agnès Buzyn.

Source : tic pharma.

 

PRÉSIDENTIELLES

 

Présidentielle 2022 : la liste officielle des candidats

Le président du Conseil constitutionnel a annoncé, le 7 mars 2022, la liste officielle des candidats à l’élection présidentielle. Douze candidats ont obtenu au moins 500 parrainages. Le Conseil a reçu 13 672 parrainages et en a validé 13 427. ll n’en restera plus que deux après le premier tour de cette élection présidentielle 2022 fixé au 10 avril. Le vainqueur sera désigné à l’issue du second tour, le 24 avril.

Lien vers la biographie des candidats :

https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/presidentielle-2022-voici-la-liste-des-12-candidats-a-l-elysee_4977312.html

 

Entretien avec Marine Le Pen : « Il faut lever le carcan administratif des ARS »

Candidate pour la troisième fois à l’élection présidentielle, qualifiée pour le second tour en 2017, Marine Le Pen (Rassemblement national) plaide pour le maintien du monopole pharmaceutique, l’élargissement des compétences du pharmacien et la revalorisation des actes réalisés par les officinaux installés en zones sous-dotées. Parmi ses priorités dans le domaine sanitaire, la suppression des ARS et la souveraineté nationale en matière de santé.

Lien vers l’article: https://www.lequotidiendupharmacien.fr/exercice-pro/il-faut-lever-le-carcan-administratif-des-ars

 

A partir de quel montant en patrimoine immobilier peut-on être considéré comme fortuné ?

“Un appartement à 1,3 million d’euros, ce n’est pas ce qu’on appelle les riches”, affirmait Eric Zemmour sur France Info, en novembre dernier. Le candidat de Reconquête possède, lui, en partie ou en totalité, cinq appartements dont quatre à Paris. Le plus grand, de 165 m², a été acheté en 1996 et est estimé aujourd’hui à 1,8 million d’euros. Sa déclaration d’intérêts nous apprend par ailleurs que l’essentiel de ses revenus provient de ses fonctions d’éditeur (avec sa société Rubempré, qui prend aussi ses cachets de la télé) et de journaliste (au Figaro, jusqu’au 31 août 2021) : Eric Zemmour a gagné autour de 60 000 euros par mois sur l’année 2020. Le Canard rappelait il y a quelques semaines que le candidat disait gagner 5 000 euros par mois à la justice.

Source : politico.