Actualités

Actualités du 21 au 25 novembre 2022

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Les annonces de François Braun lors de la journée du Cnop

François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, a annoncé, à l’occasion d’une intervention lors de la journée du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, être « engagé pour donner aux pharmaciens de nouvelles missions », dans une logique de « droits et de devoirs ». Ce qu’il faut notamment retenir de l’intervention du ministre :

>> Des mesures prévues dans le PLFSS pour 2023

  • La possibilité pour les pharmaciens de fournir à toutes les femmes une contraception d’urgence sans prescription médicale préalable.
  • La création de rendez-vous médicaux de prévention aux âges clés de la vie.
  • La gratuité du dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST) pour les moins de 26 ans.
  • L’élargissement des compétences vaccinales en officine, dans les pharmacies à usage intérieur (PUI) et laboratoires de biologie médicale.

>> Des mesures complémentaires annoncées

  • La nouvelle convention pharmaceutique, entrée en vigueur en mai 2022, prévoit un investissement de 130 millions d’euros pour rémunérer l’ensemble des nouvelles missions. Elle concerne, entre autres, la généralisation de la remise du kit de dépistage organisé du cancer colorectal.
  • La pérennisation des mesures d’exception prises cet été renforçant l’implication du pharmacien dans les CPTS, afin de mieux prendre en charge les soins non programmés.

>> Un prochain décret automatisant l’ouverture du dossier pharmaceutique

Le projet de décret permettant l’ouverture automatique du dossier pharmaceutique (DP) et son accès renforcé par les pharmaciens hospitaliers et biologistes est encore en relecture auprès du ministère de la Santé et de la Prévention.

François Braun a annoncé que le décret, qui applique une disposition de la loi d’accélération et de simplification de l’action publique (Asap) est « prêt et sera prochainement présenté en Conseil d’État ».

Le DP a par ailleurs « vocation à intégrer le catalogue des services de Mon Espace Santé ».

>> Les « devoirs » des pharmaciens

Le ministre a appelé les pharmaciens à respecter le dispositif de sérialisation prévu par la directive européenne sur les médicaments falsifiés, notamment pour assurer la crédibilité de la France vis-à-vis de ses partenaires européens dans les discussions sur la directive sur la santé humaine. « Les services du ministère sont entièrement attentifs au maintien d’une chaîne pharmaceutique sécurisée », a-t-il assuré.

Source : BTA.

 

lire la suite

Référencement APSARA 2023

Les 7 groupements du GROUPE APSARA se réunissent à Paris ces 23, 24 et 25 novembre pour rencontrer nos partenaires afin d’apporter de nouveaux services et des opérations dynamiques pour nos pharmaciens et nos patients. DPGS, UNIPHARM LOIRE OCEAN, UNIPHARM GRAND OUEST, UNIPHARM Normandie-IDF, UNIPHARM 33, PHARMASUD, Pharm&Free.

 Merci à toutes et tous .

 

Table ronde des partenaires FCC

Toujours un plaisir d’être invité par le cabinet comptable FCC Experts-Comptables & Avocats à la table ronde partenaires annuelle
Merci à Olivier DesplatsBastien LegrandLouis Maertens (FCC), PHILIPPE MAILLETPhilippe LEBLANC notamment pour cette matinée informative et valorisante.

Actualités du 14 au 18 novembre 2022

PLFSS

 

Budget de la Sécurité sociale 2023 : pas de compromis entre députés et sénateurs

La commission mixte paritaire réunie ce 15 novembre sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023 n’a pas été conclusive. Le texte va retourner à l’Assemblée nationale en nouvelle lecture, avec la perspective de nouveaux 49.3. A partir de lundi 21 novembre à 16h: les discussions reprennent, en nouvelle lecture, du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2023.

Lien vers l’article : https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/budget-de-la-securite-sociale-2023-pas-de-compromis-entre-deputes-et-senateurs

 

 ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Formation : le numérique au programme dès la rentrée 2024

Données en santé, cybersécurité, communication, outils numérique et télésanté sont donc les cinq domaines définis pour la « formation socle au numérique en santé ». Ces cinq thèmes vont ainsi être introduits dans les études des futurs professionnels de santé, selon un arrêté du 10 novembre paru au Journal officiel. Ces nouvelles formations relèvent de trois objectifs d’après le texte : « appréhender les enjeux liés à la santé numérique, d’acquérir les connaissances et compétences nécessaires pour travailler dans un contexte de digitalisation de l’exercice professionnel et d’accompagner la transformation du système de soins par le numérique ; favoriser l’interprofessionnalité et l’interdisciplinarité ; intégrer le numérique en santé dans l’exercice des professionnels de santé ». Le texte s’inscrit dans la stratégie d’accélération en santé numérique présentée en octobre 2021. Certaines universités pourraient en effet commencer avant la rentrée 2024 à dispenser des formations. Et notamment les établissements lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) Compétences et métiers d’avenir. « Cet appel à manifestation d’intérêt dispose d’une enveloppe de 74 millions d’euros et est transversal à toutes les stratégies d’accélération et dispose d’un volet santé numérique. Pour les professionnels de santé, il y a environ 51 millions d’euros pour les universités et établissements d’enseignement paramédical », confie Matthieu Faure, directeur de projet et expert médico-social à la délégation ministérielle au numérique en Santé (DNS). Par ailleurs, la DNS travaille sur l’évaluation des compétences avec la plateforme PIX (service en ligne pour évaluer, développer et certifier les compétences numériques) pour concevoir une plateforme dédiée aux professionnels de santé et qui pourrait être mise à disposition des établissements lauréats de l’AMI dès le 2e trimestre 2023.

Source : le généraliste.

Lien vers le JO : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000046548689

 

lire la suite

Dernier conseil d’administration 2022

Dernier conseil d’administration au 32 à Douai ! Le plaisir de se retrouver, d’échanger, de partager et de s’organiser pour être encore plus fier d’être DPGS ! Ce n’est pas le nombre d’adhérents ni le rang régional qui priment mais la fédération, la cohésion et le choix des partenaires et services.

Très belle année 2022 qui augure un 2023 très encourageant .

Ensemble, la pharmacie positive !

Actualités du 7 au 10 novembre 2022

ACTUALITÉS PHARMACEUTIQUES

 

Coupures d’électricité : l’hiver de tous les dangers

Les pharmaciens recevront des consignes pour faire face à d’éventuels délestages électriques en cas de tension cet hiver. Mais la profession n’a pas dit son dernier mot pour en être exemptée. Si délestages il y a, ils seront organisés pour deux heures au plus, de façon tournante par zone géographique, et annoncés quelques heures avant. A ce sujet, le ministère de la Santé a prévu d’envoyer dans les 15 jours à venir une fiche de solutions palliatives précisant la marche à suivre dans ces cas (prévoir des bouteilles de glace, des capteurs sur les armoires réfrigérées, savoir que les réfrigérateurs avec une porte vitrée gardent moins longtemps le froid que ceux avec une porte opaque…). Ce document pourrait avoir un impact direct sur l’assurance des produits à conserver au réfrigérateur. « A partir du moment où on se conforme aux règles fixées par les pouvoirs publics, les produits seront couverts par les assureurs », estime Philippe Besset. « Les assureurs ne peuvent pas modifier les contrats en cours d’année », précise-t-il. L’enjeu est d’autant plus important qu’on ne connait pas l’impact de la rupture de la chaine du froid sur les médicaments en cas de coupures répétées. De fait, les officinaux craignent que les laboratoires se cantonnent aux recommandations des résumés des caractéristiques de produits (RCP) et que de nombreux produits soient à jeter. Autre point en lien avec la température, l’arrêt de la climatisation dans certains territoires d’outre-mer impacterait la bonne tenue des médicaments dont les RCP imposent un environnement inférieur à 25 °C. Sans courant, l’officine est privée de l’accès à l’informatique, « sans laquelle on ne peut pas dispenser », explique au Moniteur des pharmacies le président de l’USPO Pierre-Olivier Variot. De fait, il deviendrait impossible de consulter l’historique du patient pour délivrer en bonne et due forme, de connaitre certains prix, de pratiquer le tiers payant… De même, la question des portes automatiques – également portes de secours -, programmées obligatoirement pour s’ouvrir en cas de coupure de courant dans un commerce en exploitation, se pose également. Ce système fait craindre des problèmes de sécurité en matière de vol. « Il faut une protection dans certains quartiers sensibles », selon Pierre-Olivier Variot, qui insiste sur ce sujet auprès des autorités. Enfin, comment organiser les gardes sur un territoire sans électricité ? « Cela me semble impossible à mettre en place en 24 heures », précise la présidente du Cnop Carine Wolf-Thal. Faudrait-il fermer ? « La recommandation pourrait être de fermer pendant les heures de délestage si les pharmaciens ne sont pas en mesure d’assurer la dispensation de médicaments. Je ne voudrais pas que la colère des patients ne rejaillisse sur les officinaux », tranche la présidente, qui a prévenu la DGS à ce sujet. Reste que compte tenu du contexte international, la France n’est pas non plus à l’abri de coupures inopinées liées à des catastrophes imprévisibles à ce jour, une situation également abordée lors de la réunion en vue d’anticiper.

Source : le moniteur des pharmacies.

 

lire la suite

Soirée DPGS CERP Lievin

9 nov 2022, superbe soirée à Noeux les mines pour réunir des pharmaciens DPGS du secteur grâce à la Cerp Lievin pour mettre en avant nos forces et projets pour 2023. Merci pour cette belle famille !

 

Merci de votre confiance

Merci beaucoup pour votre confiance ! 500 abonnés sur linkedin, c’est top!
Continuez à nous découvrir, nous suivre et pharmaciens , venez rejoindre notre coopérative régionale à la force nationale ! DPGS du GROUPE APSARA

En tant que président, merci à toutes et tous de votre suivi. Défendre ensemble notre belle profession pour que nos patients soient fiers de leurs pharmaciens et de leurs équipes, c’est 20 ans d’investissement sans relâche et de sérieux . L’humain avant tout !

>> Toutes les actualités