Actualités

Actualités du 8 au 12 juillet 2024

GOUVERNEMENT

 

Gabriel Attal prolongé jusqu’au 17 juillet 2024

Le président a demandé à Gabriel Attal de rester en poste “pour le moment”, afin d’“assurer la stabilité du pays”, selon l’Elysée. Emmanuel Macron a donc refusé la démission du Premier ministre. Cela a une conséquence concrète : le gouvernement conserve toutes ses prérogatives et ne passe pas dans un fonctionnement dit d’“affaires courantes”, auquel cas il aurait été privé de la possibilité de prendre des mesures à impact budgétaire ou, par exemple, de décider de déclencher un état d’urgence. Notez-le dans votre agenda, Emmanuel Macron devrait en toute logique accepter la démission de Gabriel Attal au plus tard le 17 juillet, soit mercredi prochain. C’est ce qu’a laissé entendre hier Emmanuel Moulin, le directeur de cabinet du Premier ministre, aux dircabs des autres ministères. Le 17 juillet est la veille du 18, que vous avez déjà entouré dans votre agenda, puisqu’aura lieu, ce jour-là, l’élection de la présidence de l’Assemblée nationale. Pour que les ministres élus ou réélus députés puissent participer à ce scrutin décisif, il faut que le gouvernement soit “démissionnaire” et passe “en affaires courantes”, ce qui n’est pas encore le cas, puisque le chef de l’Etat n’a pas encore accepté la démission de Gabriel Attal. Or, si elle veut peser, il est difficile d’imaginer que la majorité sortante, qui n’est plus composée que de 168 membres, se prive des voix des 17 ministres élus pour cette élection, ainsi que pour celles qui auront lieu les 19 et 20 juillet pour les postes de vice-présidents, questeurs et présidents de commissions.

Source : Politico.

 

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

La publication au JO des textes attendus !

Sur le fil, l’avenant conventionnel est paru au « Journal officiel » du dimanche 7 juillet, avec les derniers textes d’application (arrêté de marges sur les biosimilaires et les hybrides et textes « territoires fragiles ») dans la foulée. En pratique, pour le pharmacien, ce texte introduit ou encadre de nouvelles missions (prescription d’antibiotiques, entretiens opioïdes, etc.) et revoit à la hausse plusieurs rémunérations à partir de 2025. En attendant, pour ne pas que 2024 soit une année blanche, des ROSP exceptionnelles (versées courant mars-avril 2025) sont mises en place :

  • 50 € pour la réalisation d’au moins un TROD angine au sein de l’officine en 2024 ;
  • 100 € pour avoir aménagé les locaux ou pour disposer de locaux adaptés au public en 2024 en vue de dépister une infection urinaire ;
  • 400 € pour lancer les entretiens des patients atteints de pathologies chroniques (anti-asthmatique, anticancéreux, AVK, AOD ou bilan de médication) et réaliser en 2024 au moins un entretien ;
  • 50 € pour la réalisation en 2024 d’au moins un accompagnement des femmes enceintes ;
  • 250 € si le nombre de kits de dépistage du cancer colorectal remis en officine en 2024 a augmenté d’au moins 10 % par rapport à 2023 ;
  • 50 euros en plus de la rémunération actuelle (240 euros) si 5 % des délivrances donnent lieu à des échanges de mails avec usage d’une messagerie sécurisée de santé (MSS) et si le pharmacien déclare utiliser une boîte aux lettres organisationnelle ;
  • 200 euros par an pour une démarche écoresponsable ;
  • 100 € pour la substitution d’un hybride et d’un biosimilaire en 2024.

A noter, la rémunération de la réalisation des TROD angine et cystite et la délivrance des antibiotiques, sur ordonnance conditionnelle ou après les prescriptions pharmaceutiques (10 ou 15 euros) est déjà effective pour les pharmaciens formés. La substitution des biosimilaires et des hybrides est d’autant plus attractive pour l’officine depuis la publication de l’arrêté de marge puisqu’à compter du 1er août, une marge s’appliquera aux médicaments hybrides et biosimilaires substituables par le pharmacien, selon un savant calcul. « C’était indispensable. L’absence d’arrêté de marge était un frein à la substitution. Ce n’est actuellement pas très important en termes de rémunération mais ça va le devenir avec l’arrivée de nombreux biosimilaires et hybrides », explique Philippe Besset, qui ajoute : « C’est un premier pas. Le directeur de la Sécurité sociale est mobilisé pour faire appliquer un cadre aux remises dans le prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). » Quant à la lutte contre les fraudes, le déploiement de l’outil ASAFO est en retard. « C’est une priorité de l’assurance-maladie », note Philippe Besset, pas pressé. Le pharmacien recevra 100 euros par an s’il se connecte à cet outil au moins une fois par semaine pendant 46 semaines au cours de l’année civile.

Sources : le quotidien du pharmacien.

 

lire la suite

Actualités du 1er au 5 juillet 2024

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Rousseau, Valletoux, Véran… Quels résultats pour les ex-ministres de la Santé aux législatives ?

Suite à l’annonce des résultats du premier tour des élections législatives dimanche 30 juin, Frédéric Valletoux est qualifié pour le second tour de ce scrutin le 7 juillet, tout comme Olivier Véran, Aurélien Rousseau et Agnès Firmin-Le Bodo. Jérôme Cahuzac, le médecin et candidat dans le Lot-et-Garonne, est lui éliminé.

Lien vers l’article : https://www.egora.fr/actus-pro/politiques/valletoux-veran-quels-resultats-pour-les-ex-ministres-de-la-sante-aux

 

Élections législatives : les pharmaciens députés dans la mêlée

Candidats à leur succession, tous les pharmaciens qui se sont soumis au verdict des urnes hier sont sortis en pole position. Il ne leur reste qu’à miser sur les alliances et, par conséquent sur des reports de voix, pour conserver leur siège dans l’hémicycle. C’est ainsi que Bertrand Bouyx, ancien adjoint d’officine à Bayeux, est arrivé second dans la 5e circonscription du Calvados, devançant de 84 voix son challenger du Nouveau Front populaire. Le retrait de celui-ci au deuxième tour devrait bénéficier au candidat du groupe Horizons. Elle aussi adhérente du parti d’Édouard Philippe, Agnès Firmin-Le Bodo se représentait dans son fief de la circonscription du Havre (Seine-Maritime) où elle est installée. L’ancienne ministre de la Santé du gouvernement d’Élisabeth Borne a recueilli plus de 34 % des voix, talonnée par les candidates quasi-ex aequo du Rassemblement National et du Nouveau Front populaire (NFP). Josiane Corneloup, titulaire à Saint-Bonnet-de-Joux (Saône-et-Loire) jusqu’en 2017, a également capitalisé sur ses activités tant sur le terrain qu’à l’Assemblée nationale, notamment au travers d’une proposition de loi en faveur d’un moratoire sur l’homéopathie, ou pour le déploiement de la télémédecine. Le 7 juillet, Josiane Corneloup affrontera le candidat RN qui l’a devancé de 4 points au scrutin du 30 juin.

Source : le quotidien du pharmacien.

 

lire la suite

Actualités du 24 au 28 juin 2024

ACTUALITES LEGISLATIVES

 

Débat des législatives 2024 sur TF1 : Gabriel Attal, Jordan Bardella et Manuel Bompard

Ce qu’il faut retenir sur la Santé :

Gabriel Attal a défendu l’augmentation du nombre de médecins formés, passés de « 3 500 en 1998 à 8 000 en 2018 et 12 000 aujourd’hui » ; mais, en attendant qu’ils soient tous formés, le premier ministre a prôné de « déléguer certaines tâches à d’autres professionnels de santé pour libérer du temps médical », rappelant avoir autorisé que les pharmaciens « puissent prescrire des antibiotiques, par exemple en cas d’angine ou de cystite ». Outre un « plan d’urgence pour l’hôpital », Manuel Bompard a mis en avant la nécessité que « tous les services publics essentiels soient à moins de trente minutes de son lieu de vie », ce qui nécessite de « réguler l’installation des médecins ». L’« insoumis » rappelle aussi qu’une proposition de loi avait été rejetée à l’Assemblée nationale lors de la dernière législature par une partie du camp présidentiel et du RN qui visait à réguler l’installation des médecins. Pour Jordan Bardella, les médecins et soignants doivent « pouvoir continuer à travailler, y compris s’ils sont à la retraite, dans le cadre d’un plan de cumul emploi retraite », avec une exonération d’impôt sur le revenu quand ils sont à la retraite. « Il faut débureaucratiser la santé et redonner le pouvoir aux soignants », a également défendu le président du RN.

Source : Le Monde.

Pour comparer les différents partis :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2024/06/22/legislatives-2024-comparez-les-programmes-des-principaux-partis_6242262_4355770.html

Législatives 2024 : le RN veut « débureaucratiser la santé »

Le parti d’extrême droite promet de supprimer les Agences régionales de santé et de confier le pilotage de la politique de santé aux préfets pour « redonner son sens à une santé de proximité » s’il remporte les élections anticipées. Une proposition déjà critiquée. Il prévoit également la généralisation de la dispensation à l’unité pour 2026 et la suppression de l’aide médicale d’État.

Source : les échos.

 

lire la suite

Actualités du 17 au 21 juin 2024

ELECTIONS LÉGISLATIVES

 

Le programme d’« Ensemble pour la république »

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a promis une complémentaire santé publique à 1 € par jour pour les 3 millions de Français qui n’ont pas de couverture. La mesure vise les retraités, mais aussi les indépendants ou encore les étudiants. Elle reviendrait toutefois à revoir le dispositif déjà existant de complémentaire santé solidaire (CSS), refondu en 2019 et réservé aux personnes dont les ressources sont modestes, note Libération. La majorité présidentielle veut également poursuivre la délégation de tâches en permettant aux pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, opticiens et orthophonistes de réaliser des actes médicaux du quotidien pour libérer du temps médical. Pour mieux lutter contre les déserts médicaux, Bruno Le Maire a de son côté proposé de conditionner le financement des études de médecine aux choix de spécialités et de subdivision des internes. “La première spécialité qui sort aujourd’hui, c’est la chirurgie réparatrice et donc la chirurgie esthétique”, s’est indigné le locataire de Bercy. “Si vous décidez de faire de la chirurgie esthétique à Nice, très bien, mais dans ce cas, vous devez payer vos études !”, a-t-il indiqué.

Source : les échos, BTA.

 

lire la suite

Assemblée Générale DPGS

DPGS a organisé hier son Assemblée Générale annuelle et elle marquera les esprits par la qualité des intervenants : Ronald Pecqueur, Olivier Roy sur le générique, les biosimilaires et l’OTC pour développer la pharmacie de conseil et de proximité, David Syr en vidéo dans un silence religieux et avec une positivité motivante, Olivier Verdure, Fabien Gobréau sur les pièges des réseaux à éviter, Olivier Dehurtevent sur le développement de la centrale partagée UNIPHARM GRAND OUEST par We Buy, Ludovic Vallet sur la signature du décret hier autorisant les trod cystites, et Fabien Corneillie, Frédéric Delmart sur la parfaite santé de notre groupement régional, membre d’APSAGIR.

Merci aux nombreux adhérents ayant bravé le mauvais temps pour leur présence enjouée et attentive, à Myriam Garcia, Christel Baillet, Martine Soufflet, Jonathan OSMAN, NŌTO, lydie BONINO, Denis Bricquet, Jean-Francois Warlop de l’Agetip, aux équipes présentes et bien entendu la team DPGS : Marie-Catherine Hornain, Marylène Flinois, Dorothee Nardin, Aurélie Putman notre nouvelle directrice générale,  notre conseil d’administration très impliqué avec un nouvel administrateur Vinvent Kozak 🙏🙏🙏🍾🍾🍾💪💪💪🐟.

Et si vous veniez rejoindre notre famille pharmaceutique dans un esprit d’indépendance, de liberté et de partage ????

Nous sommes à votre écoute ! 😘

Vidéo : Point sur le marché officinal – Intervention de David Syr de Gers Data

Assemblée Générale DPGS 18 juin

Bonjour à toutes et à tous,

 

Le 18 Juin prochain aura lieu Notre Assemblée Générale 2024 et vous aurez l’opportunité, en plus de l’approbation des comptes, d’échanger, de vous informer ou de découvrir avec certains de nos partenaires :

  • EG LABO : Point sur l’actualité pharmaceutique et biosimilaires. Par Mr Ronald Pecqueur, directeur des ventes et Mr Olivier Roy, responsable Grands Comptes.
  • AAZ : Présentation des TESTS et TROD en pharmacie. Par Mr Ludovic Vallet, directeur Grands Comptes.
  • NOTO : Pourquoi le CBD en pharmacie ? Par Mr Quentin Chauvé, Président et Cofondateur de Noto
  • PHARMONWEB : Comment éviter les pièges des réseaux sociaux ? Par Mr Olivier Verdure, Directeur.
  • WE BUY : Comment mieux utiliser notre plateforme d’achats ? Par Mr Olivier Dehurtevent, Directeur Général d’Unipharm Grand Ouest. Présentation de notre GAMME MDD PHARMASOINS, disponible sur WE BUY
  • POINT SUR LE MARCHE OFFICINAL Par Mr David Syr, Directeur Général GERS

Avec la présence de SIGVARIS, ORLIMAN, TANDEM MEDIA, OZALYS, CABINET BRIQUET-BONINO, AGETIP notamment…

 

Votre présence est essentielle et le WhatsApp COMMUNAUTE DPGS est devenu un lien fondamental à notre coopérative. UN GRAND MERCI.

Ainsi, ne vous laissez pas influencer par la négativité ambiante mais venez partager un moment de convivialité à partager sans modération.

 

C’est l’Appel du 18 Juin ! DPGS, la pharmacie positive

 Jean-Claude POTHIER, Président.

Actualités du 10 au 14 juin 2024

Bonsoir,

Pour votre information. Vous trouverez également ci-joint un document réalisé par le cabinet BTA sur les amendements portés par le Rassemblement national lors du PLFSS 2024.

Bien cordialement,

Olivia Barrier 

 


ACTUALITÉS POLITIQUES

 

Élections européennes du 9 juin 2024

Les Français étaient appelés aux urnes, ce dimanche 9 juin 2024, pour élire leurs 81 députés au Parlement européen. Premier scrutin intermédiaire depuis la réélection d’Emmanuel Macron en 2022, ces élections européennes de 2024 viennent de livrer leur verdict. Le Rassemblement national sort vainqueur du scrutin avec près de 32% des voix, loin devant le camp de la majorité présidentielle qui sauve sa seconde place malgré une percée de la liste PS-Place publique. Les Insoumis devancent, eux, Les Républicains. “Bardella triomphe, Macron dissout la Chambre”, titre de son côté le quotidien italien Il Sore 24 Ore, après la dissolution de l’Assemblée nationale annoncée par le président français lors d’une allocution télévisée, après les premières estimations de résultats. Le chef de l’Etat “répond ainsi à une demande du Rassemblement national, qui a clairement remporté le vote”, après que Jordan Bardella a demandé à Emmanuel Macron de convoquer de nouvelles élections législatives compte tenu de la percée historique de son parti lors du scrutin européen. Par ailleurs, le taux de participation serait en hausse à la fois dans l’ensemble de l’Union et en France selon les dernières estimations. D’après le Parlement européen, ce chiffre s’élèverait à 51 % dans l’UE, soit une très légère hausse par rapport à 2019, scrutin lors duquel la mobilisation avait atteint 50,66 %. En France, le ministère de l’Intérieur estime le taux de participation à 51,49 %, à savoir près d’1,5 point de plus qu’en 2019. “Les résultats, même incomplets, sont sans ambiguïté. Les conservateurs du PPE progressent et confirment leur place de première formation politique au Parlement strasbourgeois”, résume Le Monde. Ainsi, le Parti populaire européen de la présidente sortante de la Commission européenne, Ursula von der Leyen “reste[rait] le premier groupe au Parlement européen” avec 184 sièges contre 176 à la veille des élections [Euronews].

Source : touteleurope.eu.

La synthèse des résultats dans les pays européens : https://results.elections.europa.eu/

 

lire la suite

Fichiers à télécharger (adhérents uniquement)

  • Dissolution - Position RN dans le PLFSS2024 (216 Ko)

>> Toutes les actualités